[SPECTACLE] : Jane Ehrhardt + Les Louanges + Elephants in Trouble, le Pantoum, 16 octobre 2015

 

Le Pantoum semble discipliner de mieux en mieux son public, puisqu’à 9h20 le premier groupe, Elephants in trouble, commençait à jouer vendredi dernier. Originaires d’Halifax et programmés à la dernière minute, ils ont su faire bonne impression. Mélange intéressant de musique ambiante et groovy, leurs pièces avaient toujours ce côté catchy qui fait hocher de la tête, qu’on obtient avec des mélodies et des rythmes simples, répétés, mais bien choisis. Deux chanteurs s’alternaient, l’un rappant, ce qui ajoutait un côté hip-hop Oldschool. Les solos de guitare, eux, apportaient leur couleur rock au tout.

Entre cette performance et celle du projet de Vincent Roberge, Les Louanges, quelques personnes se sont ajoutées. J’ai pu remarquer que la saison nouvelle avait aussi apporté de nouveaux visages dans ce lieu à l’adresse secrète pas si secrète que ça. Le Pantoum avait aussi son lot d’habitués, cependant. Une fois sur scène, après un duo de batterie et basse (drum and base), ou plutôt après un habile divertissement pendant que le chanteur accordait sa guitare, Les Louanges ont présenté leur musique. Bluesy, jazzy même parfois, celle-ci m’a étonnée avec ses changements de dynamiques et ses transitions intéressantes. Avec une voix très singulière, un genre de chanter-parler avec des pointes mélodiques, Vincent Roberge a présenté des pièces aux sonorités riches, en équilibre quelque part entre le son un peu rough de la guitare, la voix planante et le rythme entraînant. Du début à la fin, il a aussi dialogué avec le public et a su le mettre à l’aise.

Vers 11h, le public était prêt à entendre Jane Ehrhardt. Quand je pensais à cette artiste, n’ayant écouté que Terminus, son dernier maxi, je me disais que sa musique réconfortante était parfaite à écouter en automne. Elle a cependant su me surprendre vendredi dernier par une variété intéressante. Chantant autant en anglais qu’en français, elle savait tantôt nous émouvoir avec son folk doux aux accents presque country, et pourtant nous ébranlait ensuite avec un rock ou un blues percutant et avec quelques dissonances bien placées. On a même eu droit à une valse, chose que je ne pensais jamais entendre dans cette salle-là. Une instrumentation complète, qui comportait guitares, basse, batterie, piano et violoncelle, supportait le tout. Le public, très attentif, semblait lui aussi avoir apprécié. Jane a terminé avec Parvis Céleste, une pièce de Terminus, puis avec une reprise imprévue de Lilac Wine en rappel.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.