Catégories
Albums

[ALBUM] CHVRCHES – « Open your eyes»

 

CHVRCHES
CHVRCHES

CHVRCHES, qu’on prononce « Churches», est un groupe écossais d’électro pop qui s’est formé en 2011, composé de Lauren Mayberry (chant, synthétiseurs, et échantillonneurs), Iain Cook (synthétiseurs, guitare, basse, chant), et Martin Doherty (synthétiseurs, samplers, chant). Ces trois jeunes gaillards ont des influences variées dans le genre de Prince, Depeche Mode, Kate Bush, , Cyndi Lauper, Whitney Houston et Elliott Smith. On raconte que le groupe a écrit, enregistré et mixé ses chansons dans un studio en sous-sol à Glasgow. L’album, qui sort en magasin aujourd’hui, Open your eyes, est mon sujet d’étude de la semaine.

Après quelques écoutes, j’en ai conclu que c’est un album qui s’écoute avec l’évolution de la journée, c’est-à-dire, qu’on commence notre matin avec la première pièce, Never ending circles, qui est très intense avec la voix forte et aiguë de la chanteuse et les rythmes accentués, et on termine avec The afterglow, une courte pièce tranquille qui réconforte après une grosse journée au boulot.

Entre ces deux chansons, les neuf pièces ont un rythme assez rapide, dont plusieurs sont semblables. Leave a trace tire même des sonorités de Christine and the queen et ce n’est pas désagréable du tout. C’est une chanson assez linéaire dans les tempos et les intonations de voix, qui est très bien construite et qui s’écoute bien.

L’album se poursuit jusqu’à la pièce Clearest blue, qui m’accroche l’oreille avec son histoire d’amour, pleine d’étincelles, d’eau et de vent. Un air mélancolique et un peu sombre qui nous amène bien vers la prochaine pièce, High enough to carry you over, chantée par l’un des deux gars du groupe. Il faut avouer que ça change complètement le style. Ça fait une coupure à l’album. Cette chanson est douce et sensuelle, choses qu’on ne retrouve nulle part ailleurs sur l’album. J’avoue que j’aurais aimé voir le mélange des voix avec la chanteuse sur cette pièce, mais on apprécie tout de même la diversité qu’elle apporte.

Après deux pièces plus « cheesy » et à la sauce américaine, l’album termine tel que je l’avais prédit, sur une pièce douce, calme et réconfortante qui fait baisser nos battements de cœur.

 

 

Catégories
Albums

Critique : Chvrches – The Bones of What You Believe

CHVRCHES Debut

Avec son EP Recover, Chvrches arrivait en trois morceaux (et un remix) à piquer notre curiosité, ainsi que celle de la BBC, qui a placé le groupe en cinquième position de sa liste Sound of 2013 (artistes les plus prometteurs). On attendait donc avec impatience ce premier vrai album pour savoir si le trio synthpop écossais formé de Lauren Mayberry, Iain Cook et Martin Doherty allait nous électriser.

Dès les premières secondes, l’album joue au ping-pong avec nos oreilles, et on se dit que ça a déjà de l’allure. Puis Miss Mayberry entre en scène, et le groupe nous donne une (gentille) claque musicale : en effet, la myriade de sons et cette voix à la fois enfantine et puissante, loin de se faire concurrence, entrent en symbiose. Sur un pied d’égalité dans certaines pièces, ces deux trames s’écartent avec grande justesse dans d’autres, où la voix vole haut, très haut au dessus des notes. Un seul album, et Chvrches a déjà « un son ».

On a droit à plusieurs morceaux de bravoure, dont «The Mother We Share », qui ouvre l’album en beauté, suivie d’un « We Sink » accrocheur, où les deux gars de la formation ajoutent leur voix à l’harmonie. Puis soudain, le choc, avec « Gun » : les pièces du puzzle s’ajustent parfaitement pour nous donner un petit bijou pop, rythmé et enlevant, qui démontre une maîtrise surprenante chez un groupe vieux d’à peine deux ans.

Les bonnes surprises continuent avec « Tether », pièce mélancolique qui décolle ensuite comme une fusée, « Under the Tide », qui laisse la parole à Martin Doherty, et « Recover », le gros point fort de l’EP. À noter également, « Night Sky » et ses accents rock et « Science/Visions », hypnotique et majestueuse. Quid du reste? Malgré une petite baisse de régime vers la fin de l’album, on ne déplore aucun morceau raté ou expédié.

Vous l’aurez compris, cet album est très, très solide. On sent que Chvrches a voulu faire fort pour son premier opus en livrant un produit léché, ce qui augure bien pour la suite!

Ma note : offset_8