Un maudit gros Phoque OFF!

La programmation du Phoque OFF 2018, qui se proclame (avec raison) « le festival de diffusion alternative déjanté » et qui se déroulera du 11 au 14 février, a été dévoilée . Pour ceux qui ne connaissent pas, le Phoque OFF se déroule depuis quelques années en marge de la Bourse RIDEAU et on l’a vu rapidement trouver sa voie… et sa personnalité. L’année dernière, on a pu y voir, entre autres, Anatole, Gab Paquet, Mauves, Caravane, Sandveiss et The Damn Truth. Et cette année, le Phoque OFF s’ouvre à de nouveaux horizons musicaux tout en présentant une série de discussions (Messe Basse, dont on vous a parlé en même temps que le dévoilement de RIDEAU).

Anatole est de retour au Phoque OFF cette année. Photo : Jacques Boivin (archives)

Présentées en collaboration avec un paquet d’organismes et d’entreprises qui gravitent autour des scènes locale et indépendante, ces vitrines seront l’occasion pour les gens du milieu et les mélomanes de tous les horizons de faire de belles découvertes.

Louis-Philippe Gingras – Photo : Jacques Boivin

Cependant, il va falloir user nos souliers pour passer d’un lieu à l’autre parce que les choix sont nombreux… et déchirants! On ne mentionne que quelques noms, question de vous mettre l’eau à la bouche : Jérôme St-Kant, Fria Moeras, Mélanie Venditti, Prieur & Landry, Valery Vaughn, Olivier Bélisle, Kyra Shaughnessy, Raton Lover, Val Thomas, Oktoplut, Floes, Louis-Philippe Gingras, Anatole, Mathieu Bérubé, Laura Babin, Mat Vezio, Beat Sexü, Bad Dylan, Fuudge, Lubik, Les Trimpes, Choses Sauvages, La famille Ouellette, Mort Rose, Les Hôtesses d’Hilaire, Le Winston Band, Laura Lefebvre, Lakes of Canada et de nombreux autres artistes à découvrir ou à redécouvrir.

Le plus beau, c’est que vous pourrez voir toutes ces belles gensses en vous procurant un laissez-passer qui vous coûtera moins de 25 $!

Pour en savoir davantage sur le Phoque OFF (notamment la programmation complète), visitez leur site Web!

Laissez-passer en vente ici :

 

[Bourse RIDEAU] Le Phoque OFF au Pantoum – 14 février

La Bourse RIDEAU a commencé en force cette année : deuxième édition du Phoque OFF le soir de l’amour. Pour ceux qui ne connaissent pas l’évènement, c’est un gros party qui se déroule au Pantoum, présenté par Sexy Sloth et Kapuano Records. Il y a bien sûr des prestations musicales, mais aussi d’arts multidisciplinaires. Un petit bonus en prime: des pantoufles à l’effigie de la soirée sont remises aux participants. L’an dernier on avait pu y voir Caravane, Sandveiss et Les Marinellis. Cette année : UUBBUURRUU, Prieur&Landry et Adam Strangler nous attendent.

Puisque je suis arrivée un peu avant l’heure (j’avais hâte il faut croire), j’en ai profité pour aller voir l’œuvre de la chorégraphe Priscilla Guy dans le sous-sol du Pantoum. La mini salle est tout en blanc: coton-tige, lunette de soleil, napperon de dentelle et une petite télévision. C’est dans cette dernière que se passe toute l’action. Catherine Lavoie-Marcus et Priscilla Guy, les interprètes, s’échangent des dialogues en mouvements sur fond blanc.

UUBBUURRUU

Un léger grondement se fait entendre, on est maintenant prêt pour le rock psychédélique d’UUBBUURRUU ! J’avais très hâte à cette soirée pour finalement voir le groupe. À noter que j’avais dans la tête la pièce Cosmic Cannibalism depuis déjà une semaine, véritable excellent ver d’oreille !  Tania B. Lacasse s’occupait des projections, c’était un match parfait comme qui dirait. La soirée aurait pu se terminer là que j’aurais été heureuse: le rock en plein dans la face, parfait tout comme les gars sur scène qui suent pour la cause.

Je profite de l’entracte pour aller voir ce qui se passait au 2e étage. Des cadres, de la tulle et une boite de carton font office de décors. Une marionnette en bois sera le personnage principal de cette courte pièce en son et image inspirée de la mythologie féminine. Non sans mentionner aussi, les jeux d’ombres qui faisaient partie intégrale de ce petit 10 minutes efficace, offert par Sabrina Baran, marionnettiste et sa comparse. C’était sans doute une belle mise en bouche sur cet art.

Prieur&Landry

Je remonte à l’étage, Louis-Karl Picard-Sioui est en pleine performance que j’ai pas mal manqué. Il laisse la place à ce qu’on pourrait appeler nos petits préférés : le duo Prieur&Landry. Dès les premières notes, je ressens un petit velours réconfortant qui me met encore plus dedans. Si en début de soirée j’étais un peu fatiguée de ma fin de semaine, après la première pièce, j’étais prête pour un marathon. Je pourrais gager qu’encore une fois Prieur&Landry a su faire tourner quelques têtes inattentives, qui étaient surprises par toute cette ampleur de décibels, produits par seulement deux gars !

Adam Strangler

Pour terminer cette soirée digne du mot « parfait », Adam Strangler venait y faire son lancement d’album. Ce dernier que j’ai écouté toute la semaine et que j’ai vraiment adoré. J’ai cependant eu un petit doute pendant le spectacle: est-ce vraiment le même band que j’ai entendu dans mon chez moi ? La critique n’est pas négative, c’est seulement que je m’attendais à quelque chose qui bougeait plus et qui aurait certainement bien terminé cette soirée en action. Ça a plutôt eu comme effet de créer un baume relaxant sur l’assistance, ce qui n’est pas mal non plus. Petit clin d’œil à la pièce Astronomy, qui est une de mes favorites et fut aussi magique en version live. Bref, c’était vraiment excellent ! Je serai sans doute présente lors de leur retour dans la ville afin de mieux apprécier leur côté plus ambiant.

Le Phoque OFF conserve donc son gage de qualité et de party à ne pas manquer. J’en profite pour mentionner la présence de Pascal et Alex (Les Indiens), qui étaient là pour assurer l’ambiance musicale entre les groupes et en fin de soirée. Défi relevé par toute l’équipe, j’ai déjà hâte à l’an prochain !

 

Photos : Marion Desjardins/ Llamaryon