[ALBUM] Equse – Like a Whisper

Ces dernières années, plusieurs groupes indie folk ont pris le Québec d’assaut avec leurs pièces aux mélodies atmosphériques. On n’a qu’à penser aux Half Moon Run (Montréal), Bears of Legend (Trois-Rivières) ou Harfang (Québec). À ce groupe, on peut également ajouter la formation rimouskoise Equse, qui a lancé en novembre un troisième album intitulé Like a Whisper. Le groupe composé de Jean-Raphaël Coté, Alexandre Robichaud et Gabriel Turcotte (accompagnés par Antoine Létourneau-Berger) offre ici un album fort joli, mais sans grande surprise, comme si, en aplanissant les faiblesses, on avait aussi roulé sur les forces, quitte à laisser certains passages un peu tièdes.

Certes, les arrangements sont soignés et les instruments, nombreux. Les gars d’Equse sont d’excellents musiciens, ça s’entend. Y’a du rythme, de la mélodie, ça pianote, ça gratte, ça fesse sur tout ce qui se trouve à portée de la main. Du côté des voix, rien à redire non plus. Jean-Raphaël Côté chante avec douceur et justesse et il est complété par de solides harmonies. On avoue avoir un faible pour Release Me, un morceau instrumental qui montre à quel point les influences du groupe vont dans tous les sens (on n’a pas pensé qu’à Half Moon Run ou Patrick Watson en écoutant l’album, loin de là! Y’a des petits côtés très jazz un peu partout). Après cette chanson, dès le début de la pièce titre, on retourne à cette prudence un brin frustrante. On a ici un groupe composé de musiciens extrêmement talentueux qui auraient pu foncer, repousser des frontières, mais qui semblent se complaire dans une certaine zone de confort.

Alors voilà, on se retrouve devant un très bon album qui aurait pu être excellent. Like a Whisper ne compte ni temps mort, ni longueur, on ne ressent pas le poids des 40 minutes que dure l’album. Seulement, on trouve un peu dommage que Côté, Robichaud et Turcotte aient joué d’une prudence telle qu’en évitant les temps morts, ils ont également évité de multiplier les moments forts. À ce sujet, on les sait capables, The Rain is Coming est une finale des plus savoureuses où toutes les forces des membres du groupe sont regroupées pour former un sept minutes des plus explosifs.

Enfin, après avoir passé plus d’une demi-heure à se dire « ouais, pas mal du tout… », on a l’occasion de dire  « wow »!

On a bien hâte d’entendre ça sur scène. Parions que les wow viendront plus facilement.

Ça tombe bien, Equse sera au Cercle ce mercredi 9 décembre (premières parties : Casabon + Harfang). Les billets sont disponibles au Cercle et sur lepointdevente.com

Auteur : Jacques Boivin

Propriétaire, rédacteur en chef, rédacteur, correcteur et photographe.

Laisser un commentaire