KNLO (+ L’Amalgame et RBV) – Casa del Popolo (MTL), 10 août 2017

En prévision du festival SOIR du vendredi 11 août, on est montés à Montréal un peu plus tôt et sommes tombé sur cette soirée 100% rap queb. On a fait nos curieux et finalement on a dansé toute la nuit avec un beau public enthousiaste.

Cette soirée était en fait le lancement de la nouvelle boîte de production artistique Mandragore. Ce projet «enraciné dans la culture locale» est l’initiative du jeune et dynamique Renaud Paquette qui souhaite se lancer dans la gérance d’artiste, le booking ainsi que l’organisation d’événements. Il est déjà gérant de trois groupes: Jambori Jambora, Michaëlle Richer ainsi que notre bien-aimée Fria Moeras de Québec. Le jeune entrepreneur a visé grand pour son coup d’envoi en allant chercher KNLO, une figure du rap queb bien établie dans la scène québécoise grâce au collectif Alaclair Ensemble. Il a ainsi prouvé son sérieux dans le domaine et son désir de jouer dans la cour des grands.

RBV  

Les Racailles de Basses-Villes (ou RBV) ont allumé la foule pour le début de cette soirée. Leur musique, très festive, glorifiant la fête et le bon temps passé entre amis nous a permis de faire grimper de quelques degrés la Casa del Popolo, déjà bien chaude. Les paroles, aux allitérations et assonances nombreuses, nous ont fait penser à la musique des mots qu’on retrouve chez Loco Locass (mais sans le contenu militant de ce groupe). Leur musique bien « funky », avec une bonne touche de «boom bap», nous rappelle tout de suite L’Amalgame et leur poésie évoque quant à elle Alaclair Ensemble. C’est à ce moment que l’on comprends que Renaud Paquette a fait un travail de maître pour le booking, chaque groupe rappelant un élément d’un des autres. RBV possèdent une bonne maîtrise de la langue, ils font quelques référents culturels intéressants et nous invitent à la fête. Cependant, comme dans plusieurs spectacles de rap, les paroles ne sont pas toujours bien compréhensibles et on perd plusieurs mots, surtout avec les répétitions en groupe des fins de phrases qui ne sont pas toujours parfaitement synchronisées. Parfois, c’est l’articulation qui se ramollit, ce sont les fins de phrases qui moins précises ou la maîtrise de la distance du micro qu’il faut retravailler. On a passé un beau moment avec la formation RBV, qui a permis au public d’arriver dans une ambiance festive.

L’amalgame

Les groupes de rap, c’est une grosse famille. Chaque membre termine les verses des autres et tout le monde se tient pour ne former qu’un tout. La formation, bien ancrée dans la culture des jeunes montréalais, réussit très bien à démontrer leur cohésion et leur unité. Au lieu de simplement finir en groupe les phrases du soliste, ils s’alternent, faisant ainsi un contrepoint de mots finement ficelé. Depuis 2011, le collectif a sorti plusieurs EP/albums avec lesquels on peut voir une évolution bien marquée ainsi qu’un ton bien défini. Sur scène, leur chorégraphie verbale est sans reproche et ils savent bien rendre leurs chansons. Ils ont interprété beaucoup de chansons de leur plus récent album, Congé sur l’île ainsi que l’excellente Fu Funk  de leur projet funk/rap Suprême Sans Plomb en collaboration avec Of Course. Vers la fin de leur set, ils nous ont dévoilé des chansons plus introspectives de leur nouveau EP «Corde à linge» qui sortira en septembre. Ce groupe de rap fait définitivement partie de mes coups de coeur de la relève du hip-hop montréalais.

KNLO

Ce projet solo du membre d’Alaclair Ensemble est très authentique. Il respecte les racines du collectif tout en ayant une couleur bien à lui. En plus de son excellent beat maker, KNLO est accompagné de Caro Dupont, aussi membre de Miss Sassoeur & les Sassys, qui chante et qui a même sorti sa flûte traversière pour une pièce. KNLO présente un projet bien ancré dans le «post-rigodon» aux accents funk, avec quelques chansons à répondre et des freestyles impressionnants. Il a tout d’abord débuté avec une intro bien jazz, en chantant avec Caro Dupont. On reconnaît alors les influences de sa collaboratrice. Il a enchaîné avec plusieurs titres de son album «Long Jeu», son premier vrai album solo. On a même pu entendre des nouvelles chansons jamais présentées avant, pour notre plus grand bonheur. Le rappeur d’expérience sait livrer un bon spectacle et faire lever la foule d’enthousiastes.

La soirée était une réussite. Merci et bravo à Renaud Paquette pour l’organisation! Je vous invite à suivre le développement de la nouvelle boîte de production Mandragore.

https://racaillesdebasseville.bandcamp.com/

https://lamalgame.bandcamp.com/

https://alaclairensemble.bandcamp.com/album/long-jeu

[FESTIVAL] 34e Festival de la chanson de Tadoussac, jour 2 (30 juin 2017) : perles du soir

On dit que l’appétit vient en mangeant. Ainsi, après avoir goûté quelques nouveautés et revu quelques visages connus aux Alliances et aux chemins d’écriture vendredi dernier, on a poursuivi sur notre lancée en se promenant de scène en scène. Compte-rendu d’une soirée qui nous en a fait voir de toutes les couleurs.

 

Menoncle Jason – Site Belle Gueule

Crédit Photo : Ludvig Germain Auclair

On a pu attraper quelques chansons de Menoncle Jason tandis qu’on transitait entre le Café du Fjord et l’Hôtel Tadoussac. Ceux qui aiment le country n’auront pas été déçus : chapeau de cowboy, lunettes de soleil et chemise de fermier étaient autant au rendez-vous que ces accents particuliers qui font du country ce qu’il est. Ajoutez à cela le charmant accent néobrunswickois du chanteur, et vous avez le portrait. Les mélodies qui s’inspiraient librement de l’univers country et pop-rock pigeaient autant du côté du Elvis tardif que du blues ou du calypso.

 

Sarah Toussaint-Léveillé – Salle Marie-Clarisse

Une salle comble attendait l’auteure-compositrice-interprète ainsi que ses trois musiciens dans le sous-sol de l’Hôtel Tadoussac. Sarah Toussaint-Léveillé s’est introduite avec une singulière anecdote d’accouchement, ce qui marquait le début de ses interactions rigolotes et on ne peut plus charmantes avec le public.

L’artiste s’est ensuite lancée dans Ta tempête, l’une des nombreuses pièces de La mort est un jardin sauvage qui furent interprétées ce soir-là. Cet album paru en février 2016 a été entièrement réarrangé par les trois musiciens qui l’accompagnaient : Jérémi Roy (contrebasse), Fany Fresard (violon) et Marianne Houle (violoncelle). Une version feutrée où dominaient les cordes, puisque Sarah Toussaint-Léveillée elle-même alternait principalement entre guitares acoustique et électrique.

Crédit Photo : Ludvig Germain Auclair

Cela se prêtait très bien aux pièces très senties de l’artiste : on sentait qu’un véritable dialogue s’était établi entre sa voix feutrée et celle des cordes, qui suivaient jusqu’à ses plus infimes inflexions. L’expressivité des instruments et l’exactitude des musiciens ont vraiment rendu vivante l’âme de ces chansons aussi théâtrales, originales et poétiques que leur auteure.

 

En somme, s’il me faut nommer un moment fort de la journée (et Ludvig Germain Auclair seconde), je peux sans hésitation choisir la prestation de Sarah Toussaint-Léveillé. Ce fut envoûtant du début à la fin.

 

L’Osstidtour
Par Ludvig Germain Auclair

Crédit Photo : Ludvig Germain Auclair

La soirée funk-rap de l’Osstidtour a débuté avec KNLO en première partie, qui a alterné des prestations solo ou en tandem avec différents invités (Eman, Sandy, etc.). Brown constituait la seconde partie de cette soirée festive. Le trio intergénérationnel a donné une performance énergique et qui amalgamait les groove. La chimie évidente du rap arythmique et parfois absurde de KNLO avec le son old school de Brown faisait définitivement dans l’hétéroclite et le marginal, un son qui diffère d’un rap plus conventionnel.

La foule a su apprécier vivement la vibe émise par cette prestation ; beaucoup venaient d’aussi loin que Montréal pour l’Osstidtour et pour faire bouncer le sous-sol de l’église de Tadoussac. La finale avec tout Alaclair Ensemble, le groupe de post-rigodon emblématique, a permis une clôture enflammée par ledit public, plus que content de représenter le Bas-Canada tous ensemble en ces petites heures du 1er juillet. Ce dernier a surtout eu droit à des pièces tirées du récent opus Les Frères Cueilleurs, mais aussi à quelques classiques comme Capoté, Mammifères et même J’tanné d’attendre.

À surveiller – Dimanche 2 juillet 2017

Vous connaissez l’adage? L’avenir – et la bonne musique – appartiennent à ceux qui se lèvent tôt. Pour les courageux qui se rendront aux Dunes demain dès 10h (si la température le permet), ils auront la chance de voir La Bronze et Le Couleur  comme ça ne se reverra sans doute jamais. Du disco et de l’électro en version acoustique, ça garantit un réveil électrisant!

Ensuite, en journée, c’est l’occasion de vous rattraper si vous n’avez pas déjà vu Sages comme des Sauvages et leur musique aux couleurs du monde, Wallace et leur chanson swing rock ou encore les mythique Hôtesses d’Hilaire, qui sauront mettre du piquant dans votre fin de soirée.

C’est aussi le soir où deux légendes se partageront les projecteurs: Daniel Bélanger fera vibrer les coeurs à l’Église à 22h et Gab Paquet ajoutera sa touche de yabadabadou au Gibard vers minuit.

 

[PHOTOS] Limoilou en musique – Brown et Alaclair Ensemble, 16 juin 2017

Vendredi soir, Limoilou en Vrac donnait le coup d’envoie à une nouvelle édition de Limoilou en musique! Trois jours de hip-hop, de rock et de folk en plein coeur de mon quartier, on pouvait difficilement rester chez soi à regarder passer les machines! C’est pourquoi je serai là toute la fin de semaine pour vous raconter en mots et en images…

La pluie qui semblait ne pas vouloir s’arrêter a inquiété un brin les organisateurs, mais les spectateurs ont répondu à l’appel. Une chance, parce que cette première soirée s’annonçait plus que festive : la petite scène de la troisième avenue accueillait deux excellentes formations hip-hop : Brown et Alaclair Ensemble.

Ça fait quelques fois que je vois Brown sur scène. On aime bien le métissage des genres entre le reggae de papa Robin Kerr et le rap de fistons Greg (Snail Kid) et David (Jam). Pendant que Robin nous enchante avec sa voix pleine de soul, Snail Kid et Jam arpentent la scène avec leur flow déchaîné. Snail Kid et Jam débordent toujours de charisme, chacun à sa manière. À l’arrière, Toast Dawg installe les beats tranquillement.

En plus des chansons de l’album homonyme, on a eu la chance d’entendre quelques nouveaux morceaux tirés du EP POPLUV, fraîchement sorti. Facile d’apprécier l’évolution depuis le premier album… Les chansons sont plus pop, plus accessibles. Le public, qui semblait au départ être venu pour les minces du Bas-Canada, a facilement été mis dans la petite poche d’en arrière de l’entreprise familiale.

Après un petit coup de vadrouille sur la scène (parce que la pluie ne voulait pas s’en aller), c’est au tour des vedettes de la soirée : Alaclair Ensemble, qui avait préparé un set particulièrement festif. Pendant plus d’une heure, on a dansé non stop sur les beats et les raps d’un des meilleurs groupes du genre au Québec. Sur scène, pas de primadonna, juste une gang de gars qui ont autant de fun que le public bas-canadien.

Je vous avoue que je ne suis pas un super fan du genre. C’est pas grave, quand Alaclair Ensemble s’est lancé dans ses gros succès, j’ai dansé comme tout le monde. Pas le choix, une toune comme Mon cou, ça vient te chercher direct dans les hanches. Et c’est arrivé à plus d’une reprise!

Rien de plus fun que de danser avec quelques centaines d’imperméables sur du bon beat!

Limoilou en musique se poursuit samedi… soirée ROCK avec Les Deuxluxes et We Are Wolves. Dès 20 heures!

Festival de la poutine de Drummonville célèbre la 10e édition avec les Trois Accords

Le Festival de la Poutine de Drummonville a dévoilé, hier après-midi, sa programmation de spectacles pour l’édition 2017. Ce festival, inauguré en 2007 par le groupe originaire de Drummonville Les Trois Accords célèbre cette année leur 10e édition. C’est pourquoi il est important pour eux de faire partie de la programmation cette année. Simon Proulx, à la tête du groupe et du festival, croit important de « célébrer avec ceux qui ont rendu ce festival possible ! ».

Le festival est également fier d’avoir Half Moon Run comme tête d’affiche. Ce groupe est en grande demande dans les divers événements estivaux du Québec en plus de prendre une place grandissante sur la scène internationale.

Les amateurs de ce repas « traditionnel » à la culture québécoise pourront profiter d’une excellente programmation musicale. Ce sont des spectacles à l’image de la relève en incluant les gagnants du concours Secondaire et Cégep en Spectacle mais aussi des artistes qui représentent la jeunesse et la musique d’aujourd’hui. C’est la fin de semaine du 24 au 26 août que le tout se déroulera au Centre Marcel-Dionne à Drummonville.

Jeudi soir, le festival s’ouvre avec Secondaire en spectacle à 18 h suivi de The Brooks (19 h), Les Sœurs Boulay (20 h) et Alex Nevsky (21 h). Vendredi le 25 août c’est au tour de Cégeps en spectacle de monter sur scène avant de laisser la place à Émile Bilodeau (19 h), Kevin Parent (20 h) et Les Trois Accords (21 h). Enfin, samedi le 26 août, la fameuse Lydia Képinski (18 h), qui sera également un peu partout au Québec cet été ayant remporté les Francouvertes en mai dernier, fermera le bal avec Alaclair Ensemble (19 h), Fred Fortin (20 h 15) et Half Moon Run (21 h 30).

Il est inévitable que la programmation attire beaucoup de jeunes en plus de leur tarif spécial de 28$ le week-end pour les premiers 2 500 passeports vendus. Sinon il est possible de se les procurer au tarif régulier à 38 $ pour le week-end ou 23 $ la journée.  C’est un rendez-vous gastronomique et musical ! www.festivaldelapoutine.com

Limoilou en musique propose une programmation éclectique pour sa neuvième édition

L’organisme Limoilou en vrac a dévoilé cette semaine la programmation de la neuvième édition de Limoilou en musique qui aura lieu cette année du 16 au 18 juin.

Trois belles soirées complètement gratuites qui devraient plaire aux mélomanes en tout genre.

Le 16 juin, les amateurs de rapqueb feront la fête sous les airs de Brown et Alaclair Ensemble. Le lendemain, ce sera au tour de Les Deuxluxes et We Are Wolves de mettre le feu aux poudres. Enfin, le 18 juin, Jérome Casabon et Pépé et sa guitare termineront cette belle fin de semaine avec leurs chansons colorées.

Les Deuxluxes – Photos : Jacques Boivin

Les spectacles auront lieu dès 20 heures au coin du chemin de la Canardière et de la 3e avenue. Ensuite, différents bars de la 3e avenue (Bal du Lézard, Quartier de lune, Pub Limoilou) proposeront des spectacles de fin de soirée.

D’autres activités (Marché des artisans, activités familiales, prestations musicales) sont prévues toute la fin de semaine. Pour en savoir plus, consultez http://limoilouenvrac.com/limoilou-en-musique/.

Santa Teresa et sa programmation de feu!

Le nouveau festival Santa Teresa, à Ste-Thérèse a annoncé sa programmation qui nous réserve bien des surprises. Il aura lieu au centre-ville de la ville du 27 au 29 avril et est présenté en collaboration avec SiriusXM.

Patrick Watson – Photo : Jacques Boivin

On avait déjà parlé sur le blogue des deux têtes d’affiche du festival, soit City and Colour et Patrick Watson. Les deux spectacles affichent d’ailleurs complet, nous annonce le festival. Le trio Wilsen assurera la première partie de Patrick Watson.

Les autres spectacles seront, entre autres, à l’Église Sainte-Thérèse-D’Avila, le 28 avril. Ce dernier sera bénéfice. Les invités n’ont pas été annoncés pour le moment, mais on reste sur le dossier. Les billets sont en vente au coût de 15 $ et les fonds amassés iront à la fondation Au Diapason, pour aider le programme musicale de l’école primaire Arthur-Vaillancourt.

The Franklin Electric – Photo : Jacques Boivin

Derrière l’hôtel de ville, le 29 avril, aura lieu plusieurs concerts dès 18h. A Tribe Called Red, July Talk, The Franklin Electric, Alaclair Ensemble et RYMZ seront de la partie. Les billets sont au coût de 20$ (taxes et frais de service inclus).

Le 27 avril, Xavier Caféine, Dubé et Zen Bamboo seront en concert au bar le Cha Cha. Ce sera au tour de Geoffroy le 28 avril de s’y produire. Quant à lui, Aliocha fera découvrir ses chansons le 29 avril.

Suuns – Photo : Nicolas Padovani

Au Monte Cristo, c’est du 100 % rock, avec les groupes We Are Wolves, Duchess Says, SUUNS et HAON. Parions qu’il va faire chaud et que ça va brasser! Dans la salle La Protestante, l’auteure compositrice interprète Beyries viendra présenter les chansons de son excellent album Landing pour notre plus grand bonheur. Tous ses spectacles sont au coût de 12$.

Lydia Képinski – Photo : Marion Desjardins

Plusieurs spectacles seront également présentés gratuitement à la Brasserie le Saint-Graal. Dès 20h, des artistes comme Lydia Képinski, Mathieu BérubéPhilémon Cimon et Mon Doux Saigneur seront en spectacle.

Santa Teresa, c’est aussi les arts visuels. Verticale et SOIR s’occuperont de ce volet.

Pour plus d’infos (et la programmation complète), vous pouvez vous rendre sur le site Web du festival.

[SPECTACLE] L’Osstidtour fait un arrêt à l’UQTR, 24 novembre

Récemment le hip-hop a su capter l’attention sur la scène musicale québécoise. Plusieurs des artistes les plus en vue se réunissent d’ailleurs dans une superbe tournée qui se déplace dans plus d’une dizaine d’endroits à travers la belle province du 12 novembre 2016 au 4 février 2017 !

Effectivement, l’Osstidtour était de passage à Trois-Rivières le 24 Novembre dernier. Disques 7ième Ciel nous a concocté une belle brochette d’artistes et l’Université du Québec à Trois-Rivières accueillait à bras ouverts Brown, Koriass et Alaclair Ensemble. Je tiens à souligner et remercier la belle organisation de l’équipe de CFOU qui a permis cet arrêt de l’Osstidtour à l’UQTR. Nous avions même la chance de goûter à la délicieuse bière de la microbrasserie le Trou du Diable servie sur place… WOW !

La soirée débute avec un chaleureux accueil pour la formation Montréalaise Brown. Ils ont su bien réchauffer l’atmosphère du fameux 1012 du Pavillon Nérée-Beauchemin. Sur scène, les deux frères, Snail Kid (Dead Obies) et Jam (K6A) sont accompagnés de leur père Robin Kerr (Uprising) pour la performance. Le paternel emboîte le pas à la guitare acoustique puis fait vibrer le 1012 de sa voix chaleureuse. Le groupe se démarque actuellement sur la scène québécoise par leur touche personnelle et très fraternelle. Brown nous offre une douzaine de morceaux mélangeant le roots-reggae, le dancehall, le rap old school et celui de la nouvelle garde. Cette mixité réconcilie les extrêmes, célébrant les notions d’hybridité de la langue pour nous faire danser !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le spectacle se poursuit avec l’énergie foudroyante de Koriass. « Êtes-vous prêts à TOUTE virer sul top ma gang de Trifluviens ? » nous demande le chanteur. Comme de fait, Trois-Rivières était prêt ! Koriass a un style un peu plus sauvage et brut ce qui est tout aussi agréable à vivre en spectacle. Sur scène, il est accompagné de ses musiciens et j’avoue que le batteur est assez impressionnant. On peut dire que Koriass est considéré comme l’une des stars montantes du hip-hop et un brillant rappeur québécois. Lors du Gala de l’industrie ainsi que du Premier Gala de l’ADISQ qui ont eu lieu le 27 octobre dernier, Koriass est fièrement reparti avec deux statuettes pour son plus récent album Love Suprême paru plus tôt en 2016. Toutes nos félicitations pour ces acquisitions, soit « Pochette de l’année » et « Album hip-hop de l’année » ! Spécifions qu’il s’agit du 5e album de Koriass depuis 2008. Vous pouvez vous procurer tous les albums via le site internet : http://www.koriass.com/

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La cerise sur le sundae (ouais ouais); ce fût Alaclair Ensemble ! Originaire de Montréal et de Québec, le groupe est un collectif de hip-hop composé d’anciens membres d’Accrophone (Eman et Claude Bégin), Ogden (a.k.a. Robert Nelson), Maybe Watson, KenLo, Mash et Vlooper. La formation a fait paraître à ce jour quatre albums officiels en plus de quelques mixtapes. La foule du 1012 était ravie de les voir prendre place sur scène et scandait haut et fort les paroles ! L’ambiance était à la fête. Je vous conseille de prendre le temps d’aller voir leur tout nouveau clip (que je trouve extra soit dit en passant) ! Voici un extrait de Ça que c’tait tirée de leur quatrième album Les Frères cueilleurs, paru en septembre dernier.

http://ecoutedonc.ca/2016/11/21/annonce-alaclair-ensemble-porte-ca-que-ctait-en-images/

C’est en effet l’album le plus rap d’Alaclair jusqu’à maintenant. Fait cocasse, Ogden s’identifie souvent comme étant Robert Nelson, président de la République libre du Bas-Canada. Ils sont bien connus pour leurs paroles plutôt satiriques, même absurdes. Également, ils mêlent l’anglais et le français, qui prédomine tout de même dans l’ensemble de leur musique. Chose intéressante; ils mettent de l’avant leur musique afin de la rendre la plus accessible possible, disponible gratuitement sur « les Internets », mais en nous proposant d’offrir une contribution volontaire. Des gars novateurs et brillants !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’était une soirée epic et haute en couleurs qui représentait bien la scène hip-hop québécoise ! À ne pas manquer si vous êtes amateurs de rap également. L’Osstidtour n’a pas dit son dernier mot et voici les prochains arrêts de cette belle brochette d’artistes :

16 décembre // Val-d’Or // Billets
17 décembre // Rouyn-Noranda // Billets
14 janvier 2017 // Saguenay // Billets
25 janvier 2017 // St-Hyacinthe // Billets
27 janvier 2017 // Québec // Billets
28 janvier 2017 // Montréal // Billets
3 février 2017 // Victoriaville // Billets
4 février 2017// Montréal (supplémentaire) // Billets

Pour plus d’informations : www.losstidtour.com

Merci beaucoup au photographe Joé Weller !

[ANNONCE] Alaclair Ensemble porte «Ça que c’tait» en images

La troupe post-rigodon bas-canadienne préférée de tout le monde a opté pour une bombe pour le troisième clip issu de leur excellent album Les Frères Cueilleurs, paru plus tôt cet automne sur 7ième Ciel Records. C’est la pièce «Ça que c’tait», une des meilleures de l’album selon moi, qui a obtenu un pendant visuel dont la niveau de qualité est approprié: c’est assez champ gauche et très bien réalisé. On vous laisse juger par vous-même le clip, qui a été produit par Helium Film et réalisé par GED, nécessitant le travail d’une trentaine d’artistes en tous genres en plus du groupe.

 

L’album est disponible sur bandcamp et un peu partout.

[ALBUM] LE LONG-JEU DE KNLO

Je commence sérieusement à me demander ce que les gars d’Alaclair Ensemble mettent dans leurs céréales, parce que les exploits se multiplient à un rythme où nous, les gens normaux, arrivons avec peine à les compter. Le pire, c’est que la plupart d’entre eux ont aussi une ptite-moyenne-grande famille et qu’ils préparent la relève humaine de qualité pour demain. Les gars viennent de droper ensemble un album assez génial et très très hip hop en plus de s’apprêter de partir pour un megatour avec Brown et Koriass, puis séparément, ils ont l’air pas mal bookés de leurs bords respectifs aussi.

D’abord, les deux que je connais depuis le plus longtemps et qui sortent d’Accrophone: Eman sort un album adulé par la critique et couronné à l’ADISQ, Claude Bégin est dans le RougeFM All-star avec ses chansons et celles qu’il a produites pour Karim Ouellet.  Ensuite, Ogden et Maybe font aussi courir (et jumping jacker) les foules à toute vitesse avec leur projet parallèle Rednext Level, mi cour d’école mi neuf à cinq, ça c’est sans compter le fait que Ogden AKA Bobby Nel est aussi derrière le gros succès du Punch Club!, une ligue de street impro qu’il a cofondé et qui a le vent dans les voiles depuis. Également, VLooper est derrière les machines avec Alaclair, mais aussi avec un certain Eman mentionné précédemment, puis aussi, au sein d’un projet avec sa copine Modlee (entendue sur XXL mais aussi dans des projets antérieurs et gratuits sur bandcamp, Flowers, toujours avec VLooper). Enfin, le récemment partiellement rebaptisé, ou reboombaptisé, KNLO, lui aussi père de famille et membre émérite d’Alaclair, en plus d’être membre du K6A (Jam est d’ailleurs au nombre des invités de marque sur l’album).

Acteur principal d’un court-métrage annonciateur de quelque chose de gros pour l’an 16, KNLO a longtemps été un des beatmakers principaux d’Alaclair Ensemble, étant prolifique à souhait sur les machines et ayant par ailleurs publié une bonne dizaine de volumes d’instrumentaux gratuits, disponibles comme la plupart des projets mentionnés dans cet article au sein de la section « musique » du site alaclair.com Le court-métrage L’an 16 dévoilé plutôt laissait augurer quelque chose de gros et n’a pas menti ou exagéré les traits pour construire le hype: Long Jeu dépasse les attentes, même si tout ce que je connais des gars ont mis la barre très haute, incluant le très récent Frères Cueilleurs publié sur 7ième Ciel, comme l’opus dont il est question ici et celui qu’Eman & VLooper ont dûment ADISQé l’an passé. KNLO, tout comme E&VL et Alaclair Ensemble sur leur plus récent disque, poursuit avec brio la hiphopisation du post-rigodon-bas-canadien.

Long Jeu, c’est le premier vrrrai album de KNLO malgré plein de belles affaires du passé (Flattebouche c’était un assez bon mixtape pour passer pour un album mais bon), avec une intro qui rappelle les aventures de Canaw Cocotte & Cocotte Pondu Sur les terres d’Armand Viau, c’est à dire que c’est de la nouvelle musique à base de soul et de funk pas mal champ gauche (post-motauwn?). Ça dure à peine une minute, ça se passe en compagnie de la dulcinée Caro Dupont, également membre du groupe Miss Sassoeur & les Sassys qui carbure à ce genre d’harmonieux délires musique-voix, et puis ça reste ancré au plus profond de la tête en plus mettre de bonne humeur. Ensuite, c’est une avalanche de gros hits jusqu’à la fin du disque, à un point tel que les mots peineront certainement à rendre justice à tout ce qui est mis en oeuvre ici.

Écoutez le premier extrait Justecayinque assez souvent pour avoir tout saisi ce qui se passe et on s’en reparlera. C’est très ludique et très brillant, comme le vidéo qui popularise la pièce aussi, très créatif avec beaucoup d’impact aussi; j’ai pas entendu de tracks aussi dopes depuis longtemps, et j’en envie de l’écouter sur repeat jusqu’à l’an prochain, j’exagère à peine. Les références sont parfois obscures mais toujours judicieuses, on jongle avec les mots, les hommages à des artistes présents et futurs, on jongle aussi avec des sens multiples (le terme « double sens » ne suffisant pas non plus à rendre justice aux prouesses lyricales (je sais que ça se dit pas, lyrical, en français)). Parmi ses acolytes de la troupe de post-rigodon bas-canadien préférée de tout le monde, on retrouve Eman sur l’excellente Merci et Ogden sur l’hallucinante B.B.I.T.C. Les pièces Ville-Marie avec Lou Phelps et Coquillages avec la dulcinée susmentionnée Caro Dupont, c’est aussi deux moments forts de l’album. Je n’entrerai pas trop dans les détails parce que je recommande à tous d’aller voir par soi-même le prodige à l’oeuvre.

Tous comptes faits, ça va prendre plus que plusieurs écoutes pour digérer cette galette et c’est vraiment pas parce qu’elle est indigeste, au contraire. C’est juste qu’elle est bourrée de tellement de nutriments que nos organismes moyennement évolués doivent s’armer d’une patience bovine pour bien assimiler les ingrédients. Les références et sens multiples qui sont cachés ici et là vous remercieront de votre patience, et préparez vous à être agréablement surpris continuellement sur une assez longue période. « Jamais vu ailleurs des bonnes valeurs de même nahmean. »

À découvrir absolument cette semaine lors des lancements dans la petite et dans la grande ville.

[NOUVELLES] L’Osstidtour avec Koriass, Brown et Alaclair Ensemble s’arrêtera à Québec et à Trois-Rivières !

Grosse nouvelle ce matin alors qu’on apprend que la plus grosse tournée de Rap Québ de l’année visitera nos deux villes favorites :Trois-Rivières (24 novembre 2016) et Québec (27 janvier 2017).

Pour les plus vieux, vous allez sans doute reconnaître dans le titre de la tournée une référence à l’Osstidcho. Pour les plus jeunes, ce qu’il faut savoir c’est que, comme en 1968, ça va être la folie entre amis sur scène, et dans le public on pourra chanter haut et fort les textes de nos poètes d’aujourd’hui !

Les dates de la tournée : 

  • 12 novembre // Gatineau // Le Minotaure
  • 18 novembre // Sherbrooke // Théâtre Granada
  • 24 novembre // Trois-Rivières // Auditorium de L’UQTR
  • 8 décembre // Drummondville // Maison des Arts
  • 16 décembre // Val-d’Or // Salle Félix-Leclerc
  • 17 décembre // Rouyn-Noranda // Scène Paramount
  • 14 Janvier // Saguenay // L’entrée Club
  • 25 Janvier // St-Hyacinthe // Centre des Arts Juliette Lassonde
  • 27 Janvier // Québec // L’impérial Bell
  • 28 Janvier // Montréal // Club Soda

Pour plus d’informations: www.losstidtour.com 

Pour vous donner le goût, voici des photos des artistes de l’Osstidtour prises par nos photographes dans la dernière année :