Mes albums préférés de 2014

5. Jack White – Lazaretto

lazarettoÉcoutez, je n’étais pas un grand fan de White avant LazarettoSeven Nation Army ne me faisait pas grand chose. Mais cette année, il y a eu cette prestation épique de près de trois heures à laquelle j’ai eu la chance d’assister, ainsi que cet album, qui s’occupe des vraies affaires : ajouter de la bonne musique qui bouge dans votre discothèque, ça n’arrive pas souvent. Même les pièces les plus douces sont entraînantes.

Frissons : High Ball Stepper. La pièce est instrumentale, mais les instruments racontent eux-mêmes très bien l’histoire. Écouter cette chanson, c’est une expérience en soi. Avec le vidéoclip, c’est encore mieux. Ça tombe bien, on vous le propose juste ici :

(Third Man Records)

[youtube http://youtu.be/sRbnAxrS3EM]

***

4. The War On Drugs – Lost in the Dream

The War on DrugsQuel album fantastique! Quand on écoute Lost in the Dream. Adam Granduciel a appelé les dieux du folk-rock des années 1980 et les esprits de Bob Dylan, Bruce Springsteen et Mark Knopfler sont apparus pour donner à l’auteur-compositeur-interprète l’inspiration qu’il lui manquait pour composer sa grande oeuvre. Mais se contenter de cette affirmation pour dire que le groupe a frappé dans le mille, c’est un peu injuste pour Granduciel, qui a souffert pour composer et enregistrer ces dix petit bijoux. Quand le rêve américain ne se porte pas bien.

Frisson : An Ocean Between The Waves. Avez-vous entendu les guitares sur cette chanson? Fermez les yeux et écoutez attentivement. Elles sont délicieuses. Oeuvre d’un génie.

(Secretly Canadian)

[youtube http://youtu.be/WJhGQMHEcl8]

***

3. Salomé Leclerc – 27 fois l’aurore

Salomé LeclercComme je l’attendais, cet album d’abord prévu pour le printemps, mais finalement paru cet automne! Ce que Salomé Leclerc avait laissé entrevoir avant sa sortie donnait l’eau à la bouche. L’univers qu’elle a créé avec l’aide de Philippe Brault à la réalisation lui a permis d’explorer et d’ajouter un énorme territoire à son univers créatif. De notre côté, nous avons onze chansons mémorables qui nous rappellent à chaque écoute le grand talent de la jeune auteure-compositrice-interprète.

Frisson : Attendre la fin. Ce rythme envoûtant. Cette guitare. La voix de Salomé. Ce piano qui marque le début et la fin de la chanson. Magnifique. Fantastique.

(Audiogram)

[youtube http://youtu.be/MBy3ltW-8p4]

***

2. Antoine Corriveau – Les ombres longues

Antoine CorriveauC’est simple, un fan de musique devient fan d’Antoine Corriveau environ 2 minutes après avoir commencé l’écoute de Un par un, la pièce qui ouvre son deuxième album Les ombres longues. Les dix pièces qui se succèderont seront autant de voyages dans l’univers parfois sombre, souvent porteur d’espoir, de Corriveau.

Frisson : Je sors dehors. Je ne sais pas, le refrain me fait brailler :

Les 18 roues passent et me frôlent
Arrachent un peu de toi en passant
Même si tout débarque de sur mes épaules
C’est lentement mes pas qui sont de plus en plus pesants

Y’a de quoi brailler, bon. J’aimerais tellement ça avoir cette aisance avec les mots!

(Coyote Records)

[youtube http://youtu.be/rqMvQJexRV4]

***

1. St. Vincent – St. Vincent

St. VincentS’il y a un album que j’ai écouté pas mal toute l’année, c’est bien celui-ci. Sur St. Vincent, Annie Clark met le paquet : tout ce qu’elle a appris depuis le début de sa carrière est mis à contribution. Si certaines chansons semblent sorties de Strange Mercy, d’autres, plus farouches, peuvent rappeler ses débuts. Même son travail avec David Byrne a été une source d’inspiration, dont, manifestement, sur Digital Witness.

Frissons : Huey Newton. La deuxième partie de la chanson ressemble drôlement à une descente en enfer. Mais c’est le genre d’enfer que j’aimerais bien visiter. Pis Seven Crossed Fingers pourrait bien être la chanson officielle de la fin du monde.

(Loma Vista)

[youtube http://youtu.be/mVAxUMuhz98]

Bonne année 2015, tout le monde. On se revoit bientôt.

Publié le
Catégorisé comme 2014

Par Jacques Boivin

Propriétaire, rédacteur en chef, rédacteur, correcteur et photographe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *