Catégories
Albums

Critique : Filter – « The Sun Comes Out Tonight »

Filter-The-Sun-Comes-Out-TonightNostalgique des années 90? De l’alternatif-industriel? Des années phares de Nine Inch Nails, Marilyn Manson et Stabbing Westward, pour ne nommer qu’eux? Eh bien, si vous l’avez manqué à sa sortie en juin dernier, il est grand temps de vous procurer le dernier album de Filter!

Si, de son côté, Trent Reznor a musicalement grandement changé depuis Broken et The Downward Spiral, Richard Patrick offre avec The Sun Comes Out Tonight la suite logique à Short Bus et Title of Record. Après avoir erré pendant quelques albums s’échelonnant sur une décennie (le décevant The Amalgamut, le plutôt moyen Anthems for the Damned et le pas tout à fait The Trouble with Angels), Filter revient en force avec ce nouvel opus. On y retrouve toute la rage et l’énergie d’antan, avec une plus grande maîtrise des thèmes et une plus grande unité au sein de l’album. Le groupe a certainement gagné en maturité, mais il ne semble avoir rien sacrifié de sa formule initiale. Un vrai délice pour les fans et les nostalgiques du genre!

Pour ceux qui trouveront exactement ce qu’ils cherchaient dans cet album, celui-ci s’ouvre ironiquement sur « We Hate It When You Get What You Wanted ». Le ton est instantanément donné : alternatif, électro, industriel, la voix parfois mélodieuse de Patrick, et ses cris parfaitement contrôlés, sans oublier une touche d’obscénité avec un « Motherfucker » bien placé. « What Do You Say » lui succède et rappelle la sonorité générale des premiers albums, sans oublier le classique « Hey Man Nice Shot ». Après ces deux coups puissants, Filter enchaîne en douceur avec « Surprise », l’une des balades de l’album. Une fois de plus, de vieux incontournables comme « Take a Picture » reviennent en tête, mais la nouvelle chanson est toute aussi efficace que les succès souvenirs. Et le rythme de l’album ne semble aucunement brisé : l’enchaînement des balades et des morceaux plus endiablés se fait à merveille.

Quelques autres point forts : « Self Inflicted » et « Take That Knife Out of My Back », qui brillent par leur violence, et « It’s My Time », une balade incroyablement touchante sur la peur de la maladie ou d’un autre mal. Le « Please, not me… » de Patrick résonne telle une prière, avec force et émotion, et bouleverse à chaque fois. Heureusement, « It’s Just You », une chanson lumineuse remplie d’espoir, lui succède et termine l’album.

En somme, ce dernier opus de Filter est un nouvel incontournable de leur discographie. Moi qui préfère Title of Record, je place The Sun Comes Out Tonight en solide deuxième place. Et peut-être même en première place, selon l’humeur, puisque ce nouvel album triomphe là où peu d’albums de ce genre excellaient dans les années 90 : thématiquement, il n’est pas composé que de rage et de déprime, mais offre plutôt, par moment, quelques moments positifs. Et cela fait toute la différence.

Ma note : offset_9

Laisser un commentaire