En attendant Bonnaroo, chapitre 2

Mes incontournables :

Cage The Elephant : Les Californiens sont vraiment à leur meilleur sur une scène. Leurs amis de Grouplove seront assurément présents dans la foule, et il y a fort à parier que Young The Giant ne sera pas loin.

Vampire Weekend : Je vais peut-être enfin comprendre ce qu’ils ont de si spécial pour être appréciés de même!

Phoenix : Ils étaient têtes d’affiche à Coachella, il s’en fallait de peu pour qu’ils se ramassent sur la quatrième ligne à Bonnaroo. Encore un des meilleurs groupes électropop au monde. On va avoir un fun noir.

Skrillex : Il m’a empêché de dormir en 2012 et au FEQ, il a provoqué un tremblement de terre de basses qui se ressentait jusqu’à Limoilou. Nous ne résisterons pas cette année.

Cake : La meilleure version d’I Will Survive EVER. Enfin en spectacle dans ma face en 2014.

The Avett Brothers : Les précurseurs de la pop de grange et du fauxgrass. Ils ont une sensibilité pop incroyable. On ne les manquera pas.

The Flaming Lips : Depuis le temps que je rêve de les voir en spectacle, voilà enfin l’occasion tant attendue. Wayne Coyne et sa bande promettent une expérience. On me dit qu’ils livrent la marchandise. Une des raisons de ma présence à la ferme cette année.

Ice Cube : Le rappeur devenu comédien. Il était old school quand le old school était juste school.

Frank Ocean : R n B minimaliste et intense. Maaaaaaaaaaaan.

Grouplove : J’ai eu le coup de foudre en 2012 à Bonnaroo. Cette fois-ci, mes attentes seront stratosphériques. Ça va être une fête incroyable.

Fitz and the Tantrums : La pop-soul de ce groupe est un rayon de soleil. C’est joyeux, entraînant, chaleureux. On va avoir du fun.

Broken Bells : Paraît qu’ils ont été bons au Métropolis la semaine dernière. Voir Danger Mouse en personne? Oui, monsieur!

Capital Cities : Juste pour danser au son de Safe and Sound

CHVRCHES : Électropop britannique. Ils sont de ce côté-ci de l’Atlantique, on serait fou de s’en passer!

City and Colour : Dallas Green va encore être émouvant, mais personne de mon entourage ne sera là pour trouver ça ennuyant. Cette fois-ci, si le groupe est opposé à Lionel Richie, c’est l’ancien des Commodores que j’irai voir.

Neutral Milk Hotel : Va falloir que je ressorte mes vieux disques pour ce vieux groupe!

The Head and the Heart : Je vais les voir au Cercle, avec Basia Bulat, à la fin du mois. Oui, j’ai hâte. Le point de vue risque d’être différent.

Disclosure : Le groupe électro à tendance house serait excellent au programme de fin de soirée. Ça va danser!

Chromeo : Parce qu’on aime ça, encourager des vedettes locales! 😉

Janelle Monae : ENFIN!

Die Antwoord : On m’en parle comme le groupe fucké du siècle. Niveau de curiosité très élevé, qu’on va tenter d’assouvir, bien entendu!

Cut Copy : Pour faire danser, les Australiens sont forts. Après les avoir vus dans l’intimité de l’Impérial il y a quelques années, il sera intéressant de voir Cut Copy sur une plus grande scène.

Ben Howard : Je l’ai vu en 2012 et j’en aurais pris plus si ce n’était du fait que Laura Marling suivait. Chanceux, Boivin, le revoilà!

James Blake : Un autre que je souhaitais voir et qui ne s’est jamais pointé à Québec. Ça va être à surveiller!

Jake Bugg : Avec Jack, James et Janelle, il fait partie des quatre J que je suis impatient de voir.

Little Dragon : J’ai raté la bande en 2012, je me reprends.

Drive-By Truckers : On ne peut aller dans le Sud sans assister à une prestation d’un groupe qui sent l’asphalte et les gros pick-ups!

Tedeschi Trucks Band : Je voulais les voir au FEQ, mais un conflit d’horaire m’en a empêché. Bonnaroo me semble un cadre parfait pour ce groupe de blues rock solide.

Phosphorescent : Je n’ai que trois mots à dire : Na na nère!

Damon Albarn : Quoi? L’ex-leader de Blur et de Gorillaz est à Bonnaroo? Oui, madame, et il vient mousser son deuxième album solo, qui devrait être un bijou!

Real Estate : Calme, tranquille, introspectif. Un excellent groupe pour un break en fin d’après-midi.

Shovels & Rope : Country-folk joyeux et lumineux. Oui, nous en voulons!

The Lone Bellow : L’autre groupe qui m’a convaincu. Très bas sur l’affiche, mais si vous avez déjà entendu ce trio d’enfer, vous savez qu’il faut absolument assister à leur prestation.

Il y en a encore plein d’autres dans tous les genres musicaux, du rap au metal en passant par le folk! Comme vous pouvez le constater, il est presque certain que je vais être confronté à quelques reprises à des conflits d’horaire entre deux (ou trois, voire quatre) artistes que je veux voir. On s’adaptera.

La semaine prochaine, on commence la préparation. Avec un peu de retard. Ne vous inquiétez pas, il reste encore beaucoup de billets au cas où vous auriez envie de m’accompagner.

Par Jacques Boivin

Propriétaire, rédacteur en chef, rédacteur, correcteur et photographe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *