[FESTIVAL] Le Montreal Psych Fest récidive

Pour une deuxième soirée consécutive, mais cette fois à La Vitrola, salle à la fois plus spacieuse et plus glauque que le Divan Orange, le Montreal Psych Fest a servi jusqu’aux petites heures de la nuit une autre bonne dose de rock psychédélique aux mélomanes qui ont daigné gravir les marches de la place. Ils n’étaient toutefois pas les seuls à tenter de courtiser les mélomanes de la métropole avec un plan de soirée alléchant, le OUMF quelques quadrilatères plus au sud battait son plein sur la rue St-Denis en offrant plutôt des concerts de hip hop gratuitement. J’ai moi-même fait un détour pour voir l’impeccable performance d’Eman X VLooper, mais rater celles de Dead Obies et de Grandmaster Flash, et je ne peux donc pas reprocher aux gens de s’être présentés assez tard, retardant le début du concert d’un bon trois quarts d’heure que même certaines performances écourtées n’ont pu amenuiser, repoussant le début de l a performance de Pypy aux alentours d’une heure cinquante. Le rock psychédélique, c’est clairement pas fait pour les chochottes, comme on dit! Si ce soir la parité n’était pas de mise sur scène, elle était clairement atteinte dans la salle, beaucoup de fières représentantes de la gente féminine prouvant par le fait même que ce style de musique n’est pas réservé aux poilus de sous-sol.

Malgré mon détour au OUMF, j’ai réussi à arriver à l’heure prévue pour assister au concert de Paul Jacobs, une one-man band énergique dont on m’avait à juste titre vanté les mérites. Hyperactif et dévoué à la cause musicale, Jacobs s’est époumoné en cris et en chants, le vocal n’étant pas tout à fait assez fort dans le mix, et s’est lui-même accompagné de batterie, son installation était un peu plus complète que celle des traditionnels hommes-orchestres, et à la guitare, dont il jouait assez frénétiquement. Certaines chansons avaient un charme plutôt rétro, on aurait quasiment pu dire yéyé si ce n’était de l’abondante distorsion qui accompagnait les notes, alors que certaines autres étaient plus posées et avait un léger côté blues, rappelant parfois le spectaculaire et indétrônable « one-man-band-boom » Bob Log III. La foule, d’allure morte-vivante, n’a pas daigné bougé beaucoup pendant la performance, mais on commence à se faire à l’idée: l’hypothèse veut que le public montréalais, sans cesse bombardé d’une offre musicale et culturelle assez chargée, semble ne vouloir rien rater et son agenda un peu trop plein ne lui laisse donc que peu de temps pour récupérer, le transformant en masse aux allures parfois comateuses. Lorsque Jacobs brisa une corde, un peu avant la fin prévue pour la performance, il n’a pas su renouveler l’exploit de Guillaume Chiasson la veille, qui avait terminé une chanson une corde en moins et changé sa corde sans que le concert ne cesse d’être divertissant. Il a donc plutôt mis abruptement fin à la performance et a quitté la scène sous les applaudissements de la foule.

Ce fût ensuite le tour de la formation Pachyderm de prendre la scène et j’attendais leur show avec impatience, m’étant fait vanter leurs mérites à quelques reprises par le passé et n’ayant jamais eu la chance de les voir. L’entracte assez brève a permis à l’étrange trio de prendre place sur scène et d’installer progressivement un groove très intéressant, grâce à une rencontre inusitée entre un batteur-percussionniste, un guitariste parfois chanteur et un saxophoniste, naturellement moins présent que les que les deux autres musiciens qui formaient le noyau dur du groupe. Tripatif à souhait, leur style imbrique des éléments presque afro-beat et un côté très rock, les riffs répétitifs deviennent des sortes de mantras contagieusement groovy et l’absence de basses fréquences ne se fait pas trop sentir. La foule, toujours statique, ne semblait pas tout à fait conquise. Le set prenait pourtant l’allure d’un bon jam session fait avec les moyens du bord, mais avec une bonne ligne directrice. La cohésion du groupe était parfois difficile, ce qui donnait l’impressions que les musiciens ne s’entendaient pas très clairement dans les moniteurs de scène, la soirée ayant d’ailleurs été ponctuée de commentaires d’à peu près tous les groupes sur certains aspects techniques. Ça semblait donc s’enligner pour un show fort prometteur et j’attendais avec impatience la suite des choses quand la musique s’interrompit de manière assez confuse, le guitariste ayant à peine le temps de dire merci que ses deux comparses étaient déjà disparus.

IMG_6556
LES MARINELLIS (Crédit photo: François-Samuel Fortin)

Vint enfin le groupe en qui mes espoirs reposaient pour enfin délier les jambes des festivaliers, ceux qui la veille encore avaient terrorisé l’équipe technique du OUMF en s’adonnant aux traditionnels jeux scéniques où s’asperger de bière et de mousseux est le principe de base, les fameuses sensations locales et fiers représentants du rock éthylique, les Marinellis. Nos Black Lips à nous les Québécois, les Marinellis ont même eu la chance d’être signés sur la réputée étiquette Burger Records de la formation américaine. Manifestement passés maîtres dans l’art du dérapage contrôlé, leur performance qui semble être laissée au hasard et bercée par le chaos est en fait un joyau finement ciselé dont la mise en scène et le costume à paillette dorée du chanteur Cédric Marinelli sont les pièces maîtresses. Ils ont dès les premières secondes affichées leurs couleur Le show, bien que bien rodé et relativement similaire à celui que j’ai eu la chance de voir au FME la semaine dernière, était assez senti et festif et c’est ce qu’il fallait pour extirper la foule de sa torpeur, sans toutefois que le feu ne prenne véritablement dans la foule autant que c’était le cas sur scène. Les gars ont clairement un plaisir contagieux et se donnent à fond sur scène, sans toutefois négliger l’aspect technique de la performance, l’interprétation étant généralement très adroite. Toujours en grande forme – peut-être est-ce grâce au yoga dont le chanteur nous a fait la démonstration un peu avant la fin du spectacle ? – les gars font honneur au party-rock-garage-psychédélique aux accents parfois country dans la tradition de laquelle ils inscrivent leur projet en grosses lettres dorées. Ils n’ont toutefois pas poussé l’art du divertissement jusqu’à meubler les interstices entre les chansons, mais cette baisse de tension s’avérait être un petit répit bien mérité pour la foule comme pour le groupe. À la fin du concert, j’avais quand même envie de tout vendre pour m’acheter un baril de bourbon et un solide destrier, pour partir à cheval sur la brosse et tirer du gun sur des canettes vides, ce qui doit en soi être un gage d’un show réussi.

IMG_6566
DEMONS CLAWS (Crédit photo: François-Samuel Fortin)

Même si mon niveau de fatigue me laissait croire que la fin des festivités était enfin arrivée, il restait deux performances à l’agenda et non les moindre. Jeff Clarke, qu’on a pu voir la veille dans Milk Lines, remontait sur scène avec son quatuor Demons Claws, qui rappelait parfois les Marinellis ou les Black Lips, mais avec un côté souvent plus rugeux et abrasif. Malgré qu’elle tâchait d’insuffler à la foule une énergie similaire, la performance n’a pas renouvelé l’exploit des Marinellis et la foule est donc retombée dans l’inertie relative tout au long de la performance, sauf pour un petit slam qui s’est formé à quelques reprises. Parfois plus surf rock que country, leur musique se matérialisait parfois dans des longs jams tortueux et assourdissants avant de retomber dans des phases plus festives. C’était quand même excellent mais à cette heure-ci, il aurait fallu que ce soit un peu plus exceptionnel pour maintenir élevé mon niveau d’intérêt et d’énergie, car leur concert s’apparentait à une prolongation de celui des Marinellis et il s’est terminé par une pièce plus molo accordée en rappel, bien que la foule n’ait pas tout à fait réclamé celui-ci en n’applaudissant que timidement.

IMG_6583
PYPY (Crédit photo: François-Samuel Fortin)

Vint ensuite une entracte qui parût fort longue à ce stade de la soirée, entracte au cours de laquelle on vit apparaître divers éléments scéniques, comme des dessins-bricolages naïfs représentants des dauphins et des vagues ou encore un gros prisme rectangulaire en tissu rose plutôt intriguant qui occupait le centre de la scène. Subitement, les premières notes sont lancées et tout le monde apparaît sur scène pour amorcer la performance. Annie-Claude Deschênes, la charismatique et troublante porte-étendard des non moins excellents Duchess Says a ouvert la parole en disant simplement « nous somme Pypy » et voilà qu’un de leur hit était propulsé au visage des mélomanes encore sur place. C’est finalement ce supergroupe montréalais, où sévit également Roy Vucino (Birds of Paradise, la veille, mais aussi, Sexareenos, CPC Gangbangs et Red Mass) qui a su vaincre pour de bon l’inertie de la foule, nous faisant comprendre que cette dernière est peut-être plus un oiseau de nuit car son niveau d’énergie était à son comble dès le début de la performance, aux alentours de deux heures. Les chansons mordantes de l’excellent album Pagan Days ont défilé l’une à la suite de l’autre, Annie-Claude avait recalibré les proportions de sa performance scénique pour y augmenter la part de danse et y diminuer le nombre d’explosions de folie sans toutefois s’assagir complètement. Parfois plus bruyante et assourdissante, leur musique est aussi souvent assez dansante et groovy malgré son côté assez angulaire, les pièces où Vucino chante plus étant souvent les plus festives et celles de la chanteuse étaient plus criardes. Un peu de bodysurfing, beaucoup de slam, qui restera probablement le plus gros de la fin de semaine, et un incessant sautillement ont gagné la foule, qui a également sorti ses pas de danse formé une vaste et énergique piste de danse pour les dernières pièces de la performance, honorant le côté rugueux comme le côté givré de la musique de Pypy. L’interaction avec la foule étant une des cartes de visite d’Annie-Claude Deschênes, elle s’est souvent promené un peu partout dans l’assistance, a grimpé sur les épaules d’un festivalier le temps d’une chanson, puis elle a fait tournoyer un gars qui avait enfilé le gros tube de tissu rose qui était suspendu au-dessus du stage depuis le début du show, pour se lancer dans le slam ainsi vêtu.

IMG_6580
PYPY (Crédit photo: François-Samuel Fortin)

Non contente de toutes ces interactions, elle a même fait un bref vox-pop dans la foule peu avant la fin du concert, accordant du temps de micro à quelques hurluberlus. Le concert semblait se terminer en queue de poisson, les musiciens ayant rapidement quitté la scène après une des chansons, et la chanteuse qui n’avait pas réalisé cela tout à fait était encore devant la scène qu’elle refusait de quitter : « Vous êtes encore là, moi je reste avec vous! Hey c’est pas fini pour vrai? On en fait encore une?! ». La dernière pièce, judicieusement choisie, a su ravir l’énergie restante de la foule et a permis de prolonger le chaos ambiant encore un peu.

 

C’était donc une autre soirée fort réussie pour le Montreal Psych Fest, avec cinq bonnes performances et des entractes musicales fort à propos, la musique y étant assez excellente – et recherchée, comme on a eu droit à « Viens danser le OK là » de l’Infonie – pour faire patienter la foule. Le troisième et dernier soir aura fort à faire pour détrôner cette soirée comme « meilleure soirée du Psych Fest 2015 ». La soirée ne s’est malheureusement pas terminée sur une aussi bonne note pour tout le monde, Jeff Clarke s’étant fait subtiliser du matériel dans sa loge et au moment d’écrire ces lignes, le sac n’avait pas encore été retrouvé.

Finalement, cette histoire a un dénouement heureux. Le sac a été retrouvé. Il avait tout simplement été ramassé par erreur par une autre formation qui jouait ce soir-là. 

IMG_6577

Publié le
Catégorisé comme Festivals

Par François-Samuel Fortin

Coordonnateur à la rédaction, section albums, et rédacteur (surtout albums et spectacles, mais aussi nouvelles et entrevues.)

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *