[FESTIVAL] FME 2015: Une journée éclatée !! (jour 2)

Quand tu dois regarder tes photos pour te remémorer les événements, c’est signe que ça a été une belle et grosse deuxième journée au FME.

Jeanne AddedAlors, ce vendredi 4 septembre, au studio du CFME 91,9, on a eu droit à la performance en direct de Debbie Tebbs. Nicolas Tittley, en entrevue à l’émission Les deux Mathieu presque Parfa’, a annoncé la performance-surprise de Jeanne Added à 16h dans une ruelle. Je m’y suis rendu, mais comme ça a commencé 45 minutes en retard, j’ai dû partir après avoir seulement vu les tests de sons. Pour ceux qui ne seront pas au spectacle hip-hop ce soir, il faut se rendre à l’Agora des arts pour la voir en spectacle principal.

Phil BrachJe me suis empressé de me rendre à La Légion pour assister au lancement de Philippe Brach. Un Phil Brach « toasté de la veille » a commencé son sa performance les bras en l’air avec quelque chose qui ressemblait à des incantations. Avec Louis-Jean Cormier comme guitariste, le public, très nombreux, était ravi. Avec le même t-shirt que pour le lancement de son premier album et, évidemment, sans souliers dans les pieds, il nous a offert un lancement digne de son imaginaire créatif. Tout de suite après, on l’a rejoint sur la terrasse de la chocolaterie Le Gisement pour une entrevue et une performance acoustique.

Après avoir rapidement mangé, je me suis rendu à l’Agora des arts pour entendre les dernières chansons de Fire/Works. Je suis arrivée au moment où la foule était complètement sous le charme.

11950854_10153102919815950_1396646430_n

Il fallait se dépêcher pour se rendre au tant attendu spectacle de Ropoporose au Cabaret de la dernière chance. Après une attente de 20 minutes à l’extérieur, on a finalement pu rentrer pour voir la dernière moitié de leur performance. Une performance solide, juste, intense et charmante à la fois. Heureuse d’avoir pu enfin voir leur spectacle.

 

S’en est suivi le groupe Heat avec la voix grave de Susil, qui accentue d’autant11920332_10153102919820950_1074679783_n plus les mélodies de guitares et qui rend le tout plus intense. Après quelques chansons, j’aurais aimé un peu plus de dynamisme, mais j’ai tout de même été très heureuse d’avoir pu assister à ce qu’on croyait être le dernier spectacle de la journée.

 

On s’est déplacé par la suite vers le Morasse pour remplir nos petits ventres de poutine et, en chemin, nous avons croisé la bataille de crêpes… Arrivé à destination, il y avait des gens qui jouaient sur le piano public installé à côté des tables de pique-nique. Une belle fin de soirée pour une journée qui a été intense et éclaté en styles musicaux.

 

 

[ALBUM] Ropoporose – «Elephant love»

Album «Elephant love» de Ropoporose
Album «Elephant love» de Ropoporose

Ropoporose, c’est un duo familial originaire de Vendôme et composé de Pauline (chant, guitare, clavier, percussions) et Romain (batterie, guitare, chœurs). Influençée, entre autres, par Yann Tiersen, Sonic Youth, Arcade Fire ou Piano Chat, leur musique pop-rock, parfois plus planante, parfois plus « noise », nous rappelle la sensation de liberté souvent associée à la jeunesse.

L’album Elephant Love sortait en janvier 2015 en Europe et est arrivé sur nos tablettes le 28 août dernier via Simone Records.

J’avoue avoir été complètement sous le charme après ma première écoute. L’album commence très bien avec un enchainement de notes à la guitare électrique sur la pièce Day of may. Tout de suite, ça donne le goût d’écouter tout le reste. Ça n’en prenait pas plus pour comprendre que j’allais passer ma journée du 28 août à l’écouter en boucle, pour mon plus grand bonheur.

La deuxième pièce, Desire, est plus instrumentale et plus planante. Avec Moïra, on passe à un autre niveau. La chanson commence tout doucement et prend son envol vers le milieu. Ça donne envie de défoncer des montagnes en rentrant dedans avec des tanks géant en lançant de la dynamite. Drôle de métaphore me direz-vous, mais vous comprendrez mon engouement en l’écoutant.

Avec la pièce Whu-whu, c’est là que tout l’album prend son sens. C’est là qu’on assimile tout ce qu’on entend depuis le début. C’est, à mon avis, la pièce qui joint le début et la fin. La présence de la guitare, la voix de Pauline, la mélancolie de la mélodie et le crescendo instrumental m’ont rendu accro à l’album.

La pièce Empty-headed, qui arrive juste après, a l’effet d’une bombe. C’est assez intense pour nous donner envie de danser et assez doux pour qu’on ait juste envie de hocher la tête tranquillement de l’avant vers l’arrière.

La chanson titre de l’album est musicalement plus lourde et le vocal est encore plus angélique que sur les autres pièces… un parfait mélange !

Consolation est plus dans le psychédélique rock avec un rythme un peu plus lent, mais juste assez pour nous préparer à la suite, avec My god qui est plus lente et plus du type traditionnelle.

La chanson 40 slates nous amène vers la fin de l’album avec une introduction musicalement relaxe et en terminant sur une intensité digne d’un film de guerre qui finit bien pour les gentils. De toute beauté !

En plus d’avoir la chance de les voir au Festival de musique émergente en Abitibi-Témiscamingue (FME) le 4 septembre prochain, je crains de ne jamais pouvoir me passer de leur musique. Un album qui s’harmonise tout à fait avec l’automne qui arrive par les mélodies accrocheuses et harmonieuses entre les voix et la guitare électrique prédominante. Bien qu’on retrouve sur l’album des éléments nous rappelant les groupes qui les ont inspiré, ils ont su développé un style bien à eux, qui les rends charmants et ô combien plaisant à écouter.

Le FME s’échappe : les premiers noms de la programmation 2015 dévoilés!

11536467_10153410502582329_4574190872130065044_oLe Festival de musique émergente en Abitibi-Témiscamingue (FME) n’en pouvait plus d’attendre et ceux-ci ont décidé de « l’échapper » (leurs mots, pas les miens) en dévoilant douze artistes qui seront de la programmation de sa treizième édition, où la coqueluche du Québec, Louis-Jean Cormier, sera la vedette de la soirée de clôture.

Toujours l’oreille tendue vers le hype et ayant à coeur la diversité musicale, les premiers artistes confirmés sont éclectiques à souhait afin de plaire à un vaste public. En effet, quand ce n’est pas l’électro-pop chaotique Doldrums, c’est le death metal technique de Fleshgod Apocalypse qui sera en vedette. Le rap irrévérencieux de Loud Lary Ajust fera bon ménage avec les légendaires The Fleshtones. Il ne faut surtout pas oublier le duo Saratoga, composé de Michel-Olivier Gasse et Chantal Archambault ainsi que le duo indie rock californiens The Dodos.

Pas moins de quatre artistes traverseront l’océan afin de venir dans les contrés lointaines de l’Abitibi : Jeanne Added, de la France, Puts Marie de la Suisse, ainsi que Tottoro et Ropoporose, qui viennent tous deux la France. Ajoutez à ce cocktail déjà explosif les Marinellis et PONi, et pour que la saveur soit relevée, pourquoi pas ne pas ajouter le dancehall de Face-T au passage?

Et ça, ce n’est qu’un échantillon puisque la programmation complète sera dévoilée le 21 juillet prochain, simultanément à Montréal et à Rouyn-Noranda. Les passeports seront en vente dès la semaine suivante, c’est-à-dire le 29 juillet.

Pour plusieurs, il s’agira d’une belle façon de clore la saison des festival en beauté.