Catégories
Albums

[ALBUM] O Linea – « O Linea »

La formation rock de Saint-Jean-sur-le-Richelieu O Linea lançait il y a quelques semaines un cinquième album intitulé tout simplement O Linea. Le groupe mené par Julien Vézina propose ici une collection de pièces où les guitares dominent (enterrant même parfois les voix).

Les 13 pièces ne manquent pas d’entrain, loin de là, on sent l’influence punk derrière l’indie rock mélodique du groupe. Les fans de The Hives devraient d’ailleurs bien apprécier.

Cette énergie qui traverse l’album, on la ressent dès les premières notes de Casseur de codes, et elle ne nous quitte qu’à la fin de Ton Printemps, qui termine l’album. Vézina y chante comme s’il était branché sur le 220, comme s’il y avait une grande urgence dans ses propos. Seul bémol : O Linea ne prend pas vraiment de répit (même dans les moments plus doux) et la voix de Vézina finit par être un brin monotone. On aurait peut-être aimé quelques moments de répit çà et là, mais il n’y en a pas vraiment. C’est dommage, parce que prises individuellement, les 13 chansons sont toutes bonnes.

On va donc intégrer O Linea à notre liste de lecture, mais on va y aller à petites doses, question de faire durer le plaisir.

Catégories
Entrevues Région : Mauricie

[ENTREVUE] Couturier

J’avoue, je me suis fait prendre. Je ne m’attendais pas à y rencontrer une si belle personne à l’autre bout du fil. C’est ainsi qu’un petit vendredi midi, j’ai causé avec Félix-Antoine Couturier de son spectacle qu’il fera au Nord-Ouest Café le 17 décembre.

Bien que certains puissent l’avoir connu à l’émission La Voix, il faut savoir que son parcours à débuter il y a bien plus longtemps que cela. Il s’est beaucoup impliqué dans le groupe Kodiak, avec qui il a fait des spectacles à travers le Canada de 2002 à 2012 en tant que guitariste, entre autres. Parallèlement, il a joué avec le groupe O Linéa jusqu’à tout récemment, groupe qui existe encore, mais dont Couturier ne fait plus partie.

« O Linéa continue, mais nos chemins se sont divisés avec la trentaine, les choix, la route, etc. Ça a été un choix difficile, mais on est encore des amis », me dit-il, en supposant que rien n’est impossible pour l’avenir.

J’ai donc eu envie de savoir ce qui l’a poussé à partir en solo.

« En 2008, j’ai envoyé ma maquette au Festival en chanson de Petite-Vallée, un peu en cachette, pour relever un défi personnel. J’ai été sélectionné, mais je n’avais jamais fait de spectacle seul. Je me suis cassé la gueule. Depuis cette fois-là, j’ai fait environ 6 concours, pour arriver à la première édition de La Voix ».

Il précise aussi qu’entre temps, il a eu une professeure de chant, Marie-Claire Séguin, qui l’a accompagnée. Il exprime aussi sa fierté de ne pas être resté accroché avec l’image de La Voix et d’être resté authentique tout au long du cheminement de ce concours télévisé. Toutefois, il avoue que cela lui a certainement permis de lui ouvrir des portes et il en est très reconnaissant.

L’année 2015 a été énormément chargée pour lui et j’ai voulu savoir ce qu’il en retirait et comment il avait vécu cette année?

« Oui, ça a été une grosse année. Une année où tout se concrétise. J’ai touché à toutes les facettes du métier avec mon album. Comme un seul homme est devenu ma carte d’affaires, puisque j’ai participé à toutes les étapes de la création, accompagnées de gens du milieu, bien sûr ».

C’est un album assumé qui résume des années de travail. Par le fait même, c’est un album qui a été bien accueilli par le public et il a profité des avantages du côté « jet set » du « show business ». Bien qu’il apprécie tout cela et que c’est davantage présent dans sa vie depuis le début de sa relation avec Beth Cossette, la fille du célèbre Sylvain Cossette, il précise que ce n’est pas le but de sa démarche.

Parlant de sa démarche, je l’ai vu en spectacle quelques fois avec O Linea, qui fait plus dans le rock, donc je lui ai demandé à quoi ressemblait un spectacle solo de Couturier.

« Ça dépend des shows, mais l’important c’est le contact avec le public, le contact intime. J’ai quatre musiciens avec moi sur scène et il y a beaucoup de « love ». Ils sont trippants et on fait beaucoup d’interventions. J’aime jouer avec le chaud-froid en spectacle ».

Que veut-il dire par « chaud-froid » ? Il va se mettre en « chest »? hmm attendons le spectacle de ce jeudi 17 décembre au Nord-Ouest Café pour le savoir.