Catégories
Région : Québec Spectacles

[SPECTACLE] Xavier Rudd & The United Nations, Le Capitole de Québec, 8 novembre 2015

Photos : Ludvig Germain Auclair

_MG_0942Pendant que la faune médiatique était à Montréal ou devant la télé pour célébrer #notremusique, vos fidèles reporters d’ecoutedonc.ca avaient la lourde tâche de couvrir le concert de Xavier Rudd & The United Nations. Eh qu’on était à plaindre, hein? 😉

Rudd et ses complices sont venus présenter leur plus récent album, Nanna, qui marque une différence marquée par rapport aux albums précédents du troubadour australien. Au folk de feu de camp rassembleur qui le caractérisait si bien depuis le début de sa carrière, Rudd a fait place à un croisement entre le folk et le reggae qu’il a agrémenté de teintes de worldbeat. Pour ce faire, il a recruté une équipe de musiciens et de choristes talentueux qui lui donnent la réplique de belle façon. On avait donc bien hâte de voir ce que cette bande de joyeux drilles avait dans le ventre. Et comment les vieilles chansons de Rudd allaient être transposés dans cet univers bien coloré. Et métissé.

_DSC1669C’est donc dans un Capitole bien rempli (un dimanche soir, de surcroît) que Xavier Rudd et ses United Nations sont arrivés après un long entracte. Je ne vous nommerai pas les chansons parce que je connais plus ou moins Rudd, mais je vous avoue que ça commençait plutôt bien. Rudd se promenait joyeusement pieds nus, chapeau bien vissé sur la tête, la guitare en bandoulière. Ses deux choristes l’accompagnaient avec leurs voix puissantes, pleines de soul. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Arrive Follow the Sun, tiré de son album précédent Spirit Bird (2012), qui avait connu un grand succès au Canada. Tiens, me voilà en terrain connu. Je n’étais pas le seul : le public était heureux du virage reggae de Rudd, mais c’était visiblement pour le vieux matériel qu’il s’était déplacé. Follow the Sun a donc reçu un très bel accueil, digne de cette fort jolie chanson. Les arrangements des autres chansons plus anciennes étaient parfois un peu moins réussis : difficile d’intégrer et de réarranger de vieilles chansons qu’on avait l’habitude de jouer tout seul, en homme orchestre, maintenant qu’on a un band complet à sa disposition!

_DSC1528Rudd et ses Nations unies se sont montrés fort généreux, se donnant entièrement pendant chacune des chansons. Le public, lui, était heureux, dansant aussitôt qu’il en avait l’occasion. Même le balcon, où je m’étais installé sagement pour écouter le show, était particulièrement dansant!

Évidemment, les moments forts du spectacles ont été ceux où il est allé s’asseoir seul avec sa guitare pour chanter ses magnifiques chansons. De nombreux calumets se sont allumés un peu partout dans la salle, sous l’oeil circonspect des agents de la salle. L’harmonie était parfaite. La communion, totale.

De quoi me faire oublier que j’ai manqué trois discours de remerciement de Leloup.

Emmanuel Jal

_DSC1105La première partie était assurée par Emmanuel Jal, un jeune artiste originaire du Sud Soudan et maintenant établi à Toronto. Ancien enfant soldat qui en a vu de toutes les couleurs, il a tenu à se présenter au public en slammant. Tout le monde était toute ouïe. Quant à la prestation, les pièces de Jal s’écoutent beaucoup plus pour les paroles, dans lesquelles il raconte sa vie, ses valeurs, ses rêves. Et il faut le voir danser d’un bout à l’autre de la grande scène avec une énergie immense. Impressionnant. Jal a terminé sa prestation en faisant monter quelques spectateurs, qui ont dansé avec lui. C’était joyeux et émouvant.

Je vous laisse avec les photos prises par Ludvig.

Catégories
Entrevues Région : Québec

[ENTREVUE] Xavier Rudd

IMG_5317

Cela fait déjà trois ans que Xavier Rudd a sorti son septième album « Spirit Bird » , qui a joui d’une forte popularité et a consolidé la notoriété de l’artiste Australien sur la scène internationale par un son engagé tant sur le plan social qu’environnemental. Sur son tout dernier album intitulé « Nanna », Rudd pousse la note encore plus loin, changeant d’ailleurs sa formule de « one-man band » pour former un groupe composé d’artistes issus des quatre coins de la planète appelé « the United Nations ». Xavier Rudd est présentement en tournée Nord-Américaine pour la promotion de « Nanna » et j’ai eu la chance de lui poser quelques questions par téléphone un peu plus tôt ce mois-ci.

Bonjour ici Ludvig Germain Auclair pour le blog ecoutedonc.ca, ça va bien ?

Bonjour, ça va bien oui, merci.

Et puis, la tournée se déroule bien ? Je crois savoir que vous êtes près d’Austin au Texas en ce moment ?

Oui, oui, on se déplace en bus vers Austin, un peu fatigués mais ça va.

Bien ! comment te sens-tu par rapport à ta tournée au Canada? Tu as tout de même une belle relation avec le pays, surtout avec la Colombie-Britannique à ce que je sache.

Tu sais, c’est toujours bien de revenir ici. Les gens sont accueillants, l’énergie est bonne, la nature est belle. On est très occupés par la tournée et ça fait du bien d’Avoir tout ça. J’ai passé du temps en Colombie-Britannique durant l’enregistrement de « Spirit Bird », surtout sur l’île de Vancouver avec des gens fort sympathiques, j’en garde un bon souvenir.

Le Canada partage beaucoup de similarités avec l’Australie, notamment en ce qui a trait aux autochtones. Sachant que c’est un sujet prédominant dans ton oeuvre, est-ce quelque chose qui t’a influencé durant ton parcours ici ?

Eh bien, ma musique touche tout un chacun qui y est ouvert. Le traitement des peuples Aborigènes d’Australie est quelque chose que je mets d’avant, mais c’est d’abord et avant tout de mes sentiments, de mon énergie par rapport au monde et à la terre que je m’inspire. Les questions sociales sont un élément parmi tant d’autres dans mon processus artistique.

Parlant de processus artistique, comment s’est déroulé la transition d’artiste solo à un groupe de 11 artistes ? est-ce que ça a influencé le développement de la musique d’être plusieurs?

Pas tant à vrai dire. À la base les chansons viennent de mon inspiration, je ne force rien. Je ne suis pas le genre à m’asseoir et à me casser la tête à écrire des paroles ou des partitions… Je suis tout simplement mon état d’être et lorsqu’une mélodie ou des paroles me viennent à l’esprit, je les récite. Si elles sont récurrentes je finis par les enregistrer. Le fait d’être maintenant onze apporte plus de diversité au processus créatif, mais nous allons tous dans le même sens et ce n’est pas très différent de quand j’étais seul. Le groupe durera le temps qu’il faudra, dans la mesure que l’énergie reste homogène entre nous tous. c’est la base de United Nations.

En tant que fan, Je suis honnêtement impatient de voir votre performance à Québec le 8 novembre prochain au Capitole. Pensez vous jouer surtout le plus récent album ?

Merci mon frère, c’est toujours sympa à entendre. J’aime beaucoup Québec. C’est une belle ville pleine de gens aimables, il y fait froid remarque, comme partout au Canada en hiver ! (rires). j’aimais bien le snowboard quand j’étais ici avant. Je n’aurai malheureusement pas le temps d’y rester vu mon horaire très chargé mais j’aurais bien aimé. Honnêtement nous suivons le rythme, on joue le nouvel album principalement pour en faire la promotion mais souvent on joue d’autres chansons antérieures, ce qui est intéressant à onze au lieu d’un.

Eh bien ça faut chaud au coeur ça ! prochaine fois je vous suggère vivement vous ne le regretterez pas !

Ça c’est sûr. nous allons avoir trois jours de repos autour de Montréal, on va sûrement en profiter pour se la couler douce un peu.

Nous avons par la suite parlé de la nature au Canada et du surf sur l’île de Vancouver par nos expériences personnelles respectives avant de mettre un terme à l’entrevue. Force est d’admettre que c’est quelqu’un de vraiment sympathique et si vous ne le connaissez pas je vous suggère vivement d’aller voir ça de plus près. Xavier Rudd and the United Nations seront de passage à Québec au Capitole le 8 novembre.