[SPECTACLE] PONCTUATION, Le Cercle, 1er mai 2015

C’est au Cercle ce samedi que le groupe de Québec Ponctuation a eu la lourde tâche de faire suite à l’excellent 27 Club. Leur nouvel album, La Réalité Nous Suffit, paru partout le 28 Avril via Bonsound suit les traces fortement garage rock du premier opus, mais amène une couche de fuzz psychédélique et d’expérimentation plaisant fortement à mon oreille!

Pour l’occasion, il semblerait que les frères Chiasson ait recrutés. En effet, on apercevait sur scène, derrière synthétiseurs et guitare basse, la silhouette d’une certaine Laurence Gauthier-Brown. Et quel ajout ce fut! La nouvelle membre venait étoffer d’une main confiante le rock garage à tendance psychédélique du duo-devenu-trio à merveille, laissant plus d’espace créatif au guitare-héros local Guillaume Chiasson. On peut maintenant voir d’autant plus l’étendue du talent de ce dernier, qui avait d’ailleurs revêti ses plus belles pédales pour plaire au son plus psychédélique et fuzzy du nouvel album.

Les nouvelles chansons d’ailleurs laissent passer une merveilleuse maturité pour le groupe de Québec. Alliant rythmiques motoriques, puissance garage et une œuvre de design sonore haute en couleurs, Ponctuation a mis la pédale double et a tiré de ses influences un franc succès musical.

Non pas sans se faire attendre, Ponctuation a prit la scène sous les clameurs d’une foule gagnée d’avance. Sans s’asseoir sur ses lauriers, le trio a débuté la soirée avec plusieurs pièces énergiques du nouvel album, que je ne me lancerai pas à tenter de nommer, mais qui était toutes exécutées à la quasi-perfection. On a eu droit à quelques balades, à quelques plus vieilles pièces, à un cover du Monde Dans le Feu, et pour clore la soirée, au hit intersidéral du groupe, Ciao Bye. Une excellente brochette de pièces!

Après un spectacle plus que satisfaisant, le groupe a pu se laisser tomber dans une foule encore plus convaincue qu’au début de la soirée, qui buvait les interventions drôles et quelques peu maladroites de Guillaume, qui, aux dires d’un patron de P572, devrait parler plus. Et je dois admettre que je suis du même avis, le groupe avait un visible plaisir sur scène et était franchement beau à voir, émanant un charisme impressionnant, qu’il soit accidentel ou pas!

La soirée au Cercle était agrémentée des projections psychédéliques de Tania B. Lacasse, une des plus fidèles résidentes de la scène underground de Québec. Elle a aussi poursuivi la soirée avec un DJ set énergique pour mettre un sourire à la bouche de tous ceux qui devaient quitter, vinyle ou CD en main, avec la solide impression d’avoir fait une très très bonne affaire.

Laisser un commentaire