[Spectacle] Deerhoof (+La Fête, Les Martyrs de Marde), l’ANTI, 18 juin 2017

Photos : Marion Desjardins

Québec devait recevoir les Red Hot Chili Peppers, soutenus par une curieuse première partie: Deerhoof. Lorsque les Peppers ont constaté qu’ils auraient sans doute un empoisonnement alimentaire la veille du concert à Québec, ils ont annulé, laissant alors une superbe opportunité à l’Anti d’organiser une soirée qu’on pourrait qualifier de champs gauche!

L’improbable quatuor de San Francisco, à l’aube de sortir leur 14e album studio, venait présenter le fruit de toutes ces années d’expérimentation. Ils ont puisé un peu partout dans leur large répertoire, donnant un peu plus d’amour à l’excellent disque Breakup Song, paru en 2012. Si le travail des deux guitaristes (Ed Rodriguez et John Dieterich) est absolument fascinant, ils se font bien malgré eux voler la vedette par les deux autres membres de la troupe. D’une part, il y a Satomi Matsuzaki, qui dans la rue, aurait de la difficulté à convaincre un néophyte qu’elle est la chanteuse d’un groupe rock expérimental ouvrant souvent pour des groupes reconnus (on pense aux Red Hot, mais aussi à Radiohead ou autres Wilco). Elle a un magnétisme hors du commun; un genre de naïveté merveilleuse, doublée d’une incroyable assurance. D’autre part, il y a Greg Saunier, possiblement le batteur le plus redoutable et agréable qu’il m’ait été donné d’observer. Il maîtrise l’art de rentrer plus de temps que la mesure ne devrait en contenir, tout en rattrapant brillamment ces égarements. Puis il y a l’étonnement de voir sa batterie être capable de résister à ses assauts répétés. J’adorerai toujours voir un batteur se donner à fond et dans le domaine, Greg Saunier joue constamment avec l’énergie du désespoir. Parmi les coups de coeur de la soirée, il faut noter Fresh Born, Exit Only et les deux excellentes nouvelles pièces présentées vaillamment par Greg dans un français saccadé, mais curieusement précis! Satomi, qui a multiplié les chorégraphies, a même pris plaisir à faire participer la foule lors du rappel pendant la pièce Basket Ball Get Your Groove Back, du tout aussi fabuleux Offend Maggie. Cette improbable visite s’est donc conclue après un peu plus d’une heure de spectacle. Fidèles à leurs habitudes, ils ont tout donné, au grand plaisir de la foule composée d’initiés pour la plupart.

En première partie, nous avons eu droit aux deux extrêmes du spectre de musique champs gauche. D’abord, Les Martyrs de Marde ont présenté l’un des spectacles les plus déstabilisants que j’ai vu, ce qui en soi, est une belle réussite. Leur performance justifie à elle seule la mention 18+ sur l’affiche (même si leur présence n’y est pour rien), tant ils jouent dans les recoins sombres de l’humanité. Autant musicalement qu’au niveau de leur présence sur scène, on assiste impuissant à une prestation d’individus se faisant violence. Ils misent sur le malaise, instiguant des contacts avec la foule et semblant tout le temps en équilibre sur la douce frontière de la psychose. Si musicalement la proposition se veut quelque peu étriquée, au final, l’important n’est pas d’avoir aimé ou non. Le travail de réflexion inexorable qui suit une telle performance justifie à lui seul d’assister à un de leur concert. Après, vous pourrez vous demander si vous voulez encore subir une aussi puissante décharge de déchéance.

La Fête, chouchous locaux, sont ensuite venus présenter leur pop joliment déconstruite dans une ambiance beaucoup plus paisible et lumineuse. Pour une seconde fois en quelques semaines (au concert de Victime), j’ai pu apprécier le jeu incroyable de Samuel Gougoux à la batterie. Il possède une virtuosité complètement différente de celle d’un Greg Saunier mais est tout autant efficace. Au niveau de la voix, j’ai trouvé qu’Antoine Provencher, bien que charismatique, manquait parfois d’un brin d’assurance. Ça demeure une première partie fort divertissante et particulièrement lumineuse; surtout sur une échelle qui compterait sur la présence des Martyrs!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

[SPECTACLE] Corridor (+ Holy Data, Laps et La Fête), Le Pantoum, 3 juin 2017

Holy Data – Photo: Marion Desjardins

Photos : Marion Desjardins

Ouf! Il faisait chaud samedi dernier pour le dernier spectacle de la saison du Pantoum! Si je me demandais pourquoi la petite salle ne présentait pas de shows l’été, j’ai eu une réponse à ma question! N’empêche, même si on avait notre semaine dans le corps, on ne pouvait pas manquer la venue de l’excellent groupe Corridor, venu présenter les chansons de l’excellent Supermercado au public de Québec!

Mais avant de passer au dessert, il fallait apprécier le menu quatre services concoctés par nos amis pantoumiens… un menu solide qui n’allait laisser personne sur son appétit, malgré la sueur qui perlait sur nos front.

Tout d’abord, nous avons eu droit à quelques chansons du groupe Holy Data, qui vient tout juste de lancer un album de 11 titres. Une pop psychédélique aérienne, mais fougueuse, semble être ce qui caractérise ce groupe qui a balancé une tonne de briques après l’autre. L’ensemble est bien structuré, les mélodies sont accrocheuses, l’envie de taper du pied, ou mieux, de se déhancher, devient rapidement irrésistible.

LAPS – Photo: Marion Desjardins

La formation suivante, Laps, était dans un registre différent, bien que lui aussi savoureux. On demeure dans la pop, mais là, au lieu d’y trouver des accents psychédélique, on trouve une énergie un brin post-punk. Paraît que les jeunes appellent ça du math rock. J’en perds mes étiquettes! Les rythmes se font beaucoup plus saccadés (d’ailleurs, la rythmique travaille très fort dans ce groupe!), les mélodies peuvent parfois surprendre, mais on a écouté avec beaucoup d’attention et de satisfaction. À redécouvrir!

La fête – Photo: Marion Desjardins

Pour les lecteurs d’ecoutedonc.ca, La Fête n’a besoin d’aucune présentation. Et c’est sans surprise que le post-punk déjanté, mais réfléchi, de la formation de Québec a eu l’effet d’une dynamo sur le public déjà très festif. Les membres du groupes sont toujours aussi diablement efficaces lorsque vient le temps de nous en mettre plein les oreilles.

Enfin, la tête d’affiche, Corridor, est venu lancer avec nous Supermercado dans une ambiance qui ressemblait plus à celle d’un sauna qu’à une salle de spectacles. D’ailleurs, un des membres du groupe a trouvé approprié de jouer en bédaine, question de ne pas trop souffrir. Musicalement, on a pu apprécier les mélodies enveloppantes du groupe qui, comme sur leur disque, propose un rock psychédélique un brin garage qui va plus loin que le mur sonore auquel on pourrait s’attendre du genre. Ça fait rêver tout en nous faisant garder les deux pieds sur terre. Dur à expliquer comme feeling, ça doit être l’accumulation de cidre…

Corridor – Photo : Marion Desjardins

En sortant du Pantoum, on avait encore les oreilles qui buzzaient un peu, mais on n’a pas à se plaindre. On a tapé du pied et hoché joyeusement la tête toute la soirée.

 

EnregistrerEnregistrer

[SPECTACLE] lancement de Chocolat (+la Fête), le Pantoum, 11 novembre 2016

Il y avait un monde fou au Pantoum vendredi dernier à l’occasion du lancement de Chocolat. Dès 20h30 c’était plein, et dès 21h le fun musical commençait. Compte-rendu d’une soirée où l’ambiance, comparable aux grilled-cheese Nutella servis pour l’occasion, était à la fois intense, insolite et délicieuse.

La Fête

La fête /Photos: Marion Desjardins
La Fête / Crédit Photo: Marion Desjardins

La Fête était en charge de mettre l’ambiance avant l’arrivée de la tête d’affiche. Cocktail composé d’Antoine Provencher (Hoboïï, Vague Station, Les Avalés), de Samuel Gougoux (Nimbes, Pure Carrière, Victime), de Jean-Michel Letendre-Veilleux (Mom Jeans, BEAT SEXÜ, Anatole, Pure Carrière, etc… ) et de Simon Provencher (Nimbes, Victime, Medora), le groupe peut être perçu comme l’aboutissement des influences de ses différents membres.

Pendant que les deux grosses caisses de son crachaient leur musique psycho-planante aux rythmes complexes, les spectateurs écoutaient attentivement ou dansottaient. Le groupe a joué quelques pièces de son dernier maxi, paru en juillet dernier en version numérique sous l’égide de Pantoum records. On a aussi eu droit à une poignée de nouveautés. La Fête a su nous tenir en haleine pendant presque une heure avec ses chansons qui surprennent au détour de certains accords. Le costume flamboyant et les mimiques de Simon Provencher y étaient peut-être aussi pour quelque chose.

La fête /Photos: Marion Desjardins
La Fête / Crédit Photo: Marion Desjardins

Entre les deux spectacles, la faune du Pantoum a eu un temps pour socialiser et se rafraîchir. Il y avait pour moi autant de visages connus que de visages nouveaux et l’ambiance était aussi festive que chocolatée.

Chocolat

Les membres de Chocolat sont arrivés sur scène vers 22h45, entourés du halo de leur renommée. Difficile à vraiment cerner, leur musique s’enroule autour du progressif, du rock psychédélique et d’un je ne sais quoi un peu déjanté qui fait leur charme. La voix de Jimmy Hunt ajoute une touche vaporeuse à des paroles décapantes ; synthés et saxophone colorient et enrichissent les chansons. Le tout est exécuté à merveille par des musiciens accomplis.

Chocolat /Photos: Marion Desjardins
Chocolat / Crédit Photo: Marion Desjardins

Bien qu’on ait appelé la soirée «Lancement de Chocolat», le programme du groupe s’est avéré être beaucoup plus riche qu’on pouvait le penser. Ils ont été généreux avec un public qui a su profiter de cette opportunité. On se rappellera que Jean-Étienne Collin Marcoux, dans une entrevue donnée précédemment, nous avait dit que le groupe avait été invité en partie pour faire un cadeau à leur clientèle et en partie parce que «la gang de Chocolat, ce sont des musiciens avec qui on travaille à d’autres moments dans l’année et qui avaient vraiment envie de faire ça ici parce que c’est un projet qui leur tient à cœur et qu’ils ont envie de le faire avec des amis plutôt que dans une salle de spectacle lucrative».

Alternant donc entre nouveautés et anciennes pièces, le groupe nous faisait osciller entre découvertes et retrouvailles. Ça n’a pas pris beaucoup de temps avant que ce mélange explosif fasse lever la foule. Sautant, se bousculant amicalement, chantant, hochant de la tête, dansant, les spectateurs ne pouvaient faire autrement que de bouger face à l’intensité délivrée par le groupe et qui n’a pas tarie avant la fin du spectacle. Le plancher en tremblait. Seul hic, à travers les chansons déjà bien connues de leur dernier album Tss Tss, il a été plus difficile de distinguer les nouvelles pièces du groupe ainsi que leur évolution par rapport aux anciennes. C’est une découverte qu’on pourra tous faire en écoutant l’album !

Chocolat /Photos: Marion Desjardins
Chocolat / Crédit Photo: Marion Desjardins

Toujours est-il que la soirée dans son ensemble a été un succès. Vers la fin de la soirée, les spectateurs ont pu reconnaître Ah Ouin, le simple du nouvel album qui était sorti un peu avant le disque complet. Au final, Chocolat nous a laissé sur notre faim même après un rappel de deux chansons, et on aurait bien pris un autre set complet pour nous enivrer davantage.

Témoignages

«Fuck Yeah!»
-Mario Tardif

«Chocolat c’est Pink Floyd qui a tourné à gauche au lieu d’à droite en 1971.»
– Hubert Michaud

Chronique n°3 par Simon Provencher [Extrait d’une vraie conversation]

«C’est comme ça que je cruise en fait» – Simon Provencher

La fête /Photos: Marion Desjardins
Votre chroniqueur dévoué / La Fête / Crédit Photo: Marion Desjardins

Veux-tu savoir quelque chose de cool? Je joue dans un band. Ouais on est pas pire je pense. Nos influences principales c’est U2, Linkin Park et Steeven Reich. Ouais je sais c’est quand même vraiment expérimental mais ça marche bien ensemble. Je suis tanné de voir des bands qui osent pas, il faut savoir être provocateur avec la musique, tu sais. Le public à Québec comprend pas vraiment.

Ouais on a joué avec Chocolat, ils sont correct là j’ai quand même hâte de moins jouer avec des groupes locaux. Messemble qu’on est un peu trop bons pour ça. Je sais pas trop ce qui s’est passé par contre, notre technicien de scène a du faire quelque chose à ma guitare, je sonnais pas trop accordé. Et c’est dur faire un bon spectacle quand j’ai pas de fromages dans la loge. Il y avait pas vraiment de loge en fait. Le Pantoum c’est pas la meilleure place, ils sont pas vraiment professionnels.

Si tu veux on a une chambre d’hôtel. Les trois autres gars sont là mais ils sont habitués.

Ah ouin.

Simon Provencher
– La Fête –

 

Crédit photo: Marion Desjardins

Ce diaporama nécessite JavaScript.

[BD] Si SeÑor, Painted Fruits, Johnny de Courcy et La Fête au Scanner

Jeudi passé j’ai reçu ma paye. Vendredi, j’ai mangé des ramens. Mais entre les deux, il s’est passé des affaires pas mal trippantes. Compte-rendu d’une soirée psychélectrique folle et de bon goût. NDLR : Rassurez-vous, aucune substance illicite n’a été consommée pour les bienfaits de cet article.

Si Senor dans le désert de la muerta.xs

Le show commence avec les Si Señor, boy band aux goûts vestimentaires… créatifs, pour ne pas dire douteux. Écouter la musique des Si Señor, c’est un peu comme ré-écouter l’épisode des Simpsons où Homer mange un piment magique au festival du Chili; il se perd en plein désert, rencontre un coyote nommé Johnny Cash qui lui conseille de partir en quête de son âme soeur et se réveille dans un terrain de golf. Bon. J’ai pas trouvé de coyote au Scanner et mon chili est tout ce qu’il y a de plus straight, mais c’est juste pour expliquer à quel point leur musique est psychédélique en estiche. C’est du bonbon, acid jazz planant instrumental avec des longs riffs appliqués. miam miam.

Painted Fruits.xs

Puis arrivent les fruits peinturés, euh, s’cusez, les PAINTED FRUITS ! Ces gars-là sont pas mangeables, mais sont ben beaux. J’ai trouvé dans leur musique un petit quelque chose d’été et de joli comme une crème glacée, les refrains chantants, la batterie gentille et sautillante,  ça donne envie de s’étaler sur le sable et de jouer au volley à moitié tout nu, ou juste de se prendre par la main… Cute à mort! À ce stade-ci, j’était trop occupée à shaker de la tête pour me souvenir de leur face comme du monde rendue sur ma table à dessins, faut dire qu’une valse contagieuse avait commencé à brasser doucement la foule du Scanner, j’ai même surpris le frigo à esquisser quelques pas de danse.

Johnny de Courcy.xs

Johnny de Courcy monte sur scène : grande échalote à la gueule de rock star et aux yeux de biche. Je ne connaissais pas du tout le dude, mais aux premières notes de Master Manipulator j’ai su que j’étais en amour, happée comme l’achigan sauvage sur le hameçon du rock progressif. PAF PAF FONT MES MOTS DANS TA FACE Je remercie Vancouver d’être tellement monotone qu’elle a engendré un esprit aussi déjanté. Puisque De Courcy est l’enfant impossible qu’auraient eu David Bowie et Peter Murphy s’ils s’étaient tombé dans les yeux… j’exagère à peine. Une dégaine folle, un laisser-aller, un rien-à-foutre de gars pour qui c’est naturel de cracher des hits. Une sensibilité dans la voix qui passe de murmure étouffé contre le micro à du gueulage viscéral et transcendent, mais toujours la note juste. Je pense aux pistes Wind Chimes et Cherry Lane qui exploitent très bien cette dualité. Si ses chansons étaient une planète, j’y bâtirais ma maison.

La Fête.xs

Enfin viennent La Fête. J’ai un seul reproche à leur faire : y’a pas assez de tounes sur leur bandcamp parce qu’on en MANGERAIT. Ils ont fermé le show en douceur, après la montée dramatique de l’énergie on avait besoin de quoi de plus smooth pour l’atterrissage. Et ce fut réussi. Tantôt jazzy, tantôt noise-tendresse, toujours swell. Une musique agréablement dissonante dans un paysage instrumental acidulé.

ti-galope ti-galope ti-galope je suis un cheval nommé la fête et je distribue joie et indécence sur vos visages fatigués.

Ce fut une belle soirée.

[SPECTACLES] Fet.Nat, CRABE, La Fête, Les Avalés, Renard Blanc. (2016). Introduction à la Métacritique. Pantoum, Québec.

Pour pouvoir se mettre à l’œuvre et manier « effectivement »,
c’est-à-dire se « perdre »
dans le monde d’outils,
le Soi-même doit
nécessairement s’oublier

– Heidegger

La critique de spectacles est un art dépassé. Vulgaire guerre de clics pour faire plaisir à deux ou trois artistes indépendants un peu mauvais mais pas trop.

Vous comprendrez évidemment que je suis allé voir des spectacles, section VIP, et que j’ai osé dépasser la critique musicale contemporaine. J’ai osé la métacritique, soit la critique de l’expérience, de l’affectivité et de l’intériorité.. Une critique osant l’oubli de ses référents culturels et de soi. Surtout l’oubli de l’être. Faisant ainsi mon grand post-critique, je me suis oublié. Et j’ai oublié les concerts que j’ai vu. Voici donc une récapitulative romancée de mon expérience interne, question de dépasser un peu mes contemporains. Question d’être à l’avant-garde.

Cette aventure s’étale sur deux spectacles. À l’un j’étais ivre, et au second, j’étais musicien. Dans les deux cas, une situation non-recommandable pour bien faire son travail de journaliste culturel impartial. Oups.

crabe
mtl no wave depuis 1988

Le 25 mars, au Pantoum, j’ai vu CRABE.

Je les aime beaucoup, ils sont bons, ils sont gentils, ils ont une Space Station de DigitechMertin et Gabriel sont énergiques, hilarants et généralement très appréciés par le public, sauf peut être les quelques parents qui comprennent un peu moins. L’expérience CBRAE est complète, et on retourne dehors fumer une cigarette avec la conviction qu’on doit manger plus de légumes.

Mais sérieusement j’étais vraiment très nerveux, peu attentif et j’écoutais d’une oreille en vomissant de l’autre. Les pièces, tirées principalement de leur album Anti-Vague, se succèdent dans un vent d’extase étrange. Ils invitent même l’ami PL chanter le hit Nouveau Document sur scène. Gros fun, gros stress, mais pourquoi es tu nerveux comme ça Simon? Est-ce ton énervement naturel, ou se passe t’il quelque chose de plus?

à suivre….

 

lafete
let’s go mange le ton hot dog

Le problème avec La Fête c’est que c’est moi à la guitare. Je vous parlerai donc de mon expérience. L’intériorité pi toute, on en jasait tantôt! Comme j’ai dit, évidemment j’étais sur le gros nerf, le projet est nouveau, c’est le troisième spectacle à notre actif. Je me fais confiance, blindé devant un mur d’ampli et une petite station spatiale de pédales. J’ai un haut-parleur qui lâche juste avant le show mais bon, ça sert à quoi. c’est une question rhétorique. ça sert à rien les hauts-parleurs, on les arrange simplement sur scène pour faire beau.

Le son est cool, j’ai du plaisir, je ne suis pas saoul. Il y a tout de même un moment dans le spectacle où j’ose attraper une bière entre mes dents pour la caler adroitement, mais bon, c’est pour le show biz. Ça et puis déposer doucement un ampli dans la foule et grimper nonchalamment sur la grosse caisse. show biz. Jean-Michel Letendre-Veilleux fait aussi dans l’intensité aux basses fréquences alors qu’Antoine Provencher danse beaucoup derrière les micros et les guitares et que Samuel Gougoux danse un peu derrière sa batterie.

J’ai fini la soirée au Jos Dion beaucoup trop tard et j’ai dormi sur un des divans du Pantoum avec mon manteau comme couverture. Mais avant ça j’ai vu Fet.Nat. woo.

 

fetnat
plus gros oeuf du monde: 2,59kg poulet moyen: 2,63kg

On ramasse notre matériel, on fait de la place. Ils s’installent. Séquenceur, deux caisses claires, attirail impressionnant de pédales d’effets, slogans cartonnés, DL4. La transe se prépare, la foule, maintenant compacte, survoltée, se prépare à boire les mots de JFNo.

Chanteur, ex-mascotte, homme à tout faire. Il en fait beaucoup déjà, mais il n’est pas seul. Les rythmes d’Olivier Fairfield (Timber Timbre, Last Ex, La Mort à La Mode, J’envoie) sont déjantés, irréguliers, mais toujours fondamentalement groovys et dynamiques. Sérieusement un des meilleurs percussionnistes que j’aie eu le plaisir de voir jouer. Il en manque deux, la section mélodique du lot. Linsey Wellman (Kobo Town, Craig Pedersen Quartet) s’inspire des grands du no-wave et du free jazz et nous donne un exercice de respiration continue constant. Inébranlable. Composant en contrepoint avec les guitares aiguisées, haletantes et les échantillonnages de Pierre-Luc Clément (J’envoie). 

La foule se déchaîne, je reçois des coups de poing. Fin de la soirée.
Ils étaient là pour lancer Please Stop Saying it’s So Beautiful

 

Je vous le dis : il faut encore porter en soi un chaos, pour pouvoir mettre au monde une étoile dansante. Je vous le dis : vous portez encore un chaos en vous

– NIETZsCHE

4loko
le chaos.

Bon, c’est ici que ça dégénère par contre. Je suis allé voir quelque chose il y a quelques semaines. C’était Renard Blanc et Les Avalés. Je sais pas ce qui s’est passé. En ce moment, j’ai un café, on est le matin, j’écoute l’excellent nouvel album de Frankie Cosmos et j’essaie de me souvenir du spectacle. Ça ne fonctionne pas du tout. C’était le 4 mars. Maudit.

 

Les Avalés lançaient Jean-Denis Vol.1, l’album le plus sous-apprécié de l’année.
Assumons à 100% la métacritique et lisons ensemble des extraits de mes notes de la soirée. Êtes-vous prêts?

le truc c'est que Renard Blanc utilisent la même guitare que William de feu-Nimbes. ouf la pertinence.
le truc c’est que Renard Blanc utilisent la même guitare que William de feu-Nimbes. ouf la pertinence.

C’était bon Renard Blanc, je m’en souviens un peu. Et Empire Onirique est franchement excellent.

Suite des citations!

ça commence à se corser on dirait. Tout ce que je sais c'est que j'aimais bien les basslines. Je pense que la chanson parlait de sexualité aussi.
ça commence à se corser on dirait. Tout ce que je sais c’est que j’aimais bien les basslines. Je pense que la chanson parlait de sexualité aussi. Et ça sonnait comme du Neu!? Pas mal, je suis capable de sortir des référents culturels quand même
j'abandonne. merci de m'avoir lu. je vous aime.
j’abandonne. merci de m’avoir lu. je vous aime.

illustrations botchées par Simon Provencher.
à venir:
Métacritique de la Raison Pure
Métacritique des Tubes

[SPECTACLE] Ponctuation (+Saam et La Fête), 3/12/2015, L’Anti Bar et spectacles

Afin de fêter leur retour en terre natale après un séjour chez les cousins français, PONCTUATION débarquait à l’Anti pour une des dernières dates chez eux avant longtemps, et ils étaient accompagnés pour l’occasion de Saam et de La Fête.  Aux côtés des frères Chiasson qui formaient le duo d’origine, on trouvait naturellement Laurence Gauthier-Brown qui s’occupe depuis plusieurs mois des basses fréquences,  on trouve aussi deux autres musiciens, ce qui fait qu’on se retrouvait devant un quintet. Nicholas Jenkins, que l’on peut entre autres voir aux côtés de Paul Michelo, s’occupait d’ajouter aux guitares des tonalités enrichies que les compositions accueillaient plutôt bien. Alex Beaulieu, claviériste dans le groupe stoner rock de Québec, Les Indiens, s’est plutôt occupé du clavier, des bongos et enfin des maracas, dont il jouait parfois en plus du clavier. Mais je saute des étapes. Les deux groupes qui étaient en charge d’amorcer les festivités ont bien rempli leur mandat et ont procuré dans bien des cas de belles découvertes aux mélomanes réunis sur place.

La fête

C’est La Fête qui avait la tâche ingrate de briser la glace, et ils ont bien relevé le défi. Il faut dire que la place d’abord quasiment déserte, mais déjà assez bien peuplée pour les premières notes, laissait augurer une soirée plus tranquille qu’à l’habitude. Le début du concert a été retardé d’une demie heure, repoussé à une heure déjà un peu plus appropriée pour le rock garage, et le band s’est finalement approprié la scène vraiment rapidement. En quelques secondes, on avait l’impression que la soirée était déjà solidement amorcée, tant le groupe avait commencé avec aplomb.  Le quatuor originaire de Québec, au sein duquel on retrouve notamment Jim à la basse, un des fondateurs du Pantoum et membre de Beat Sexü, entre autres. Ils nous font découvrir leur math rock, post rock, un peu jazzé sur les bords, avec des montées vraiment épique, d’abord pendant des pièces avec le chanteur, puis, pour la quatrième pièce, ils y vont avec un morceau instrumental judicieusement baptisé la 4. En tout, cinq ou six pièces leur ont permis d’ouvrir la soirée efficacement.

SaamC’était ensuite le tour de Saam de Montréal, de prolonger le concert, après un assez long change-over, avec leur rock propulsé par un quintet, qui s’apparentait parfois à Mac Demarco, mais en plus groovy. Le vocal avait un style assez exubérant, comme c’était le cas dans le premier show, qui se mariait bien au son assez psychédélique du band. Certains moments étaient plus catchys alors que d’autres étaient plus déroutants, les pièces downtempo étant généralement les moins bien accueillies par l’assistance. Certains passages avaient l’air plus jammés que d’autres et on a pu découvrir au groupe une belle originalité. La performance était assez réussie même si le chanteur-guitariste semblait être le seul à avoir du plaisir sur scène, les autres adoptant plutôt l’attitude concentrée. Ils ont avoué en être qu’à leur second concert, ce qui explique peut être la chose. Quoiqu’il en soit, ce fût une belle découverte.

Ponctuation

Ponctuation a pris place après une entracte plus courte que la première, et ils se sont d’abord installés à trois. Alors que se terminait la première pièce, Poésie Automatique, qui ouvre également leur plus récent album, le groupe a accueilli les deux invités qui allaient agrémenter la soirée, Jenkins et Beaulieu. Ils ajoutent rapidement solidité au son du groupe, qui enchaîne les hits d’abord avec Mon corps est une planète, ce qui conquiert la foule. On a droit à un slam-parterre de danse dès Ciao Bye Ciao, qui arrive bien assez vite, et au premier moment de body surfing juste après, pendant La Réalité me suffit. Le band décide  de se taper un shooter avant d’amorcer une pièce inédite, qu’ils n’étaient pas censés faire ce soir là à l’origine, l’instrumentale Peyotle Dominical, qui s’insère bien dans la soirée. La deuxième guitare ajoute pas mal de tone et permet des explorations sonores habituellement  impossibles sur scène pour le groupe, et elle se retrouve particulièrement efficace dans les délires psychédéliques, lents ou rapides, auxquels elle ajoute de la texture. Une mer de distorsion sert de tapis rouge à une finale assez explosive digne d’un bon jam-band rock, sur laquelle on a eu droit à une nouvelle séance de bodysurfing, qui confirmait le staut de franc-succès de la soirée. Le spectacle n’était peut-être pas aussi explosif que certaines performances récentes de PONCTUATION, mais il était indéniablement solide. L’essentiel, pour une formation réputée pour ses concerts impeccables, était de ne pas diminuer le niveau de qualité avec l’ajout de membres ponctuels n’ayant pas la même quantité d’heures de pratique derrière la cravate, et à ce titre là également, il n’y avait pas de faux pas à dénoncer.

Photos : Marion Desjardins/ Llamaryon

[ÉCOUTE DONC] Un Premier Extrait pour Open House QC de Beat Sexü

Idoles funky de Québec, belles personnes par excellence, percussionnistes velus. Beat Sexü sont un incontournable de la scène locale depuis un peu plus d’un an, mais on croirait les connaître depuis au moins 10 ans, sinon plus. Entre quelques originales, parues sur leur EP Première Fois, le groupe a toujours été un savant créateur de reprises. Ceux qui les ont vu en spectacle le savent, les reprises de Ponctuation, Gab Paquet, Jérôme Charette-Pépin et Les Indiens, entre autres, sont dans la rotation depuis plusieurs mois.

12239319_1716122238609208_8992312336688896251_oMais on pousse la sauce plus loin. Le piment fort est ajouté avec un album 100% local, 100% diy (do it yourself pour les intimes, fais-le toi-même pour les francos). Les performances vocales et guitaristiques (sic) seront assurées par des vétérans et jeunes vétérans de Québec. Et la banque de reprises s’agrandit aussi! On pourra entendre des versions osées de plusieurs autres artistes locaux, même si la liste complète est encore quelque peu mystérieuse (on a entendu avec plaisir le nom de Pierre-Hervé Goulet)

Pour l’instant, une chose est claire par contre, on a un extrait à se mettre sous la dent. Et on doit dire que les Sexü ont sorti les gros canons et ont dépoussiéré leur denim.  La version dance-punk de Je t’aime tellement de l’incroyable hockeyeur  Jérôme Charette-Pépin est assurée par la section rythmique de Beat Sexü (Maxine Maillet aux synthétiseurs, Jean-Étienne Collin Marcoux à la batterie et Martin Teasdale à la basse) accompagnés de Pascale Picard et Dominic Pelletier (Caravane) en duo de voix rock-suave. En effet! Les cris et hurlements habituels de Maxine et Jean-Étienne sont remplacés par une performance pop-rock impressionnante. Le jeune et rebelle Simon Provencher, guitariste dans Nimbes et La Fête, et fier collaborateur d’ecoutedonc.ca vient ajouter sa touche réverbérée sur les guitares.

Autant de mots pour vous dire : On a hâte à l’album, on a un extrait, les jours d’automne passent à une vitesse folle. Ça s’en vient.

Lancement à Québec au Cercle le 26 Novembre

Lancement à Montréal au Divan Orange le 27 Novembre

Et dans nos oreilles numériques le 26 Novembre.