[SPECTACLE] Dawn Tyler Watson la Reine incontestable du Blues au Canada

Samedi le 18 mars dernier, direction le Cabaret de l’Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières pour assister au spectacle de La Reine du Blues Dawn Tyler Watson…Oui! J’ai bien dit La Reine du Blues car madame Watson vient de remporter il y a à peine un mois le premier prix du 33ième International Blues Challenge au légendaire Orpheum Theatre à Memphis. Madame Watson représentait le Québec et faisait parti des 260 candidats venus de tous les coins du monde pour participer à cet événement annuel. Dawn est la première canadienne à remporter ce prestigieux prix en plus d’être la première femme en 25 ans et c’est sans compter les Lys Blues, les Canadian Maple Blues Awards, l’International Screaming’ Jay Hawkins Awards et le Trophée Blues qu’elle a remportés. Vous comprendrez pourquoi j’avais hâte de voir ce spectacle pour apprécier à nouveau le talent de cette grande dame.

Dawn Tyler Watson était accompagnée du Ben Racine Band composé bien sûr de Ben Racine (guitare/voix) et qui en passant a lui aussi remporté un prix à l’International Blues Challenge, celui d’Albert King pour la meilleure performance par un guitariste dans un groupe, rien de moins et il le mérite amplement. On retrouve également dans le band François Dubé (basse/voix), Little Frankie Thiffault (saxophone ténor), Mat ¨Moose¨ Mousseau (saxophone baryton), Nicolas Boulay (trompette), Bruce Cameron (piano) et Sylvain Coulombe (batterie) qui a dû remplacer à la dernière minute Nicky Estor, batteur original du groupe, et qui s’en ai fort bien tiré. Ben Racine, l’étoile montante du blues au jeu de guitare unique et à la voix très soul et notre Reine interpréteront chacun, puisant dans leur répertoire respectif (original et covers) et appuyé par une solide section de cuivres, des chansons aux styles variés comme le soul, le R&B, le swing, le blues et le gospel, qui feront passer le public à travers  toute une gamme d’émotions. On a pu apprécier Just a Little Bit More, Can’t Nobody, It Ain’t Elvis, Smoked Meat, Shine On, No Smoke Without Water, Greenbacks, 7 Long Days, Son of a Gun, One of a Kind, Walking The Dog, I Just Wanna Make Love To You, Rotten, One & Only, Take It Outside et en rappel Forever Young de Bob Dylan.

Les musiciens s’amusèrent beaucoup, complicité, camaraderie, blagues et taquineries font partie intégrante du spectacle de Dawn. On comprend vite pourquoi elle a remporté tous ces prix, sa voix juste et puissante, son sens du spectacle, tout était là pour le public qui s’est montré des plus réceptif.

 

[SPECTACLE] EQUINOXE EN BLUES (Bryan Tyler ans the Bluestorm)

Le sympathique «géant» Brian Tyler and the Bluestorm était de passage en formule trio à la salle de spectacles L’Grenier du Magasin Général Lebrun de Maskinongé vendredi le 23 septembre dernier. Habitué de le voir en formation complète, soit quatre musiciens sur scène, Brian était accompagné de son excellent guitariste Franky James et de l’un des meilleurs claviéristes du Québec Michel Hains. Un spectacle intime qui affichait complet dans un décor d’époque magnifique qui, comme nous l’a mentionné Brian en début de spectacle, l’aura inspiré dans le choix de ses chansons.

Un public attentif, respectueux, qui a su apprécié cette agréable performance. L’extraordinaire complicité entre Brian et ses deux musiciens est communicative, les spectateurs ont embarqué à fond dans leur jeu. Brian nous a offert de ses compositions tel que Back On Track, du B.B. King, du Bill Withers Ain’t No Sunshine que j’adore, un classique québécois d’Offenbach Mes Blues Passent Pu Dans’ Porte qui a reçu une ovation bien méritée et plusieurs autres pièces de grands noms du Blues.

Une soirée pleine de groove qui a passé bien trop vite. Ce showman généreux et authentique est tout ce qu’il vous faut pour oublier vos tracas. Si jamais Brian And The Bluestorm se produit dans votre région, ne manquer pas leur spectacle, vous allez adorer.

 

Jean-François Desputeaux

[SPECTACLE] La sinistre histoire du Théâtre Tintamarre par Jardin Mécanique

 

crédit photo: Jean-François Desputeaux
crédit photo: Jean-François Desputeaux

Vendredi le 3 juin dernier, Jardin Mécanique était de passage à Trois-Rivières au chic Satyre Cabaret-Spectacle. J’avais bien hâte de voir ce trio musical qui a la réputation d’allier théâtre et arts visuels dans un spectacle haut en couleurs. Je ne fus pas déçu du tout par Monsieur Edwidge alias Sylvain De Carufel, Monsieur Augustache alias Philippe Coulombe et Monsieur Camélius alias Francis Gagnon, trois colorés musiciens, chanteurs, comédiens, tous originaires de Trois-Rivières. C’est devant un auditoire d’amateurs et de curieux que va se jouer cet opéra-rock, parodiant la révolution industrielle dans un univers disjoncté à la Tim Burton où l’humour noir et la caricature vont de pair. Personnages tout droit sortis du XIX siècle britannique, Monsieur Edwidge, Monsieur Augustache et Monsieur Camélius vont nous entraîner dans le tourbillon de la sinistre histoire du Théâtre Tintamarre. Les trois personnages vont interagir tout au long du spectacle avec le narrateur dont les interventions sont projetées sur un écran géant en fond de scène. Leur musique est un amalgame très bien dosé d’harmonies vocales multiples, de musique de cirque, de valse, de marche militaire, qui radicalement se transforme en rock progressif ou parfois en rock métal. Les textes quant à eux sont assez déjantés, loufoques, tantôt romantiques quoique décadents et remplis de sarcasme.

C’est une œuvre d’une qualité surprenante, chaque son, chaque bruit, chaque détail a été scruté à la loupe, ajusté et corrigé jusqu’à la perfection. Les pièces de La sinistre histoire du Théâtre Tintamarre épisode 1 et épisode 2 ont été livrées dans une atmosphère sombre, éclatée, mais appuyée par une étonnante virtuosité des trois artistes. Nous avons été séduits par des titres tels que Chirurgie Artisanale, Minuit Qui Sonne, Le Manège Transorbital, La Machine De Camélius, Répétez Après Moi, Dans Nos Pièges, La Fée Verte, Femme Courtepointe, La Sélection Des Morceaux, Le Travail Commence, Miroir Miroir, La Tragique Apparition, L’Intrus, La Fabrication Du Consentement. Le public a embarqué à fond dans cette folie et n’a pas hésité à exprimer son plaisir. En rappel deux pièces connues de plusieurs spectateurs; Que Faire et Les Coiffeurs De Cerveaux. Ça y est, maintenant je suis fan de Jardin Mécanique.

Une super belle soirée qui se terminera juste à temps, car quelques minutes plus tard nous étions plongés dans l’obscurité en raison d’une panne de courant sur la rue… Soulignons que Le Satyre était l’endroit parfait pour ce genre de spectacle et que le personnel était très gentil et courtois.

www.jardinmecanique.com

[SPECTACLE] Kim Greenwood au Ti-Pétac

 

 

Samedi le 11 juin dernier Kim Greenwood était de passage au Ti-Pétac de Trois-Rivières en formule trio électrique formé de Fabienne Gilbert à la basse et voix et de Benjamin Garant à la batterie. Malgré un son un peu défaillant côté voix mais qui s’est amélioré par la suite, Kim a offert au public, composé principalement de parents et amis et de quelques amateurs de blues, une solide performance en nous interprétant des pièces de son propre répertoire comme Love Me ainsi que des covers d’artistes qu’il admire tels que Philip Sayce, Doyle Bramhall II et Fleetwood Mac. Des titres comme Smile Satisfaction, So You Want It To Rain, Daydreamer, Angels Live Inside, Early Grave, A Fool No More et Dragonfly. Fabienne est excellente à la basse et très expressive. Benjamin, quant à lui, est solide comme le rock à la batterie et Kim donne une âme aux pièces qu’il joue à la guitare. Les spectateurs en ont savouré chaque note.

Kim Greenwood est un artiste que les amateurs de blues doivent absolument découvrir.

[SPECTACLE] Dawn Tyler Watson et Ben Racine au Magasin Général Le Brun de Maskinongé

Samedi le 21 mai dernier, j’effectuais ma première visite à la salle de spectacle L’Grenier du Magasin général Le Brun à Maskinongé pour voir Dawn Tyler Watson et le Ben Racine Band. Quel bel endroit et quel beau décor, des antiquités partout, ça nous a mis dans l’ambiance pour un excellent spectacle de blues. C’est Ben Racine à la guitare et voix qui a ouvert ce qui sera un gros party avec ses fidèles acolytes, Little Franky Thiffault (saxophone), Mathieu Mousseau (saxophone ténor), François Dubé (basse), Nicky Estor (batterie), John Sadowy (clavier) avec les pièces Baby Don’t Do It et It’s My Life. Avec sa voix puissante et son jeu de guitare énergique, Ben a fait réagir le public instantanément. Puis, la grande dame du blues, Dawn Tyler Watson, monta sur scène et nous présenta des pièces tirées de son tout nouveau CD Jawbreaker sorti le 20 mai dernier. Quelle voix elle a cette Madame Watson et quelle chimie il y avait avec les musiciens du Ben Racine Band qui en passant ont participé à l’enregistrement de son CD. Une première partie de spectacle où ça a groové, bluesé et où on a tapé du pied et des mains surtout avec les chansons Seven Long Days, Can’t Nobody But God, A Little Bit More, Son Of A Gun et GreenBacks. On a même eu droit à un invité surprise, le jeune John ‘The Stickman’ Muggianu âgé de 12 ans qui a remplacé Nicky Estor à la batterie le temps d’une toune. Wow! quel talent il a, ça promet!

Une courte pause le temps de reprendre notre souffle et de se réhydrater un peu et c’est reparti… En alternance, Ben et Dawn interpréteront leur matériel respectif et la fête reprend de plus belle surtout avec Southbound Girl et Smoked Meat qui nous ont fait danser. Puis à un autre niveau d’émotion avec l’interprétation de la pièce gospel Shine On par Dawn Tyler Watson qui lui a mérité un tonnerre d’applaudissements. En rappel, on a eu droit à la populaire Some Kind of Wonderful que le public a chanté en chœur.

Que du bon temps! le son était parfait, le personnel extrêmement courtois et sympathique, la salle avec son cachet unique, bref un endroit à revisité sans hésitation!

 

8ième Édition de Trois-Rivières en Blues 2016 (18-21 août)

C’est avec impatience que j’attendais cette date du 19 mai, jour du lancement de la programmation de Trois-Rivières en Blues 2016 pour l’Amphithéâtre Cogeco. Et bien je n’ai pas été déçu, trois soirs d’excellent blues rock. On commence çà le 18 août avec Angel Forrest qui sera accompagnée avec les onze guitaristes qui ont participé à l’enregistrement de son dernier album Angel’s 11. Elle sera suivie par l’auteur-compositeur-interprète Sugaray Rayford du Sugaray Rayford Band et accompagné de musiciens de renommée mondiale.

Vendredi 19 août ça va « blueser » rock en s’il-vous-plaît en commençant avec le Southern Hospitality de Floride dont deux des artistes nous ont visités ce printemps, soit JP Soars et Victor Wainwright. Suivra le guitariste canadien Colin James multi-récipiendaire d’un prix Juno et Maples Blues Award. Pour terminer cette supercarburante soirée, nul autre que Kenny Wayne Shepherd de la Louisiane qui viendra nous en mettre plein les yeux et les oreilles.

Samedi le 20 août, on débutera avec le trifluvien Steve Hill en solo, une prestation à voir absolument et on terminera avec de vieux routiers soit John Kay & Steppenwolf. Ça va brasser encore cette année à l’Amphithéâtre Cogeco.

Pour plus de renseignements sur le prix des spectacles et des passeports, allez sur le site www.3renblues.com . Je vous donne rendez-vous dans deux semaines pour la programmation de Trois-Rivières en Blues 2016 édition Centre-Ville.

 

Voici mes photos du lancement:

[SPECTACLE] Jay Atwill en Apéro Cabaret Cogeco

 

Jeudi le 19 mai 2016, j’étais convié à un tout nouveau concept de 5 à 7 à la salle Louis-Philippe Poisson de Trois-Rivières. En tête d’affiche, on a pu découvrir l’auteur-compositeur-multi-instrumentiste et réalisateur d’origine australienne maintenant établi à Montréal, Jay Atwill. Accompagné de Roman Munoz Bueno à la guitare-voix et de Sacha Daoud à la batterie-voix, c’est dans une ambiance des plus feutrée que le public, tout au long du spectacle, écoutera, appréciera, absorbera chaque note, chaque rythme de ce mariage entre le folk, le jazz-soul avec des nuances latines et blues.

Tout à fait gourmands, les spectateurs dégustaient des petites bouchées préparées par Le Temps d’une Pinte et sirotaient une bonne bière ou un verre de vin tout en savourant sa musique. Il nous a interprété entre autres Mind Talkin’, Rattle On, No Lifeguard, Speak Love que j’ai adorée, Invocation, Best Reflect, Fortune Teller et plusieurs autres excellentes pièces. Vraiment, la formule Apéro Cabaret est agréable et relaxante.

Voici mes photos:

 

(SPECTACLE) Lancement de la programmation de la 11ième édition du Festival de Blues de Donnacona

 

Mercredi le 4 mai 2016 avait lieu le lancement de la programmation du Festival de Blues de Donnacona à la maison de la culture Georges-Hébert-Germain. Pour cette 11ième  édition qui se tiendra du 11 au 14 août 2016 à Donnacona, monsieur Yannick Lambert, directeur de la programmation, a concocté 4 soirées d’excellent blues. Parmi les artistes à voir notons Sean Chambers Band (Tampa Bay, Floride 11 août), Albert Cummings (Boston, 12 août), Bob Margolin (Atlanta, Georgie, ancien guitariste de Muddy Waters) et Bob Corritore (Phoenix, Arizona, 13 août), Royal Southern Brotherhood (Nouvelle Orléans, Louisiane, 13 août) et JL Fulks (Boca Raton, Floride, 14 août) ainsi que plusieurs autres.

Le comité organisateur, sous la présidence de monsieur Pierre Soucy est composé de Yannick Lambert, Ginette Carrier, Jean Brière, Yves Fecteau, Pierre Lambert, Marco Trépanier, Gilles Boisvert, Nathalie Leblond, Michel Rochette et Michel Chevalier. Il faut aller sur le site www.donnaconablues.com pour voir la programmation complète et réserver votre laissez-passer pour le festival. Vous pouvez même camper sur le site du festival pour ne rien manquer.

Amateurs de blues, ne rater sous aucun prétexte cette 11ième  édition car elle sera mémorable.

[SPECTACLE] Victor Wainwright & The WildRoots

Vendredi le 15 avril dernier,  au Cabaret de l’Amphithéâtre Cogeco, le pianiste-chanteur-compositeur-interprète blues Victor Wainwright a offert au public du blues, du jazz, du soul et du roots avec son band les WildRoots. Victor est une bête de scène au gabarit des plus imposant. Il nous a charmés avec ses boogies endiablés aux sonorités de la Nouvelle-Orléans. Il a appris le piano avec son grand-père Jesse Wainwright qui, à 80 ans, joue toujours et l’inspire encore beaucoup. Avec sa voix rauque pleine de soul, avec son charisme contagieux et la maîtrise de son instrument, il a littéralement enflammé le Cabaret.

Entouré pour sa tournée au Québec de Terrence Grayson à la basse, de Billy Dean à la batterie et pour l’occasion du jeune guitariste Patrick Harrington (en remplacement de Nick Black; guitariste officiel de Victor). Ce sont des musiciens de haut calibre qui visiblement avaient du plaisir à jouer avec lui et pour les spectateurs, pour qui c’était du bonbon. Plusieurs personnes le voyaient pour la première fois et selon les commentaires, ils ont vraiment apprécié. Victor venait nous présenter son dernier album Boom Town. Comme à l’habitude, le son était parfait et les éclairages toujours aussi somptueux.

Pour du bon temps assuré, Victor Wainwright & The WildRoots est un groupe à voir.

Voici mes photos:

 

 

[SPECTACLE] JP Soars & The Red Hots

Samedi le 16 avril dernier, pour sa première visite en Mauricie, j’avais rendez-vous avec le guitariste américain JP Soars au Cabaret de l’Amphithéâtre Cogeco. J’ai été un peu déçu de voir que ce n’était pas salle comble pour ce spectacle, mais tant pis pour ceux qui n’y était pas car on a eu droit à toute une performance de JP Soars & The Red Hots. Le groupe nous a servi toute une variété de blues allant du traditionnel au blues avec des accents latino, du boogie, du funk, tout ça livré à la perfection. On a tous tapé du pied et des mains. JP a même invité les spectateurs à venir en avant de la scène pour danser; ils ne se sont pas fait prier deux fois.

Accompagné de Charles Gasper à la basse, de Chris Peet (le sourire toujours fendu jusqu’aux oreilles) à la batterie et de Steve Laudicina à la guitare qui a donné souvent la réplique à monsieur Soars. C’était captivant de voir ces deux guitaristes faire des solos ensemble ou se relancer à tour de rôle. Notons  le son particulier de la guitare Cigar Box deux cordes confectionnée par Soars. Tout un spectacle où sa guitare était à l’honneur, au grand plaisir de ceux présents !

Voici mes photos: