Catégories
Spectacles

22 Longs Riffs + Dissidence – Nord-Ouest Café, 15 octobre 2017

C’est par un long dimanche pluvieux que les plus courageux sont sortis rencontrer, au Nord-Ouest Café de Trois-Rivières, les Bretons des 22 Longs Riffs et les Montréalais de Dissidence, pour une soirée punk rock antifachiste francophone.

Ceux sont les Montréalais de Dissidence qui ont ouvert la soirée, ce qui m’a permis de découvrir ce groupe aux rythmes énergiques, mais je dois admettre que j’attendais avec impatience les 22 Longs Riffs. Nous venons de la même ville, Saint-Brieuc, et je ne les avais pas vus sur scène depuis de nombreuses années. J’avais hâte d’entendre les pièces de leur nouvel album sorti cette année, Balle Populaire. Ils ont joué plusieurs morceaux  dudit album, accompagnés par d’autres pièces de leur premier album. J’étais ainsi heureux de pouvoir retrouver 22 LR, la Crise, Désobéissance et de découvrir Alerta ou encore Petit Soldat. Les mots d’ordre restent inchangés; Les 22 Longs Riffs prônent avec ferveur la résistance à toutes les formes d’oppressions, qu’elles soient politiques, policières, économiques, sociales ou encore religieuses, comme entre autres le morceaux Voleur de Vie écrit contre Daech.

Pour les amateurs de vinyles, je dois vous dire que le celui du premier album était magnifique et le nouveau devrait sortir d’ici la fin de l’année. En attendant, vous pouvez toujours vous procurer leur split réalisé avec Dissidence chez Dure Réalité qui a organisé leur tournée. Commencée le 6 octobre dernier à Montréal avec le Revolution Fest, il vous reste encore quelques dates si vous n’avez pas encore eu la chance de les voir.

17 octobre à Montréal au Traxide
18 octobre à Québec au Scanner
19 octobre à Toronto à Coalition
20 octobre à Windsor à The Beer Exchange
21 octobre à Hamilton au Doors Pub

 

Crédit photo : Adrien Le Toux

Catégories
Région : Mauricie Spectacles

[Spectacle] James Forest & The East Road (Lancement de James Forest & The East Road, La Shop du Trou du Diable – Wabasso, 5 mai 2017

Jeudi dernier, le charismatique James Forest était avec The East Road à la Shop du Trou du Diable. Ils y lançaient, devant un public venu en nombre, leur second album intitulé James Forest & The East Road. Peut-être que ceux qui ont déjà croisés James Forest lors de ses performances solos se demandent qui se cachent derrière The East Road. Il s’agit de Rami Renno à la basse et de Pete Pételle à la batterie.

Personne n’est resté insensible à leur musique : un folk doux et progressif teinté de blues et de rock. Ces influences se retrouvent notamment dans la pièce Queen of Art, un morceau que j’apprécie particulièrement. Et ce n’est pas le seul. Les pièces plus progressives de l’album sont également très réussies, et je dois vous dire que j’ai voyagé au son de A Season Away. Mon coup de cœur. L’ensemble donne un album homogène au sein duquel la voix douce et profonde de James Forest, qui alterne entre guitares et piano, nous vend du rêve.

Le concert nous a permis de découvrir dans l’ordre l’intégralité de l’album, fruit d’un travail collectif de longue haleine. L’album a maturé deux ans. C’est le temps qu’il a fallu à nos trois musiciens pour composer vingt-deux morceaux et les enregistrer avec différents arrangements pour n’en garder finalement que neuf.

En rappel, nous avons eu le privilège d’entendre une dixième pièce, qui aurait pu se retrouver sur l’album et qui sera peut-être un jour sur un EP. Il n’est pas exclu que le groupe en sorte. Nous y retrouverions des ensembles homogènes de pièces absentes de l’album.

Vous pouvez aussi découvrir dès maintenant le premier clip issu de l’album. Il s’agit de Black Balloon, un morceau plein de douceur accompagné d’une vidéo très graphique.

Ma conclusion : un album à écouter à la maison et un groupe à voir en concert, pour passer de bons moments.

Catégories
Région : Mauricie Spectacles

[PHOTOS] Mara Tremblay, La Shop du Trou du Diable – Wabasso, 14 aril 2017.

Le 14 avril dernier, j’ai eu la chance de photographier le spectacle de la charmante Mara Tremblay, de passage à Shawinigan à la Shop du Trou du diable – Wabasso.

 

Catégories
Région : Mauricie Spectacles

[PHOTOS] Mute (+Dirt Cannon et Our Darkest Days), la Shop du Trou du Diable, 10 mars 2017

Le vendredi 10 mars dernier, le Trou du Diable nous a offert une soirée forte en riffs.

La soirée a débuté par la première visite au Trou du Diable du groupe Our Darkest Days, dont les membres ont apprécié​ le couvert et la bière. Je n’invente rien, c’est eux qui le disent. Quant au public, il a apprécié leur punk rock, que je vous invite à retrouver dans leur album sorti en novembre dernier, A Common Agony.

Leur prestation a été suivie par celle de Dirt Cannon. Ces habitants de Lanaudière sont des habitués de la place. J’aime toujours retrouver leurs riffs mélangeant punk, rock et métal dans d’énergiques prestations scéniques qui ne manquent pas d’animer le public. À voir et à revoir.

Enfin, tête d’affiche de la soirée, ce fut au tour de Mute de monter sur scène. Fort de leur cinquième album Remember Death, sorti en octobre dernier chez Bird Records, ils ont fini de mettre le feu au public venu nombreux. Leur set était rodé; ils l’ont déjà tourné en Europe l’automne dernier, et on sent l’expérience du groupe, qui existe depuis dix-huit ans. Une chose semble sûre, cela ne devrait pas s’arrêter demain.

La soirée en image.

Catégories
Région : Mauricie Spectacles

[PHOTOS] Vilain Pingouin au festival brassicole l’Aurore Boréale, 10 février 2017

Les 10 et 11 février dernier se tenait à Trois-Rivières le Festival brassicole l’aurore boréale. L’événement regroupant l’ensemble des microbrasseurs de la région et d’ailleurs n’a pas attiré que les amateurs de bières, qui étaient aussi bonnes que la musique. Et quelle musique ? Vilains Pingouin était sur scène devant une salle comble le vendredi soir. Cela faisait bientôt deux ans que nous ne les avions pas vu à Trois-Rivières, où leur dernière apparition remonte à l’édition 2015 du Festivoix, qui vient de dévoiler les premiers noms de la programmation de 2017. Rudy Caya semblait heureux de retrouver la ville où il est remonté sur scène après son AVC.

Dans la soirée, le groupe, qui vient de fêter ses trente ans, a interprété des pièces de l’ensemble de ses quatre albums. Peut-être qu’un cinquième viendra un jour s’y ajouter? Qui sait? Je pense que cela ferait plaisir à plus d’un. Évidemment, les grands classiques n’ont pas été occultés et nous avons ainsi retrouvé Salut Salaud mais aussi Le Train, dans le rappel. La suite en images.

Catégories
Région : Mauricie Spectacles

[PHOTOS] Chocolat et Les Hôtesses d’Hilaires au Trou du Diable

Vendredi dernier, le Trou du Diable nous offrait à Shawinigan une soirée haute en couleur. Une soirée scientifique où l’ordre de passage des groupes s’est joué à pile ou face et où le verdict fut sans appel : Les Hôtesses d’Hilaire puis Chocolat. On garde le sucré pour le dessert.

Les Hôtesses d’Hilaire étaient heureux de se retrouver au Trou du Diable. Ils y sont comme à la maison. D’ailleurs, leur bus porte fièrement les couleurs de la microbrasserie et le slogan suivant : « Le Trou du Diable, carburant des habitants de ce bus! » Je dois vous avouer un chose, nous avons le même carburant. Il leur a même inspiré une pub radio qu’ils nous ont interprétée, pour la première fois et en exclusivité, pour le plus grand plaisir de tous. Peut-être l’entendrons-nous un jour sur les ondes?

Après cette première partie rock et militante, Chocolat nous a offert un mélange de rock’n’roll progressif et psychédélique qui n’a pas manqué de continuer à faire bouger le public. On y retrouvait d’ailleurs l’équipe de la Taverne. Une autre belle salle de spectacle de la région.

La suite en photos.

 

Catégories
Région : Mauricie Spectacles

[Spectacle] Punk qui n’étais pas vendredi soir à Ti-Petac, tu as raté le premier concert des Trois-Huit en Amérique du Nord.

Arrivés jeudi dernier de Grenoble, c’est à Trois-Rivières que les Trois-Huit ont commencé leur tournée canadienne qui se poursuit au Québec et en Ontario. Beaucoup de dates et de route pour un groupe heureux d’être parmi nous. Et si vous vous demandez d’où vient leur nom, c’est d’un système d’organisation du temps de travail — dont je vous passerais mon avis — dont beaucoup des membres ont pâti. C’est aussi 38, le numéro de département de l’Isère où se situe Grenoble, ville d’origine du groupe. Ils nous ont joué leur mélange de punk et de Oï, influencé par les Brigada Flores Magon, Los Tres Puntos, Bolchoï, et bien d’autres. Ainsi, on aura entendu leur album éponyme, avec notamment le morceau Uni-e-s, que vous pouvez écouter et télécharger librement sur leur site. Cimer les gars !

Les Trois-Huit n’étaient pas seuls. Ils étaient accompagnés des Montréalais d’Action Sédition et des Montréalaises de No Chaser. Ce sont ces dernières qui ont ouvert avec leur punk une belle soirée. Ensuite, ce sont les membres d’Action Sédition qui sont montés sur scène pour nous jouer essentiellement des morceaux de leur album Rapport de Force et de leur split avec Street of Rage. Ils en ont d’ailleurs profité pour nous parler de leur nouveau split avec le groupe italien Bull Brigage. Fidèles à leurs engagements politiques et sociaux, ils ont manifesté durant leur set leur soutien aux Trois-Huit et aux opposants à la réforme du Code du travail en France. Enfin, je dois aussi vous dire, pour en avoir discuté avec leur batteur, qu’ils aimeraient bien voir venir au Québec les 22 Longs Riffs. Ce qui ne serait pas pour déplaire au natif de Saint-Brieuc que je suis.

 

No chaser

 

Action Sedition

 

Les Trois-Huit

Catégories
Région : Mauricie Spectacles

[Spectacle] Grimskunk était avec Lubik au Nord-Ouest, le 10 mars dernier, pour leur premier concert de l’année 2016.

C’est le groupe Abitibien Lubik qui a ouvert la soirée du 10 mars dernier au Nord-Ouest. Par la même occasion, ses membres, Alexandre Picard (au chant et à la guitare), Christian Frenette (à la guitare), Jean-Sébastien Trudel (à la basse) et Michaël Neault (à la batterie) jouaient pour la première fois en Mauricie ; et j’espère bien que nous les y reverrons puisqu’ils ont marqué les esprits par leur énergie débordante. Il leur a fallu moins de trois morceaux pour lever le public et le faire danser sur les rythmes de leur premier et unique album : Jusqu’au boutte. C’est du « rock abitibien francophone… du rock qui brasse » comme put me le dire Alexandre, à la fin de la soirée. Leur musique n’est pas pour autant bornée, les influences des membres du groupe sont larges et variées. Les seules limites qui auraient pu être présentes auraient été physiques puisque Alexandre ne pouvait jouer de la guitare pour des raisons de santé. Au contraire, il semblait en profiter. Sans guitare entre les mains, il prit encore plus de libertés en allant chanter à plusieurs reprises dans la foule. Le groupe souhaite de l’interactivité et le public le lui rend bien. Le pari a été gagné et tout le monde a passé une belle soirée.


La soirée était pourtant loin de se terminer puisque c’était au tour de la tête d’affiche, de monter sur scène. Avec 27 ans d’existence, Grimskunk n’en était pas à son tour d’essai. Les membres du groupe ont commencé leur spectacle avec les pièces Falling Into Shadows et Fuck Shit Up issues de leur dernier album intitulé Set Fire, dont nous n’avons écouté que trois morceaux, le dernier portant le nom de l’album. Ce sont des pièces provenant de l’ensemble de leur répertoire que nous avons entendu ce qui nous a permis de profiter de titres plus anciens tels que Perestroïska et Le Gouvernement songe. Ainsi, c’est l’ensemble de son univers musical que Grimskunk a partagé avec un public assez jeune, au sein duquel on pouvait retrouver d’anciens adeptes qui s’étaient donné rendez-vous pour écouter un punk rock influencé par le ska et le reggae.


La tournée de Grimskunk et de Lubik se poursuit.

 

Lubik

 

Grimskunk


Crédits photo : Adrien Le Toux.

Catégories
Région : Mauricie Spectacles

[Spectacle] Trois-Rivières ! The Headlines était au Nord-Ouest avec Bigger Than All et Crowdmate, le 25 février dernier.

Jeudi dernier, il fallait être au Nord-Ouest pour profiter de la première venue en Amérique du Nord du groupe suédois The Headlines. Présentés par le Desbouleaux Fest, ils ont traversé le Québec et l’Ontario en compagnie des Montréalais de Bigger Than All, auxquels se sont ajoutés les Québécois de Crowdmate, au Nord-Ouest.

C’est le groupe de hardcore Crowdmate qui a ouvert le bal avec un peu d’avance. Il ne fallait pas être en retard pour profiter du travail d’Alex à la guitare, de Frank à la basse, de Guillaume à la batterie et de Tom au chant. Et si c’était le cas, ils seront de retour à Trois-Rivières, à Ti-Petac, le 16 avril prochain. En attendant, vous pouvez toujours écouter leur album Cold Hard Street.


Ensuite, les membres de Bigger Than All sont montés sur scène et ce fut un plaisir de pouvoir les écouter. Cela n’arrive pas souvent puisque c’était leur première venue à Trois-Rivières, dans le cadre de leur première tournée, après cinq années d’activités. Rassurez-vous, l’expérience leur a plu. Nous n’aurons certainement pas à attendre autant de temps avant de les revoir lors d’une prochaine tournée à moins qu’elle n’ait lieu en Suède, où ils sont invités par The Headlines. Ce n’est pas toujours facile de concilier les concerts, le travail et la famille et je les convie à poursuivre. Leur punk rock, inspiré des années 90, était des plus plaisant à entendre et ils sont actifs sur scène. J’ai rarement rencontré un bassiste aussi mobile n’hésitant pas à se risquer à jouer dans le trash. Si vous voulez voir à ça, il faudra vous rendre sur la rive sud à Drummondville le 11 mars prochain ou pourquoi pas au Desbouleaux Fest cet été. Sinon, il vous reste toujours leur reverbnation pour les découvrir, si vous ne les connaissez pas encore.

C’était enfin le moment pour les Suédois, originaire de Malmö, de faire sonner leur punk rock au second étage du Nord-Ouest. The Headlines, tête d’affiche du jour, était attendu et ils nous ont offert une belle prestation que le public aurait très certainement aimée plus longue. Leur spectacle est rodé et l’on sent l’expérience de la scène. Il faut dire que cela fait une dizaine d’années que le groupe tourne et qu’ils ont plusieurs centaines de dates à leur actif et quatre albums. Une partie des pièces interprétées venaient ainsi du dernier sorti l’année passée et intitulée Vendetta que je vous invite à écouter. Peut-être aurons-nous la chance d’en entendre plus lors d’une prochaine tournée sur notre continent puisqu’ils ont apprécié leur séjour et sont prêts à revenir. En attendant, ils repartent jouer en Europe, surtout en Allemagne, où le groupe compte un grand nombre de fans.

Il ne faut pas oublier de remercier le Desbouleaux Fest qui a organisé cet évènement. Ce festival alternatif fêtera d’ailleurs son 6e anniversaire, les 19 et 20 août prochains, à Mirabel. Des concerts de punk, de hardcore et de hip-hop sont au programme et d’autres activités auront lieu. Les skateboarders seront ainsi à l’honneur le vendredi soir et un spectacle d’humour sera présenté le samedi midi. Retenez également que le site est accessible gratuitement le vendredi et que vous pouvez dès maintenant vous procurer des billets pour le samedi. Les invitations sont lancées.

 

Crowdmate

 

Bigger Than All

 

The Headlines

Crédits photographiques : Adrien Le Toux

Catégories
Région : Mauricie Spectacles

[Spectacle] Jardin Mécanique était au Trou du Diable, le 26 février dernier.

Vendredi dernier, le salon Wabasso du Trou du Diable accueillait l’époustouflant spectacle de Jardin Mécanique.

Devant une salle pleine, le groupe nous a délivré un impressionnant opéra rock apocalyptique, au sein duquel s’entrecroisent les arts de la scène. Avec Jardin Mécanique, il ne faut pas seulement primer la création musicale, puisque les créations théâtrales et cinématographiques qui l’accompagnent font partie intégrante du spectacle. L’ensemble forme ainsi un tout, une histoire, l’histoire du Théâtre Tintamarre au sein de laquelle Sylvain de Carufel, Philippe Coulombe et Francis Gagnon interprètent les trois acteurs de cette sinistre mise en scène, où personne n’est épargné. Le public est dès le début pris au coeur de la tourmente. En est-il sorti indemne ? Personne ne peut le dire. La rencontre entre l’univers de Frankenstein et de Tim Burton, sur des airs de rock progressif et de métal, doit encore en tourmenter quelques-uns.

Ce spectacle complet mériterait bien la production d’un DVD qui permettrait de profiter au mieux de l’ensemble de la créativité de ses talentueux musiciens, mais pour l’instant, seuls les CD des deux épisodes du Théâtre Tintamare sont disponibles. Le premier peut s’écouter ici.

Si vous en voulez plus, vous pouvez vous rattraper le 26 mars prochain à Saint-Jean-sur-Richelieu où Jardin Mécanique se produira à l’Hôtel 54 qui est réputé pour être l’une des maisons hantées les plus effrayantes au Canada. Autant dire que le cadre conviendra parfaitement à ces messieurs, Edwidge, Camélius et Augustache, du Théâtre Tintamarre.

Prochain concert au Trou du Diable : Barrasso et Dig It Up, le 4 mars.

Crédits photo : Adrien Le Toux.