[Spectacle] Tire le Coyote, une force tranquille à la salle Anaïs Allard-Rousseau de Trois-Rivières

Il y a des ces spectacles qui nous donnent l’impression d’être dans une bulle qui nous coupe du reste du monde. De ces spectacles desquels on sort rêveur, avec l’impression d’avoir passé une soirée en tête-à-tête avec l’artiste. De ces spectacles aux accents uniques qui viennent chercher quelque chose au fond de nous. C’est ce genre de prestation qu’à livré Tire le Coyote, vendredi soir dernier, à salle Anais Allard-Rousseau de Trois-Rivières.

Charles Fontaine

C’est devant un public varié que Benoit Pinette et ses musiciens sont entrés sur scène pour présenter les chansons de leur dernier opus : Panorama. On s’attache rapidement à cet homme qui transpire l’authenticité et qui est sympathie naturelle. C’est sur une touche d’humour que le spectacle a débuté. Y allant d’un «Bonjour, moi c’est Tire le Coyote. Je suis un chanteur pour ceux qui ne sauraient pas ce qu’ils sont venus voir et que leurs femmes auraient trainé ici..», il a donné le ton à ce qui allait être une soirée remplie d’humanité et de réconfort.

La voix particulière de Tire le coyote ne rejoint certes pas tout le monde, mais a la capacité d’émerveiller ceux qui se laissent rejoindre par ce bijoux québécois. Son folk solide, aux accents de blues et de country, en a charmé plus d’un. Ce qui fait la force de Benoit Pinette, c’est également la beauté de ses textes. Cet auteur-compositeur interprète a le don de faire transparaitre, à travers ses mélodies, subtilité et sensibilité. Sa poésie a le pouvoir de faire frissonner, de faire sourire et d’émouvoir à la fois. Peu d’artiste peuvent se vanter d’en faire autant.

Sur scène, on retrouve un Tire le Coyote en confiance, qui maitrise parfaitement son art et qui n’hésite pas à se mettre à nu. Il joue chacune de ses chansons avec une intensité déconcertante qui nous coupe le souffle. Quelques anecdotes racontées sur le vif parfois humoristiques, parfois plus humaines ont agrémenté cette soirée déjà presque parfaite.  De plus, la complicité et le plaisir présents entre les cinq musiciens ainsi que l’intimité de la salle ont ajouté à ce spectacle aux intonations singulières et réconfortantes.

En somme, si vous avez la chance d’assister à une prestation de Tire le Coyote, n’hésitez pas une seconde. Il suffira de deux ou trois mélodies et d’un des ses sourires charmeurs pour que Benoit Pinette vous transporte dans son univers propre à lui et  duquel on ne veut plus repartir.

Tire le coyote sera en spectacle le 5 décembre prochain au grand théâtre de Québec.

Pour plus de détails : http://www.tirelecoyote.com/spectacle/quebec/

Laisser un commentaire