[FESTIVAL OFF], Compte rendu 8 juillet 2017

Photos : Marion Desjardins

Les festivals nous imposent un rythme. Dans notre cas, chez ecoutedonc.ca, c’est un rythme insoutenable, mais nous avons des oreilles tout terrain et des jambes d’acier pour rester debout, nous promener et danser toute la nuit. À mon arrivée à la Méduse, l’atmosphère est familiale; à force de se côtoyer pendant quatre jours et vivre des expériences intenses ensemble, des liens se créent. La grande différence entre le OFF et le FEQ: le OFF réunit la scène de musiciens et de mélomanes qui vont voir des spectacles à l’année longue, tandis que le FEQ contient beaucoup de moldus à la scène musicale. C’est super que de nouvelles personnes s’intéressent l’espace d’un instant aux spectacles, mais l’ambiance reste souvent passive. Au OFF, seuls des mélomanes avertis sont présents et écoutent, dans un silence religieux, les prestations formelles et participent en dansant lors des fins de soirées animées (pour vrai, vous êtes mon public préféré!).

Hier, pour la dernière soirée du OFF, je me suis gâté. J’ai vu tous les shows du plus beau festival en ville à partir de 18h jusqu’à 2h. Et pour vrai, ça a passé vite!

Compte rendu de cette ultime nuit de ce trop court festival.

Fou Bar, Isabelle Cormier

J’aime beaucoup les spectacles au Fou Bar : c’est familial, c’est chaleureux et le public est attentif. Plusieurs proches d’Isabelle Cormier étaient présents en début de soirée pour l’encourager à son premier spectacle solo. Lorsque Jean-Étienne Collin-Marcoux lui a demandé, il y a deux mois, si elle voulait jouer dans le cadre du OFF, la jeune musicienne n’avait alors aucune chanson. Hier soir représentait la consécration de deux mois de travail intensif. Isabelle Cormier a débuté le concert tout en intimité avec son violon, muni d’une pédale de loop, ainsi qu’avec divers effets planants. Cette introduction nous a plongés tout de suite dans une ambiance méditative, nous étions prêts à l’écoute. Isabelle Cormier nous a présenté tout au long de sa prestation, des textes très personnels, accompagnés à la guitare. On a eu droit à une fenêtre sur son parcours, ses peines et ses joies. Malgré un jeu de guitare encore fragile, ses enchaînements d’accords ainsi que ses mélodies étaient bien travaillés et représentaient très bien les années de formation musicale de l’artiste. La glace étant brisée, nous avons bien hâte de voir et de suivre la suite pour Isabelle Cormier.

Fou Bar, Val Thomas

Val Thomas a de l’expérience avec la scène. « Ce n’est pas son premier rodéo » comme on dit. Elle a sorti un premier single pour son projet cette année (on a très hâte au EP) avec une équipe du tonnerre (entre autres: Simon Pedneault et Josué Beaucage). Ancrée dans un folk franc et groovy, Val Thomas pousse ses chansons d’une voix solide et franchement entraînante. Sur scène, elle est accompagnée d’une équipe incroyable: l’excellent batteur jazz Kenton Mail, le directeur général du OFF lui-même Guillaume Sirois à la basse et le très agile Alexandre Pomerleau à la guitare électrique. Ce «all star band» de la ville de Québec est très solide et saisit tout à fait les besoins musicaux des compositions de l’auteure-compositrice-interprète. Bien que nous ayons affaire à d’excellents musiciens, je dois mentionner le travail remarquable d’Alexandre Pomerleau à la guitare, qui place toujours très bien ses interventions d’une pertinence remarquable. Tantôt folk-rock, tantôt folk-américain, Val Thomas reste fidèle à son style et l’exécute très bien avec de très solides compositions. Vous voulez la voir ou la revoir? Elle se produit sur la scène Fibe du Festival d’été de Québec le 14 juillet prochain à 17h.

Scène Fabrique Culturelle, Wizaard

«Fun, Fun, Fun with the Wizaard» chantaient les membres de la formation rock de Montréal en ouverture de leur prestation devant l’église Saint-Jean-Baptiste colorée de rose par le coucher du soleil. Le groupe se présente comme une formation de rock psychédélique. Muni de guitares aux sons clairs et métalliques, qui nous rappelaient les années 60, ainsi que d’un synthétiseur complétant le son rétro, le quintet a joué leurs compositions qui baignent dans un son nostalgique. Psychédélique-rock, funk-rock, beach-rock, space-rock, sexy-kitsch-rock, la formation aborde toutes les formes du rock de l’époque avec un son toujours très brillant et franc.

 

Scène Fabrique Culturelle, Ensemble AfroVibes

Il n’y a pas eu souvent autant de monde sur la scène du Parvis de l’église pour un show du OFF. Il faisait chaud, il faisait beau, le monde était prêt à danser sur les rythmes africains. Réunissant des musiciens provenant du Québec, de la Martinique et d’Haïti, l’ensemble AfroVibes rallie le jazz, les rythmes latins ainsi que des mélodies inspirées des Voodoo Haïtiens. Leur musique, c’est le soleil, c’est la sangria sur le bord d’une plage, c’est le sable blanc au coucher du soleil. Elle me rappelait un peu l’excellent groupe de reggae Third World.  Les saxophones, percussions, guitare, basse et drums ont fait danser le public dans cette fête tropicale.

 

Méduse, Studio d’essai, Etienne Mason

Pour ouvrir cette dernière soirée à la Méduse (j’étais un peu ému), Etienne Mason a présenté des compositions minimalistes aux drums, en solo. Le percussionniste a joué avec APigeon, Mathieu Bérubé, Laura Babin, avant de partir son projet solo. Dans un minimalisme transportant, Étienne gère les synthétiseurs ainsi que des bandes sonores pour créer des univers existentiels. L’artiste a fait une grande recherche sur les sons pour préparer ce spectacle. Un élément très intéressant est le bouquet de coquillages posé sur le snare, qui procure un son unique à son ensemble de percussions. On pourrait qualifier sa prestation de messe percussive, en raison du synthé grave et rond nous rappelant un contexte religieux et les percussions qui ancrent le tout dans des rythmes lourds. Une performance vraiment intéressante qui a très bien ouvert la soirée.

 

Méduse, Salle Multi, New Fries

Ce rock défoulant et étrange a envahi la salle Multi de la Méduse devant une foule grandissante. Épris d’une transe performative, le groupe jouait très fort des riffs répétés comme des mantras jusqu’à la folie. Au menu: cris, déhanchements, renversements de drums, bière crachée… tous les éléments d’un groupe trash étaient réunis. Un mélange de transe agitée et de défoulement pur a saisi la foule. Dans une musique très bruyante et quasi industrielle, la chanteuse, Anr Stefania Spadafora, criait des paroles incompréhensibles aux accents tribaux en bougeant, comme possédée. La finale épique de cette très courte présentation a laissé tout le monde en haleine. On en aurait pris plus!

 

Méduse, Studio d’essai Les Martyrs de Marde

Créature hautement dérangeante et provocante, Les Martyrs de Marde, revêtus de leurs costumes ecclésiastiques ont débuté par une introduction en rituel démoniaque. Éclairés de seulement trois lampes rouges, le groupe en costume trash semblaient prêt à tout casser. Les cris rauques du chanteur Frère Foutre et l’agressivité du reste du groupe semblaient tout droit sortis d’un film gore. Dans une ambiance apocalyptique, le groupe punk déplace de l’air, provoque. Cette proposition audacieuse inflige aux spectateurs le même traitement qu’un film d’horreur, un inconfort franc et un mal de ventre bien senti. D’ailleurs plusieurs personnes, dont moi-même, ont quitté la salle et ont préféré l’air extérieur ou encore le sympathique hall d’entré de la Méduse à ce spectacle perturbant.

 

Méduse, Salle Multi, Poirier Migration Soundsystem

Après l’expérience troublante du Studio d’essai, le party était au rendez-vous à la Salle Multi. L’afrohouse énergique de Poirier a tout de suite allumé la piste de danse de la Salle Multi. Les festivaliers en ont profité pour se défouler une dernière fois à la Méduse avant la fin du festival. Les deux danseuses présentes sur scène étaient vraiment impressionnantes et ajoutaient un élément visuel sensationnel à ce spectacle qui détonnait un peu dans la programmation du OFF, mais quand même très pertinent pour cette dernière soirée de festivités. Les deux rappeurs présents sur scène ont animé la foule en nous faisant chanter et crier.

Après un discours improvisé de Guillaume Sirois, le hall d’entrée de la Méduse est resté ouvert jusqu’aux petites heures du matin pour permettre aux survivants de la soirée de continuer à célébrer une dernière fois.

Merci beaucoup à toute l’équipe d’organisation du OFF pour leur superbe programmation, aux groupes qui ont participé et surtout au public incroyable qui s’est déplacé. Cette 14e édition a vraiment été épatante et j’ai maintenant adopté la sauce OFF pour toujours.

Heureusement, la folie n’est pas terminée, on se voit ce soir dans un show du FEQ près de chez vous!

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

[FESTIVAL OFF] La Méduse, Compte rendu 7 juillet 2017

Louis-Solem ayant ressenti un appel incontrôlable pour Kendrick Lamar, sa coloc l’a remplacé le temps d’une soirée pour couvrir le OFF à la Méduse. Voici donc un texte de Rébécca Marois.

La troisième soirée du Festival Off à la Méduse nous a présenté d’entrée de jeu un programme double: le quatuor américain d’Anton Dvoràk (1841-1904), tout d’abord revisité dans un rock très personnel par Yonatan Gat, guitariste virtuose, et ses musiciens, puis présenté en version originale avec le quatuor Ondée. Le rock de Gat, parfois positivement cacophonique, était toujours très satisfaisant pour l’appétit des auditeurs présents, qui ont été de plus en plus nombreux et curieux au fil de la performance. Pas de discours de présentation, pas de fioritures, que de la musique. Mais quelle musique ! Le défi d’adaptation a été relevé avec brio par Gat et ses musiciens. Mention spéciale au batteur Greg Saunier, de Deerhoof, pour son énergie et sa présence enivrante.

Bien que j’aurais préféré entendre en premier la version originale du quatuor américain pour en avoir les mélodies en tête avant la revisite de Gat, la formule a tout de même été un succès. La performance du quatuor Ondée nous est apparue comme un oasis de paix en cette soirée autrement dévouée à des artistes prônant un tout autre type d’intensité. Je n’ai toutefois pas été convaincue de la nécessité de l’amplification et de la réverbération dans la salle intime qu’est le studio d’Essai, mais je dois lever mon chapeau à l’organisation pour avoir intégré à la programmation une œuvre classique dans un contexte si différent de celui auquel on est habitué pour ce type de musique. Le public, comprenant la différence de ton, s’est rapidement mis à son aise.

S’enchaînait non sans contraste une performance déchaînée du groupe les Gouroux, avec une pop hard rock qui a su bien préparer le terrain aux combats de lutte de la NSPW qui allaient suivre dans un impressionnant ring installé au centre de la salle Multi. Ce fut sans aucun doute le spectacle qui a attiré le plus grand public en cette troisième soirée du OFF à la Méduse. L’anticipation était palpable quelques minutes avant l’entrée des premiers lutteurs. Un spectacle divertissant, mais somme toute quelque peu éloigné de l’approche artistique des autres propositions. La nuit s’est poursuivie avec Victime et Vulvets, mais après déjà deux soirées de shows, le sommeil s’imposait.

[FESTIVAL OFF] Compte rendu 6 juillet 2017

Après une courte nuit de sommeil et un spectacle sur la scène Fibe, je suis retourné à la Méduse tout excité, plusieurs visages familiers de la veille sont présents à mon arrivée pour cette soirée des plus éclectiques.

L’impro multi

La salle multi était disposée en mode cabaret pour le premier numéro de la soirée. En arrivant dans la salle, je constatai la belle brochette d’artistes présente sur scène. La danse, les arts visuels, le slam, la musique, le théâtre, les éclairages, une dizaine de représentants de ces disciplines étaient réunis devant un seul but : créer. Comme en match d’impro théâtral, les participants se font donner un thème et un caucus s’en suit pour se faire un plan de match avant de se lancer dans la performance. Nous avions une vraie équipe de professionnels devant nous, plusieurs moments magiques se sont passés ce soir là. En musique, Jean-Étienne Collin Marcoux du Pantoum (ou son clone, c’est clair qu’il se dédouble) aux percussions et Luke Dawson des Chercheurs d’or à la contrebasse nous ont transporté dans des univers uniques. Bravo à tous les artistes pour ce beau défi, vive l’art multidisciplinaire!

 

Le Havre

Avec un peu plus d’une heure de retard, le duo Montréalais commence à jouer devant un public de plus en plus dense. Charles-David Dubé à la guitare et synthés a chanté ses chansons luxuriantes qui nous emportent dans le rythme. Parlant de rythme, le batteur Oli Bernatchez assure une présence sur scène très solide. Il manie les synthétiseurs tout en jouant de son drum. Son hi-hat (qu’il a arrangé pour plus de puisssance) gruge peu à peu ses baguettes qui semblent vouloir exploser à chaque moment. Le duo présente une rythmique audacieuse qui nous rappelle des accents de rock progressif. Leur son, très aérien et à la fois bien ancré dans un groove puissant, se rapproche des sonorités pantoumesques (la formation est d’ailleurs venue jouer au Pantoum cette année). Le groupe utilise aussi quelques séquences très bien placées et pertinentes. Ils ont principalement joué des pièces de leur plus récent album Trajectoires.

 

Rakam

Créature étrange, la formation montréalaise s’est produite à la Méduse en trio. La basse, les claviers et parfois saxophone parfois guitare jouaient une pop année 80 bien kitch et absurde. Le chanteur, semblant provenir d’un monde parallèle vraiment funky récite ses textes saugrenus en presque spoken word, un peu à la Tom Waits. Le gros bémol de ce groupe franchement bizarre est le drum machine. Trop fort, peu intéressant, il posait le groupe sur une base trop régulière et un peu agressante. Leur énergie déroutante n’a laissée personne indifférent. Plusieurs ont adoré et sont restés danser avec le groupe jusqu’à la fin, alors que plusieurs sont allé profiter de la chaleur extérieure (pour vrai, il fait froid à la Méduse).

 

Hologramme

Ils sont montés sur scène à 1h15, on était pas mal fatigué, mais l’attente a valu la peine. Hologramme est un hommage aux synthétiseurs, une glorification de l’électronique et c’est très réussi. Le doux son des synthés a rempli la salle multi tard dans la nuit devant les quelques survivants encore debout pour danser leur vie comme s’il n’y avait pas de lendemain. Les musiciens sont très solides et bien préparés, leur spectacle s’est déroulé sans faute avec une fluidité très agréable. Les synthétiseurs produisent tantôt des mélodies quasi ecclésiastiques, tantôt très dansantes, ce qui procure à leur spectacle une belle diversité. Ces différentes ambiances sont entre autre dues à la très grande maîtrise des effets et des sons des leurs appareils. Ils construisent de très beaux moments où la foule a pu se déhancher furieusement jusqu’à très tard dans la nuit.

 

Un peu fatigué, j’ai déjà hâte à ce soir!

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

[FESTIVAL OFF] Compte rendu, 5 juillet 2017

Hier soir marquait le début des festivités musicales annuelles à Québec. En onze jours, plus de 200 groupes monteront sur scène un peu partout en ville dans le cadre du OFF, du FEQ et des Signaux de Nuit (SDN).

La formation Laclé a ouvert la soirée à la Méduse avec une proposition bien à eux. Guy Bernier nous a présenté des mélodies sorties tout droit de l’Inde du Nord avec son sitar. Il était accompagné de Christian Paré aux tablas et autres percussions et le tout était produit et traité en temps réel par Carl Bastien, équipé d’un clavier, d’une basse et divers outils électroniques pour modifier les sons. Ce fut un bonheur immense d’entendre ces sonorités orientales! Le travail de Carl Bastien a permis à cette musique millénaire de se moderniser en y insérant des couches d’électronique à-travers le jeu des instrumentistes. Les deux musiciens, tous deux virtuoses de leur instrument, s’adonnaient à des échanges mélodiques et rythmiques de haute voltige. La prestation fut très appréciée du public, plusieurs en ont profité pour fermer les yeux et se laisser emporter par ces mélodies orientales. Nous sommes restés dans un état de bien-être profond après ce fabuleux ensemble.

Nous nous sommes ensuite déplacés vers la salle MultiLe Gros kick nous attendait pour nous secouer un peu après cette méditation commune. Ce projet est en fait une initiative du OFF, qui voulait avoir un ensemble percussif dans sa programmation et a pour ce faire, donné carte blanche à Bea Box (Joannie Labelle) pour créer un spectacle unique dans le cadre du festival. C’est donc accompagnée par deux batteurs et une trompettiste/chanteuse que Joannie Labelle nous a présenté ses compositions dans le genre industriel et percussif (c’est le moins qu’on puisse dire). La chanteuse utilisait elle-même une station d’instruments de percussions divers, tout en chantant et en gérant ses trames sonores préenregistrées. Le tout était agrémenté de projections éclatées sur un écran derrière le groupe. Un spectacle qui a bien démontré l’aspect d’ouverture et d’expérimentation du Festival OFF.

Un des artistes que j’attendais le plus au festival OFF est certainement Gramofaune. Le projet électro-acoustique de Gabriel Gagné ne cesse de m’impressionner dans sa recherche du rythme, de mélodies et de couleurs sonores. Muni d’un attirail impressionnant, il manie tous les sons et bandes sonores en temps réels, ce qui pourrait qualifier son art de performatif tellement il s’y investit. Il était lui aussi accompagné de projections dynamiques derrière lui, qui imageaient très bien sa musique et ses ambiances. Semblant un peu nerveux de présenter son projet dans un festival important, il est tout de même resté en contrôle de ses moyens, malgré quelques accrocs mineurs. Ses mouvements lors de sa performance étaient très énergiques et obnubilants. Le spectateur ne savait presque plus où donner de leurs sens avec les projections, la musique, les mains agiles de Gabriel Gagné ou bien encore sa tignasse brune se secouant de tous bords tous côtés. Cette musique a été très bien accueillie par un public qui semblait déjà bien le connaître.

Beat Sexü, quant à eux, font maintenant partie de la culture de fête de Québec. Avec son esthétique franchement «Pantoumesque», les paillettes et les chansons maintenant connues du public, tous les ingrédients étaient là pour passer une très belle fin de soirée avec la formation. Munis d’un décor tout en paillettes, ils nous ont présenté plusieurs chansons pour faire bouger (dont quelques nouvelles, yé!), avant d’enchaîner plusieurs titres de leur album de reprises de chansons d’artistes de la relève de Québec. L’énergique quatuor a su faire danser les quelques survivants de la soirée jusqu’à une ultime danse sur la très connue Papa, Maman, Bébé, Amour (Gab Paquet était présent ce soir-là, mais il venait tout juste de partir… snif snif) où le tout le monde a trashé le dance floor.

Cette soirée a donné le coup d’envoi aux prochains jours de festivités et de musique.

À vos scènes,

Prêts?

Écoutez!

Badminton (par Jacques Boivin)

Pour une fois que je pouvais avoir un petit avant-goût du OFF, je me suis gâté avec Badminton, le projet d’Alex Fortin. Rien de trop compliqué, du folk à l’américaine livré avec une grande émotion, sans artifices. Un vieux micro, une guitare trois quarts, un peu de reverb, une ou deux reprises (dont une bien sentie de Tears for Fears) pis une bouille fort sympathique. Prestation bien accueillie par les spectateurs présents… et par ma pinte de cidre!

Santé!

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Le festival OFF de Québec dévoile la programmation de sa 14e édition

À l’occasion du dévoilement de leur programmation, les organisateurs du OFF de Québec ont choisi cette année de troquer les vinyles du Knock-Out contre les fûts bien remplis de la Barberie. C’était leur façon de souligner un nouveau partenariat qui prendra notamment la forme d’une bière co-brassée par le festival et la microbrasserie de Saint-Roch.

En sirotant une bière, donc, médias, artistes et autres invités ont pu découvrir hier midi avec nous les autres surprises que nous réserveront le OFF, festival qui se tiendra du 5 au 8 juillet prochain dans la ville de Québec.

 

Un éventail d’artistes locaux et émergents

En marge du Festival d’Été de Québec, cet événement regroupe chaque année une multitude d’artistes émergents – dont au moins 50% qui résident dans la Vieille Capitale – et de projets qui se démarquent par leur originalité. Cette année ne fait pas exception.

Brève apparition de Beat SEXÜ pour mettre l’ambiance lors du dévoilement. Crédit: Festival OFF / Marion Desjardins

Parmi les artistes locaux, on peut souligner autant la présence de groupes relativement récents comme VICTIME ou encore les déstabilisants Martyrs de Marde, que celle d’acteurs plus établis tels que Beat SEXÜ, officiellement le «porte-étendard à paillettes de la scène locale», et Julien Déry (Mauves), qui présente un projet solo sous le nom de Notre père.

 

Ouverture sur le monde et rencontres improbables

Dans l’ensemble, la programmation de cette année se démarque par deux grandes caractéristiques, nous explique Sophie Bernier. La première serait «L’ouverture sur le monde, mais tout en restant local», mentionne la directrice à la programmation.

Sophie Bernier, directrice à la programmation, festival OFF de Québec. Crédit: Festival OFF / Marion Desjardins

«Il y a beaucoup d’artistes de la programmation cette année qui sont influencés par la musique africaine», explique-t-elle. C’est apparemment le cas de DJ Diaspora, qu’on pourra entendre le premier soir au complexe Méduse, ainsi que de Poirier, qui lui assurera le spectacle de clôture au même endroit.

Ensemble Afrovibes, dévoilement du festival OFF de Québec. Crédit: Festival OFF / Marion Desjardins

Nous l’a d’ailleurs confirmé l’Ensemble Afrovibes, qui était présent sur place lors du dévoilement pour mettre un peu de soleil, de ukulele et de congas dans notre journée de pluie. «On a d’autres groupes locaux aussi qui amènent aussi des instruments provenant d’ailleurs, ajoute Sophie Bernier. Sans être tendance world, il y a de ça.»

D’autre part, la diversité – qui ne manque jamais d’impressionner au OFF – prendrait cette année une dimension nouvelle: «On y va toujours dans la mixité des genres, mais encore plus», commence la directrice à la programmation. En effet, offrant plus que des styles musicaux variés, la quatorzième édition du OFF crée des rencontres improbables:

Rencontre du classique contemporain et du rock avec le quatuor américain par Dvořák (prononcer Vorjak pour avoir l’air de savoir de quoi tu parles) à la sauce de Yonatan Gat; rencontre du jazz expérimental tourmenté de FET.NAT et du rock psychédélique de Wizaard avec le public «soft» du Parvis de l’Église Saint-Jean Baptiste; rencontre de la musique avec d’autres formes d’art autant dans l’impro multi que dans certains spectacles multimédias comme le Gala de lutte avec Gouroux. Il y en aura donc pour tous les goûts (même pour les goûts roux).

 

Change de sauce!

Comment les organisateurs du OFF sont-ils parvenus à de tels mariages ? «On va carrément prendre des choses qui ne vont pas ensemble pour les mettre ensemble, explique Sophie Bernier. On va à l’extérieur de la musique, en fait : la lutte, les arts visuels, etc., ce ne sont pas des choses qui vont nécessairement avec la musique et on les met ensemble. »

De quoi assurer un cocktail éclaté et explosif, certain de nous sortir de notre zone de confort. Le slogan de cette année, change de sauce !, fait justement référence à ce désir d’amener les spectateurs à dépasser leurs habitudes musicales pour découvrir de nouvelles choses (comme quand ton ami te fait réaliser que dans le fond c’est bon le fromage et le nutella ensemble).

Guillaume Sirois, directeur général, festival OFF de Québec. Crédit: Festival OFF / Marion Desjardins

Un festival enraciné dans la communauté locale

En somme, après 14 années de découvertes musicales, le festival OFF parvient encore à surprendre et à offrir une programmation qui dépasse les attentes. Le tout dans une formule qui reste plus qu’accessible : pour 10$, on peut obtenir une passe donnant accès aux 40 spectacles de l’événement qui s’étendent dans cinq lieux différents.

Trois de ces cinq endroits – le parvis de l’Église Saint-Jean-Baptiste, le Fou-Bar et le Sacrilège – sont d’ailleurs en accès libre. Les spectacles du complexe Méduse sont disponibles «à la pièce» au prix de 5$ par soir. Les brunchs musicaux, qui auront lieu à la Barberie, coûtent eux aussi 5$ chacun. L’idée, comme nous l’a expliqué Sophie Bernier, c’est de favoriser la rencontre de la musique émergente et d’un public – souvent plus jeune – qui n’a pas toujours les moyens de se payer ce genre de spectacles.

Crédit: Festival OFF / Marion Desjardins

Plus qu’un simple festival, le OFF souhaite donc vraisemblablement s’impliquer dans la communauté locale. C’est aussi ce qui aurait poussé le directeur général Guillaume Sirois à s’associer à la microbrasserie locale la Barberie pour fournir la bière lors de cet événement :«Le OFF c’est un festival qui est vraiment enraciné dans son milieu. On est un festival qui essaye d’être un élément positif dans notre communauté, donc ça allait un peu de soi qu’on finisse par travailler toujours de plus en plus avec des fournisseurs les plus locaux possible», explique-t-il.

 

Ce qu’il faut savoir

On ne vous a nommé que quelques noms. Afin de connaître la programmation complète et les autres surprises qu’elle réserve, vous pouvez consulter la page web du festival OFF de Québec. Il est aussi possible de commencer à découvrir le OFF 2017 en musique grâce à une compilation qu’ils ont concoctée en collaboration avec l’équipe de CHYZ.

Si vous êtes déjà convaincus, vous pouvez acheter vos passes pour le Festival OFF soit en ligne, soit dans l’un des points de vente suivants (qui offrent chacun une petite surprise de leur cru en prime) : le Knock-Out, Érico chocolaterie, le Bonnet d’Âne et le Deux22.

 

 

 

[OFF/FEQ] Nos suggestions, 9 juillet 2016

  • Pierre-Hervé Goulet (OFF)
    Parvis Église St-Jean-Baptiste, 15h
  • Faudrait faire la vaisselle (OFF)
    Parvis Église SJB, 16h
  • LOS (FEQ)
    Scène Fibe, 17h
  • Émeraude (FEQ)
    L’Anti Bar et spectacles, 17h
  • Socalled (FEQ)
    Place d’Youville, 18h
  • Louis-Philippe Gingras (OFF)
    Fou-Bar, 18h
  • TOPS (FEQ)
    Scène Fibe, 18h30
  • Sarah Toussaint-Léveillé (OFF)
    Fou-Bar, 19h
  • Mentana (OFF)
    Parvis Église St-Jean-Baptiste, 19h
  • Philémon Cimon (FEQ)
    Parc de la Francophonie, 19h
  • Safia Nolin (FEQ)
    Impérial Bell, 19h45
  • Les voyageurs nus (OFF)
    Parvis Église St-Jean-Baptiste, 20h
  • Mother Falcon (FEQ)
    Scène Fibe, 20h
  • Peter Bjorn and John (FEQ)
    Parc de la Francophonie, 20h
  • The Tallest Man on Earth (FEQ)
    Impérial Bell, 21h
  • Skinny Bros (OFF)
    Parvis Église St-Jean-Baptiste, 21h
  • Max Climax (OFF)
    Méduse, 21h
  • Louis-Jean Cormier (et son orchestre de 14 musiciens) (FEQ)
    Parc de la Francophonie, 21h20
  • Ragers (FEQ)
    L’Anti, 22h
  • Charles Garant (OFF)
    Méduse, 22h
  • Fuudge (OFF)
    Méduse, 23h
  • Débauche (FEQ)
    Impérial Bell, 23h15
  • Nüshu (OFF)
    Méduse, minuit
  • Les Goules
    Méduse, 1h

[FEQ/OFF] Suggestions du 8 juillet 2016

Avez-vous vu la journée complètement folle, vous? Des artistes d’ici et d’ailleurs, pleins de talent, des mélodistes hors-pair, des bêtes de scène, y’a même des vieux bands encore cool. Tout le monde ou presque aura de quoi se mettre sous la dent aujourd’hui.

  • Mon Doux Saigneur (FEQ)
    Place d’Youville, 17h
  • Caroline Savoie (FEQ)
    Place d’Youville, 18h
  • Abrdeen + Pékan (OFF)
    Sacrilège, 18h
  • JP Couët (FEQ)
    District St-Joseph, 18h
  • Adam Strangler (FEQ)
    Scène Fibe, 18h30
  • Prieur & Landry (FEQ)
    Parc de la Francophonie, 19h
  • Nusky & Vaati (FEQ)
    Place d’Youville, 19h
  • Sonia Brochet (OFF)
    Parvis église St-Jean-Baptiste, 19h
  • Pépé et Mononc’ Serge (FEQ)
    Impérial Bell, 19h45
  • Robbob (OFF)
    Parvis église St-Jean-Baptiste, 20h
  • Pony Girl (FEQ)
    Place d’Youville, 20h
  • Boy & Bear (FEQ)
    Scène Fibe, 20h
  • Steve Hill (FEQ)
    Parc de la Francophonie, 20h
  • Midnight Romeo (FEQ)
    District St-Joseph, 20h30
  • Lakes of Canada (OFF)
    Parvis église St-Jean-Baptiste, 21h
  • Debauche (FEQ)
    Place d’Youville, 21h
  • The Cult (FEQ)
    Parc de la Francophonie, 21h20
  • La fête (OFF)
    Méduse, 22h
  • Pierre Kwenders (FEQ)
    Place d’Youville, 22h
  • The OBGMs (FEQ)
    L’Anti, 22h
  • Michael Rault (OFF)
    Méduse, 23h
  • Caravane (Signaux de Nuit)
    Le Cercle, 23h
  • Les Deuxluxes (FEQ)
    Impérial Bell, 23h15
  • Gab Paquet
    Librairie St-Jean-Baptiste, minuit
  • Marie Davidson (OFF)
    Méduse, minuit
  • IDALG (OFF)
    Méduse, 1h

Le clonage, c’est pour quand?

[FEQ/OFF] Suggestions du 7 juillet 2016

Ça y est, les onze prochains soirs seront remplis de joies, de peines, de mélodies accrocheuses, de riffs dévastateurs, de hanches qui se déhanchent, de bière froide, tiède, bonne et mauvaise et plus encore. C’est le début du Festival d’été de Québec! Le Festival OFF fait tout pour retenir notre attention! Et Le Cercle n’est pas en reste!

Voici quelques-unes de nos suggestions :

  • Charles-Auguste [FEQ]
    Scène Fibe, 17 h. Gratuit, laissez-passer suggéré
  • Rick Morissette Band [FEQ]
    L’Anti, 17 h. Laissez-passer FEQ ou 10 $ à la porte
  • Catherine Leblanc [FEQ]
    District St-Joseph, 18 h. Laissez-passer FEQ
  • Mathieu Bérubé [OFF]
    Fou-Bar, 18 h. Gratuit
  • Heymoonshaker [FEQ]
    Place d’Youville, 18 h. Gratuit, laissez-passer suggéré
Peter Henry Phillips - Photo : Jacques Boivin
Peter Henry Phillips – Photo : Jacques Boivin
  • Peter Henry Phillips [FEQ]
    Scène Fibe, 18 h 30. Gratuit, laissez-passer suggéré.
Laurence Nerbonne - Photo : Marion Desjardins
Laurence Nerbonne – Photo : Marion Desjardins
  • Laurence Nerbonne [FEQ]
    Parc de la Francophonie, 19 h. Laissez-passer
Les Louanges - Photo : Jacques Boivin
Les Louanges – Photo : Jacques Boivin
  • Les Louanges [OFF]
    Parvis de l’église Saint-Jean-Baptiste, 19 h. Gratuit
  • Helena Deland [OFF]
    Fou-Bar, 19 h. Gratuit
Jay-Jay Johanson - Photo : Jacques Boivin
Jay-Jay Johanson – Photo : Jacques Boivin
  • Jay-Jay Johanson [FEQ]
    Impérial Bell, 19 h 45. Laissez-passer
Charlotte Cardin - Photo : Jacques Boivin
Charlotte Cardin – Photo : Jacques Boivin
  • Charlotte Cardin [FEQ]
    Scène Bell, 20 h. Laissez-passer suggéré
  • Francesco Yates [FEQ]
    Parc de la Francophonie, 20 h. Laissez-passer
  • Jérôme St-Kant [OFF]
  • Parvis de l’église St-Jean-Baptiste, 21 h. Gratuit
Karim Ouellet - photo : Marion Desjardins
Karim Ouellet – photo : Marion Desjardins
  • Karim Ouellet [FEQ]
    Parc de la Francophonie, 21 h 20. Laissez-passer
  • Andrew, Jean-Michel et Fabien [OFF]
    Salle multi de Méduse, 22 h. Laissez-passer OFF ou 5 $ à la porte.
  • Orloge Simard [FEQ]
    L’Anti Bar et spectacles, 22 h. Laissez-passer FEQ ou 10 $ à la porte.
  • Enfants sauvages [OFF]
    Studio d’essai de Méduse, 23 h. Laissez-passer OFF ou 5 $ à la porte.
  • Tal Wilkenfeld [FEQ]
    Impérial Bell, 23 h. Laissez-passer FEQ
  • TR/ST [Signaux de nuit]
    Le Cercle, 23 h. Gratuit
  • The Blaze Velluto Collection [OFF]
    Salle multi de Méduse, minuit. Laissez-passer OFF ou 5 $ à la porte.