Catégories
Non classé

Critique : Klô Pelgag – « L’alchimie des monstres »

klo pelgag alchimieOh, là, là, comme on a de la misère à croire qu’on écoute le premier album d’une jeune femme de 23 ans! Comment dire? C’est tellement riche et complexe, imagé, coloré… c’est si joliment écrit, chanté, joué, arrangé, réalisé et produit!

OK, je crois que vous savez où je m’en vais, maintenant. Je m’en vais vous parler d’un des meilleurs albums québécois de 2013 (jusqu’à maintenant…), soit le premier album (très attendu) de Klô Pelgag, L’alchimie des monstres. Je dois vous avouer qu’au départ, j’ai lancé cet album à reculons dans mon lecteur. C’est que des chanteuses folk-pop à la voix haute, on commence à en avoir quelques-unes (Arthur, Lacasse…) et il devient de plus en plus difficile de se démarquer.

Pourtant, après quelques écoutes, on est envoûté par cette ambiance très pop de chambre, où les mélodies joyeuses et entraînantes côtoient des paroles parfois très graves où l’artiste évoque avec moult images les monstres ou la maladie. Cette poésie s’équilibre parfaitement à la musique d’inspiration très baroque, constituée de toutes sortes d’instruments classiques et arrangée de main de maître par le frangin Mathieu Pelgag.

Il en résulte un album qui débute lentement, le temps d’adapter nos oreilles, mais qui gagne en intensité d’une chanson à l’autre. On a parfois l’impression de jouer dans les platebandes de Feist version Metals, avec un soupçon de Pierre Lapointe et quelques pincées d’artistes des années 1970 comme les Séguin (ah, tiens, la voix de Marie-Claire tiendrait la comparaison). Des chansons comme Le soleil incontinent et Nicaragua (avec ses flutes à bec) sont de petits bijoux sur le plan de la création et je salive à l’idée de les entendre un jour au Grand Théâtre avec l’OSQ. Oui, à ce point-là.

La chanson qui m’a le plus marqué, Le tronc, est un concentré en 4 minutes et demi de tout ce que Pelgag fait avec brio. Cette chanson est parfaite du début à la fin, que ce soit son début en douceur, sa montée en intensité donne des frissons ou sa chute, brutale et sans appel.

Je n’en dis pas plus, je laisse le reste à vos oreilles. Allez-vous aimer autant que moi? Je ne vois pas pourquoi on serait en désaccord. Vivement Klô en spectacle cet automne.

Et l’OSQ, vraiment, appelez-la pour faire un show, ça presse… ça va être aussi magistral qu’avec Patrick Watson. (ah, tiens, une autre comparaison qui se tient…)

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=Y3AwG2NfO6I&w=480]
Site Web : http://klopelgag.com/

Ma note : offset_9

Par Jacques Boivin

Propriétaire, rédacteur en chef, rédacteur, correcteur et photographe.

2 réponses sur « Critique : Klô Pelgag – « L’alchimie des monstres » »

Il y a 24 heures, je ne savais j’ignorais tout de Klô Pelgag, et là, tu publies cette critique élogieuse qui pique ma curiosité et tu m’annonces à 30 minutes de préavis qu’elle se produit à Québec! J’ai pas eu le choix d’y aller. Bien que je n’aie écouté aucun de ses enregistrements, après l’avoir vu performer, je seconde ta critique! J’ajouterais que sur scène, elle et sa troupe improvisent et prennent des risques avec un humour et un enthousiasme qui charment à coup sûr, ce qui n’est pas sans rappeller un particulier chanteur qui a ravi les Plaines au FEQ l’an dernier…
Belle découverte!

Laisser un commentaire