[SPECTACLE] Harfang, Sous-sol du Cercle, 8 août 2015

IMG_0003

Bien que rebutant plusieurs photographes et malgré la chaleur désagréable qu’il dégageait samedi soir, le Sous-sol du Cercle était un endroit particulièrement approprié pour la nouvelle prestation d’Harfang, qui bouclait leur tournée estivale.

Avec une musique tantôt introvertie et exigeant une écoute attentive, tantôt beaucoup plus rock qu’à son habitude, Harfang nous a fait planer au travers de son set d’une heure et quart sans même qu’on voit le temps filer. Leur secret ? Un mélange bien dosé de leurs «classiques», de compositions du chanteur, de nouvelles pièces et de reprises. La tournée les a aussi visiblement bien rodés, puisqu’ils ont fait preuve d’une bonne aisance sur scène, donnant l’impression d’une soirée entre amis. Leur plaisir notable lors de leur prestation a aussi dû accentuer cet effet, ce qui a été confirmé par l’enthousiasme grandissant du public. Ce dernier, sachant écouter autant qu’applaudir, m’a agréablement surprise. Le Sous-sol, quant à lui, se prêtait au jeu en permettant une atmosphère intimiste lorsque nécessaire et en renvoyant parfois je ne sais comment le son des pièces de manière à leur donner une touche plus rock.

IMG_9965Laissant parler la musique à leur place, ils ont commencé avec quelques pièces de leurs ancien et nouveau maxis, le tout agrémenté des compositions du chanteur, Samuel Wagner. Pour ceux qui, comme moi, connaissent déjà la musique introvertie et mélodique d’Harfang, la nouvelle variété des chansons ajoutait quelque chose au mélange. De fait, les créations présentées sortaient toutes du cadre auquel le groupe nous avait habitués. Les deux reprises qui suivirent, la première de Bon Iver et l’autre du duo électro québécois Milk & Bone, furent elles aussi des ajouts intéressants et qu’ils ont su s’approprier. Pour bien terminer, Harfang nous a offert un beau jam et a joué quelques pièces de Flood, le deuxième maxi. Après des applaudissements retentissants, ils sont revenus jouer Karmic Embrace, du maxi Harfang, ainsi que Pressure, une pièce de Samuel Wagner.

Bien sûr, les nouveautés faisaient du bien et donnaient un vent de fraîcheur à la prestation du groupe. Cependant, elles n’ont pas volé la vedette aux pièces principales, soit leurs compositions. Tout comme dans notre dernier compte-rendu sur eux, on a encore été impressionnés par le travail mis sur les chansons. Entre autres, chaque instrument semble se démarquer pour ensuite laisser place à autre chose, donnant à leur musique comme différents reflets. Par exemple, on remarquera davantage la basse dans Grass alors que la voix sera mise de l’avant plus souvent dans As you sing, une nouvelle pièce. Les percussions, plus humbles dans les deux maxis du groupe, ont pu reprendre la place d’honneur dans quelques nouvelles compositions du chanteur.

IMG_0080Décidément, Harfang se rapproche de jour en jour de la formule gagnante, comme l’a témoigné les nombreux «Bravo, vraiment un excellent show !» lancés hier soir après leur prestation. On vous invite à suivre leur progression attentivement. Ils joueront notamment le 16 août à Expo-Québec.

 

L’entrevue à une question, avec David Boulet Tremblay (guitare électrique)

Pis, la tournée ?

«Le mot ce serait intense, explique-t-il. C’était cinq shows en six soirs, pis au total on a fait 3000 kilomètres». Intense, donc, mais aussi plaisant, assure-t-il. En effet, le groupe a apprécié le fait de voyager et de jouer à des endroits où ils ne l’avaient jamais fait. Et bien que certains spectacles aient attiré peu de monde, ils ont tout de même reçu un bel accueil partout où ils sont allés. Après être passés au Nouveau-Brunswick, en Gaspésie et même au lac, ils étaient heureux de finir leur tournée ici, où la foule était la nombreuse pour les accueillir chez eux.
Crédit Photo: Nicolas Padovani

[foogallery id= »10590″]

 

Laisser un commentaire