Catégories
Albums

[ALBUM] Whisky Legs – « Basement Confessions »

Quelque part dans Saint-Roch se trouve une vieille maison très spéciale : les musiciens qui y jouent nous emmènent dans un monde où Amy Winehouse chante le blues en plateau double avec Brittany Howard dans un bar de la Nouvelle-Orléans. Lieu propice aux confidences de toutes sortes, c’est justement ce sous-sol qui a servi à Whisky Legs pour l’enregistrement de Basement Confessions, le premier album du groupe.

Maude Brochu, c’est la voix de Whisky Legs. J’insiste. La voix. Une voix riche, pleine de nuances, capable de susurrer tout doucement et de donner la chair de poule en gravissant les sommets avec assurance. Les comparaisons avec Winehouse et la chanteuse d’Alabama Shakes sont tout à fait justifiées, comme le sont celles avec Suzan Tedeschi (une source d’inspiration). Elle ratisse large, cette jeune femme. Cela ne change rien au fait que Maude Brochu chante le blues avec ses tripes. De son côté, Pascal Denis, c’est le multi-instrumentiste qu’on entend surtout à la batterie, mais à qui il arrive aussi de chanter. Un véritable métronome sur lequel Brochu peut s’appuyer sans hésiter. Les deux complices peuvent également compter sur le doigté de Guillaume Méthot, qui par ses caresses à la guitare vient compléter à merveille la voix de Brochu.

On retrouve sur Basement Confessions 13 chansons qui passent aisément du blues au rock en faisant de nombreux détours par la soul. Avec une touche passablement indie! Que ce soit pour le rythme et le flow de You Are (et son refrain accrocheur), pour le côté funky de Hit the Ground Running, le petit air rétro-soul assumé de Scarlett (que ne détesteraient pas les gars et la fille d’Alabama Shakes), le blues-rock des grand jours sur Needy Woman, ou pour le côté épique de Too Late (et ses huit minutes progressives bien sonnées), on aime les chansons de Whisky Legs pour ce qu’elles sont : des petites tranches de vie bien vivantes, authentiques et accrocheuses sur lesquelles on risque de retomber plus d’une fois.

On peut toute trouver l’album un peu long (il dépasse l’heure). Imaginez, un album d’une heure, en 2015, c’est plus que généreux. Les gens de Whisky Legs doivent avoir de vieilles âmes!

Basement Confessions constitue toute une carte de visite pour Whisky Legs. Le groupe s’était déjà illustré en tant que groupe révélation aux Lys Blues de 2015 et avec cet album, les quelques portes qui leur étaient encore closes pourraient s’ouvrir assez rapidement.

À écouter sans modération. Même si vous n’aimez pas le blues.

Par Jacques Boivin

Propriétaire, rédacteur en chef, rédacteur, correcteur et photographe.

6 réponses sur « [ALBUM] Whisky Legs – « Basement Confessions » »

Et pour ceux qui auraient aimé y être, mais qui ce sont pris trop tard pour les billets, il y aura une supplémentaire le 30 décembre! 😀

Laisser un commentaire