Catégories
Albums

Critique : Arcade Fire – « Reflektor »

arcade-fire-reflektorOh, ce qu’on avait hâte d’entendre le successeur de The Suburbs, ce disque qui a propulsé le collectif montréalais Arcade Fire dans la stratosphère du rock. Les attentes étaient stratosphériques et le rouleau compresseur marketing qui a précédé la sortie de l’album en a énervé plus d’un.

Bon, vous l’avez sûrement lu quelque part, James Murphy, du très dansant LCD Soundsystem, a coréalisé l’album. De plus, vous avez sûrement entendu parler des voyages du groupe en Haïti, autant sur le plan humanitaire que culturel. Ce genre d’association influence son homme, on savait donc que le groupe avait évolué et qu’on n’aurait pas droit à un Suburbs, deuxième partie.

Si vous avez entendu le premier extrait, Reflektor, vous avez déjà une petite idée de l’orientation qu’ont pris les membres du collectif. Mais vraiment, une toune de huit minutes ne rend pas justice à cet album double de 76 minutes qui passe allègrement d’un genre à l’autre tout en gardant un fil conducteur (la légende d’Orphée).

L’album s’ouvre avec la pièce titre, Reflektor, longue, langoureuse, dansante à souhait. Après une We Exist qui respecte une forme plus traditionnelle se succèdent Flashbulb Eyes et Here Comes the Night Time, deux chansons irrésistiblement inspirées des Caraïbes. Dans Normal Person, Win Butler se prend à la fois pour Elvis et Mick Jagger. You Already Know est probablement la plus suburbienne des pièces de Reflektor, mais elle prépare bien la petite bombe Joan of Arc où Régine Chassagne rend Jeanne d’Arc sexy. C’est sur cette note que se termine le disque 1.

Le deuxième disque s’ouvre sur une reprise de Here Comes the Night Time toute en douceur, qui prépare bien le duo Awful Sound (Oh Eurydice) et It’s Never Over (Oh Orpheus). Vous aurez compris que des chansons qui semblent plus faibles à première vue ont leur utilité : elles mettent la table à de petites bombes qui explosent dans nos oreilles au grand plaisir de l’auditeur. Celle d’Awful Sound est de loin ma préférée. Les guitares sont sublimes, ça tape sur les tambours avec frénésie, Butler chante doucement et tout à coup, PAF! Refrain incroyablement accrocheur, mélodie beatlesque et deuxième couplet au mur du son qui rappelle A Day in the Life. À la fin, on dirait même que George est revenu d’entre les morts pour jouer de la guitare pendant des na na na (qui ne durent qu’une trentaine de secondes, tout de même…). Les Beatles rencontrent Edward Sharpe? Ouais!

Porno, qui suit ce duo, a ce petit côté ballade sombre des années 1980 qui devrait plaire aux gens de ma génération, surtout qu’elle permet à Win Butler de se la jouer un peu crooner, avant de retomber dans l’ambiance carnavalesque avec une Afterlife qui va faire danser bien des gens lors de la prochaine saison des festivals. L’album se termine avec une Supersymmetry en guise de bonne nuit et de générique de fin.

On pourra reprocher bien des choses à Arcade Fire, dont le côté un peu inégal de cette offrande, qui, outre le fait que certaines chansons ne semblent servir qu’à mettre la table pour les suivantes, comporte tout de même quelques longueurs. Neuf chansons sur treize dépassent les cinq minutes. Dans un monde où on s’est vraiment habitué aux chansons de moins de quatre minutes, c’est beaucoup.

Par contre, ça a permis aux membres du groupe d’expérimenter. De prendre leur temps. D’installer leurs personnages, leurs histoires. Jouer avec les rythmes comme d’autres jouent avec les émotions. Si The Suburbs était un album cérébral qui s’adressait à la tête, Reflektor est un album animal qui s’adresse à l’ensemble du corps.

Même si ce n’est pas l’album de l’année, ni même le meilleur album d’Arcade Fire, il s’agit d’un quatrième excellent album pour le groupe de Montréal. Une belle évolution pour un groupe qui refuse de faire du surplace. Les autres albums ont bien vieilli, celui-ci devrait également être meilleur avec le temps.

Ma note : offset_8

Catégories
Albums

Critique : Paul McCartney – « New »

paul-mccartney-new-hbnt-10On reproche souvent à Paul McCartney son total manque de constance. On le sait capable de nous donner le meilleur comme le pire (Où est le soleil quelqu’un?).

Son dernier album pop, Memory Almost Full, faisait partie du bon stock et comptait d’excellents moments. Son album de reprises jazz en comptait de moins bons.

On était donc en droit de se demander dans quelle catégorie tomberait New, surtout qu’il y avait certains faits inquiétants, comme ce besoin de s’entourer de quatre réalisateurs différents et cette sensation d’entendre Penny Lane quand on entend la pièce-titre.

Eh ben voilà, rien à craindre, c’est à un McCartney particulièrement en forme qu’on a droit sur New, un album aux influences diverses où le prolifique Beatle semble plus actuel que jamais tout en multipliant les clins d’oeil à ses créations passées. Surtout, jamais on n’a l’impression d’avoir affaire à un homme de 71 ans.

L’album s’ouvre sur Save Us, un vrai rock n’ roll qui rappellera Only Mama Knows (Memory Almost Full). On dirait que Sir Paul voulait montrer à Alex Kapranos (Franz Ferdinand) qu’il était capable lui aussi de faire danser les jeunes filles… et les moins jeunes! Alligator aurait été approprié sur n’importe quel album de Paul et des Wings des années 1970.

Queenie Eye a un petit côté coloré que n’auraient pas détesté les autres membres des Beatles. Early Days fait un peu penser à Mother Nature’s Son.

Après New, la chanson qui n’a rien de nouveau (si on écoute les paroles, c’est voulu), se trouve ze extra-terrestre de l’album, qui a fait reculer plus d’un critique jusqu’à maintenant, mais qui, à mon avis, est le morceau le plus intéressant de cette offrande : Appreciate. C’est un peu comme si Sir Paul avait écouté du Beta Band avant de se rendre en studio. C’est hypnotique, ultra-atmosphérique, c’est complexe, c’est cool sans jamais être froid et le refrain donne le goût de hocher la tête avec une énergie contagieuse. Seul hic : la pièce détonne un peu sur un album sympa, mais assez conventionnel. Mais franchement, peut-on reprocher à McCartney de se promener champ gauche une fois de temps en temps?

Everybody Out There est un autre de ces airs typiquement McCartney, très pop et entraînant. Hosanna est une jolie ballade, mais elle ne passera pas à l’histoire.

I Can Bet est du pur Wings. C’est rythmé, c’est cool et le refrain est accrocheur. Et le pont mène direct à un petit solo… de clavier! Looking at Her est une autre de ces chansons un peu champ gauche par son instrumentation (très lourde en synthés), mais qu’on reconnaîtrait de toute façon par sa mélodie.

Road, qui clôt l’album, est une autre ballade, mais celle-ci est riche et complexe et semble montrer que McCartney a encore plein de choses à nous dire… et qu’il refuse de vieillir. Tant mieux.

En gros, New constitue un autre excellent album pour Paul McCartney dans une discographie qui en compte plusieurs (tout en comptant quelques trucs beaucoup moins intéressants). Les jeunes qui souhaitent faire de la musique devraient tendre l’oreille.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=fv3syIA5AYM&w=480]

Ma note : offset_8

Catégories
Albums

Critique : Lissie – « Back to Forever »

Lissie Back To ForeverJ’ai entendu Lissie (née Elisabeth Maurus) pour la première fois il y a deux ou trois ans. Elle interprétait Bad Romance, de Lady Gaga. Guitare-voix. Une méchante voix un peu rauque, mais très puissante. C’était assez pour attiser ma curiosité. Je me suis procuré son premier album, Catching a Tiger, un album folk-pop prometteur.

Puis cet été, j’ai entendu les deux premiers simples de Back to Forever. Le premier, Shameless, annonçait une Lissie plus vraie que nature, qui se jouait du star système, et Further Away (Romance Police), une chanson rock extrêmement puissante qui n’est pas sans rappeler les meilleurs moments de Stevie Nicks. Le genre de chanson qu’on écoute en mode répétition en roulant à toute vitesse sur l’autoroute.

Si on ajoute The Habitqui ouvre l’album et précède les deux chansons susmentionnées, on a une entrée en matière plutôt explosive. Et c’est tout naturellement que nos oreilles en demanderont plus. Le problème, c’est qu’aussitôt Shameless passée, on tombe dans la guimauve et les ballades sirupeuses (They All Want You et Sleepwalking) qui viennent briser le rythme. Oui, Lissie a toute une voix et un registre impressionnant et dans ce domaine, elle n’a pas grand chose à envier aux chanteuses à voix – en fait, dans ce domaine, elle est de loin supérieure à une Ellie Goulding -, mais elle n’y est pas à son meilleur. On voudrait qu’elle se tienne un peu moins au milieu du chemin et qu’elle rocke un peu plus, que ce soit champ gauche ou non.

Parfois, on peut trouver les paroles un peu téteuses, comme dans I Don’t Wanna Go To Work. Ben oui, fille, t’as brossé hier soir pis tu feeles pas pour entrer travailler à matin. Tu me pardonneras de pas trop m’identifier à toi, j’ai plus vingt ans, ça fait longtemps que je ne bois plus mes peines d’amour.

J’y suis peut-être allé un peu fort avec les ballades. Mountaintop Removal vient comme me faire mentir (un peu). Lissie entonne le refrain avec une telle hargne, une telle intensité, on ne peut qu’être séduit. Mais bon, ça prend une exception ou deux, hein? D’ailleurs, elle me redonne raison immédiatement après avec Love in the City.

Il reste encore quelques bons moments à cet album, dont I Bet On You, une belle pièce pop qui devrait se retrouver sur de nombreuses radios américaines, Cold Fish, un folk-rock plus rock que folk, et Can’t Take it Back, qui rocke à peu près autant que les deux premières pièces de l’album.

Le résultat une fois les dernières notes de la pièce titre, qui clot l’album? Une drôle d’impression. On a envie de retourner écouter sans arrêt Further Away et Shameless, qui sont vraiment les deux meilleures pièces de l’album. On a envie de sacrer Mountaintop Removal dans la liste de slows de fin de soirée. Mais le reste n’est pas inoubliable.

C’est le principal défaut de l’album : deux chansons grandioses, dix chansons correctes.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=Q0FAPa7lNss&w=480]
Site Web : http://www.lissie.com

Ma note : offset_5

Catégories
Albums

Critique : Random Recipe – « Kill the Hook »

Random Recipe Kill The HookLa question se pose : Y a-t-il plus montréalais que Random Recipe? Un peu de bordel, beaucoup de métissage, tout en demeurant accrocheur et rassembleur. Exactement le genre de mélange qu’on aime. Après un premier album qui les a fait connaître, nous étions tous très curieux d’entendre où le quatuor mené par Frannie la chanteuse et Fab la rappeuse allait nous mener.

Eh ben voilà, le deuxième album de Random Recipe, Kill The Hook est maintenant disponible chez votre disquaire préféré et si vous attendiez ma bénédiction pour l’acheter, aussi bien vous le dire sans détour : cessez de lire et garrochez-vous.

L’album commence très tranquillement avec une Pen and Ink lente et un brin féérique. Un genre de trip psychédélique en total contraste avec Hamburg, qui saura plaire aux fans de la première heure. Le flow des couplets s’harmonise à la voix tendre des refrainsNos amis sont en forme et c’est tant mieux.

Mais c’est une fois les dernières notes d’Hamburg passées que le fun commence vraiment. Au métissage entre le folk et le rap s’ajoutent des claviers d’une grande richesse et des rythmes dansants (Dimples), une attitude amusante à la Santigold (Big Girl), des déluges de mots (Beautiful Connection), des collaborations fructueuses (Sultan et Traffic) et beaucoup de fun (Joy).

L’enrobage de claviers n’enlève rien à la voix chaude de Fran, ni au débit cool de Fab. Au contraire, cette petite touche additionnelle ajoute de la valeur aux chansons. Les refrains gagnent en profondeur, les raps gagnent en rythme, et nos oreilles en sortent grandes gagnantes.

Le titre Kill the Hook pourrait nous laisser croire que Random Recipe allait se faire moins accrocheur, moins pop. Pourtant, c’est exactement le contraire qui arrive. Après quelques écoutes, on en redemande. On devient accro. Cet album crée une grave dépendance.

Et Suave… Suave… c’est trois minutes d’été à emporter!

À entendre. Pis à voir (notamment au Cercle, le 18 octobre prochain). Pis à réentendre.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=Zf8mniGkFLo&w=480]
Site Web : http://www.randomrecipe.ca/

Ma note : offset_8

Catégories
Albums

Critique : Jimmy Hunt – « Maladie d’amour »

jimmy hunt maladie d'amourY’a pas à dire, la première écoute de cette nouvelle offrande de Jimmy Hunt est plutôt déroutante. On s’était habitués à des pièces folk légères comme Motocross, une pièce comme Antilope, sombre, électrique et atmosphérique, a de quoi sortir l’auditeur de sa zone de confort.

C’est ça, Maladie d’amour. Un album qui nous amène là où on ne s’y attendait pas, qui laisse tomber la facilité des petites ritournelles pour nous offrir un son nettement plus recherché. Même si Hunt a encore sa voix et son attitude de jeune voyou lorsqu’il chante l’amour à Denise ou à Marie-Marthe, la musique, de son côté, nous fait voyager loin. Les guitares et les synthés ont du mordant et du groove (écoutez Nos corps, savoureuse et sensuelle), les rythmes sont envoûtants ou dansants (on se laisse aller allègrement sur Rêver souvent), sérieux, on prend son pied. Emmanuel Éthier et Christophe Lamarche-Ledoux, sur qui Hunt comptait pour mettre de la viande autour de son délicieux os, ont accompli leur mission.

Seul reproche : un petit creux de vague au milieu de l’album, avant de terminer en beauté en nous faisant presque pleurer avec une superbe Maladie d’amour, une guitare-voix formidable, et en nous faisant littéralement lancer nos vestes pour danser sous la boule en miroir avec Christian Bobin, morceau délectable aux accents disco.

Avec Maladie d’amour, Jimmy Hunt a vraisemblablement voulu surprendre. On aurait pu ne pas vouloir suivre tellement ce virage était prononcé. Pourtant, c’est exactement le contraire qui se passe. À la surprise de la première écoute succède une envie de goûter plus longuement cette galette. De la grande classe.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=FxpUzKRLSYo&w=480]
Site Web : http://jimmyhunt.bandcamp.com/

Ma note : offset_8

Catégories
Albums

Critique : Basia Bulat – « Tall Tall Shadow »

Basia-Bulat-Tall-Tall-Shadow

L’auteure-compositrice-interprète torontoise Basia Bulat nous propose, ces jours-ci, son troisième album, Tall Tall Shadow, une offrande folk tout en douceur qui devrait satisfaire les fans du genre, tout en y ajoutant une pincée d’accessibilité qui devrait permettre à Bulat d’aller se chercher de nouveaux fans.

L’artiste donne le ton dès la pièce titre, qui ouvre l’album. Tall Tall Shadow débute sur une mélodie au piano électrique, qui laisse rapidement le haut du pavé à la voix de Bulat, particulièrement soul pour l’occasion. La production, signée Bulat, Mark Lawson (qui a produit The Suburbs, d’un certain Arcade Fire) et Tim Kingsbury (dudit Arcade Fire), est impeccable et met en valeur la jeune artiste.

Cet album ne fait jamais dans la facilité. Des chansons qui peuvent paraître monotones à la première écoute se laissent découvrir et apprécier lentement (Five, Four et It Can’t Be You sont de bons exemples). Les chansons plus rythmées sont très réussies, plus particulièrement Promise Not to Think About Love avec ses clap clap qui donnent le goût de danser, ou Wires, qui commence doucement mais qui prend rapidement beaucoup de rythme.

La deuxième partie de l’album se veut beaucoup moins rythmée, mais les pièces ne sont pas moins intenses. La voix de Bulat dans Never Let Me Go donne des frissons.

Tall Tall Shadow est un album franc et vrai qui se savoure doucement et qui prend vraiment toute sa valeur après plus d’une écoute. C’est comme une bière très maltée : ça prend un bout à apprécier, mais après, on ne veut plus rien savoir de la blonde à 6 $ la caisse de 6.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=gIhbxOlUIqc&w=480]
Site Web : http://basiabulat.com/

Ma note : offset_8