[FEQ] Compte rendu, 17 juillet 2016

Koriass - Photo : Jacques Boivin

Non, nous n’étions pas à Rammstein dimanche soir. Était-ce vraiment nécessaire quand vous pouvez lire ce compte rendu? Puis celui-ci? Et celui-là? Et bien sûr celui-ci? Puis celui-là? On s’est dit qu’on allait vous montrer autre chose.

Mansfield TYA

Mansfield TYA – Photo : Jacques Boivin

Découverte intéressante hier sur la scène FIBE Coeur du FEQ avec Mansfield TYA. Le duo français féminin, tout de noir vêtu, nous a fait pénétrer dans son univers romantico-mystique et, disons-le, plutôt éclectique pour les non-initiés par ses ballades franco et anglo tantôt lourdement électro, tantôt a capella – ou presque. Armées de leurs jolies voix et de synthétiseurs, d’un violon et d’une basse, papillonnant de l’un à l’autre sans difficulté, elles ont réussi à faire planer la foule pendant une bonne partie de leur prestation notamment grâce à des harmonies vocales hypnotisantes. À réécouter pour mieux apprivoiser! (Tatiana Picard)

Casual Rites

Casual Rites – Photo : Jacques Boivin

Après avoir descendu la côte et fait un détour par l’Impérial (question de voir Brown quelques minutes – photos à l’appui), nous posons nos sacs au sympathique District St-Joseph. Les membres de Casual Rites (transformé en Frites pour l’occasion) livrent un rock propre et efficace en veste de jean. Une brassière leur a été lancée dès le début du spectacle, ce qui les a légèrement déstabilisés, mais ils ont su reprendre le groove et les harmonies de leur rock classique.

Casual Rites – Photo : Jacques Boivin

Devenus des stars à Toronto depuis la sortie de leur dernier clip Long time (une belle job de Sébastien Corriveau), les rockeurs nous ont servi plusieurs nouvelles compositions intitulées #4, #5, Spaceship et (on croit) #6. Les nombreux solos de guitare de Phillipe Matte nous ont permis de nous exciter le poil des jambes et un solo à la batterie constituait presque une chanson à lui tout seul. Ce dernier, exécuté par un Pascal Denis emballant, nous ont fait apprécié le talent des musiciens, épaulé par Mike Morris à la basse et Nathan Vanheuverzwin aux claviers. Les nombreux spectateurs semblaient ravis de leur choix du soir, allant même jusqu’à enterrer Koriass pour manifester leur enthousiasme. (Marie-Laure Tremblay)

Koriass

Koriass – Photo : Jacques Boivin

Une foule jeune et fébrile attendait l’arrivée d’Emmanuel Dubois, alias Koriass qui faisait partie de cette soirée hip-hop pour la clôture du FEQ en compagnie de Brown et Rednext Level. Il va sans dire qu’avec cette énergie qui émanait de la salle, Koriass et ses acolytes ont livré une performance extrêmement habile et puissante. Dès le début du concert les pièces comme Légendaire ou Nulle Part ont enflammé le parterre. Koriass a habilement mené sa « dictature » grandement composée de pièces de sa plus récente œuvre phare Love Suprême. Gros coup de coeur d’ailleurs pour la chanson éponyme tirée du disque et pour Zombies qui a conclu ce spectacle d’une redoutable efficacité.

Koriass – Photo : Jacques Boivin

Ils sont bien sûr revenus rapidement pour un rappel, ne voulant pas faire trop patienter cette foule qui avait tout donné. Les musiciens l’accompagnant effectuent une excellente besogne. Aux claviers il y avait entre autres Philippe Brault, le réalisateur de Love Suprême. En sortant du concert et vu le nombre d’adolescents présents, j’en viens à me dire que s’ils veulent suivre les conseils d’un tel « dude » qui n’a rien d’un dictateur quoiqu’il en pense (!!!) et bien cette génération qui le suit s’en portera bien! (Julien Baby-Cormier)

Voilà qui met fin à notre couverture quotidienne du 49e Festival d’été de Québec. Revenez-nous demain pour notre bilan!

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *