Pierre Lapointe – Grand Théâtre de Québec, 7 décembre 2017

Mon intérêt pour l’oeuvre de Pierre Lapointe s’était un peu fragilisé depuis l’exceptionnel Seul au piano sorti en 2011. Inconsciemment, sa participation à La Voix m’a probablement refroidi. Ce purisme DIY est injustifiable en ces temps modernes, les artistes devant maintenant ajouter des cordes à leurs arcs pour gagner décemment leur vie. Ridicule aussi quand on sait qu’un artiste comme Pierre Lapointe ne se laissera pas influencer par des visées purement commerciales. Tout ça, c’était avant La science du coeur, ce merveilleux nouvel opus débordant de beauté; sans aucun doute mon favori de la cuvée québécoise 2017. Il restait à savoir comment cet album majoritairement orchestral allait se transposer en formule trio. N’ayant rien lu sur ce nouveau spectacle, ma première surprise (et crainte) fut la présence d’un somptueux marimba. Pierre Lapointe nous servirait vraiment ses nouvelles chansons foisonnantes avec une formule marimba/piano?

Dès les premières notes de la mélancolique Qu’il est honteux d’être humain, on constate que Philip Chiu au piano et João Catalão au marimba sont loin d’être les premiers venus. Si Pierre Lapointe est un pianiste fort compétent à mes oreilles, chaque réappropriation des chansons par le pianiste Chiu ajoute une touche de virtuosité absolument époustouflante. Ça permet à Lapointe de se concentrer sur le chant et à ce niveau-là c’est aussi une pleine réussite. La justesse et l’émotion furent au rendez-vous tout au long du spectacle, le trio recevant des applaudissements nourris à plusieurs occasions. Le marimba dans tout ça est une judicieuse addition, Catalão dosant savamment ses interventions. Son instrument peut aussi bien soutenir subtilement la section rythmique des chansons que prendre les devants mélodiques. C’est aussi fascinant de le voir manier quatre baguettes avec autant d’aisance. Les deux instruments se sont complétés à merveille, parfois de façon fort surprenante. On pense entre autres à la fabuleuse Alphabet plus intéressante encore que sur l’album. Il y a aussi Sais-tu vraiment qui tu es qui même dénuée de ses riches arrangements ne perd rien de sa force et de sa richesse mélodique. Pierre Lapointe a aussi présenté quelques pièces en mode solo piano dont Le retour d’un amour, Nos Joies répétitives et l’épilogue classique Deux par deux rassemblés. Gros coups de coeur pour Zoplicone et Mon prince charmant, deux pièces spécialement efficaces en formule concert. Je ne les écouterai plus de la même façon. Les débuts de tournée présentent parfois quelques défis supplémentaires. Il a ainsi fallu deux tentatives ratées pour que Lapointe réussisse à nous offrir Naoshima, hymne à une intrigante île-musée japonaise portant l’empreinte de Tadao Ando, un architecte et artiste de renom. Lapointe amusé et en confiance n’a pas semblé ébranlé un seul instant par ces faux départs. L’expérience on suppose!

Pierre Lapointe – Photo : Jacques Boivin

Le casse-tête horrible avec lequel doit jongler Pierre Lapointe pour le choix des pièces prouve aussi à quel point sa discographie est riche. Lorsqu’un artiste peut se permettre de laisser de côté Le Colombarium, Qu’en est-il de la chance?, ou Au bar des suicidés (3 exemples parmi tant d’autres), tout en réussissant à construire un spectacle aussi efficace que celui auquel j’ai assisté jeudi soir, c’est qu’il y a une profondeur exceptionnelle à sa discographie. J’ai particulièrement apprécié le nouveau matériel, ce qui représente un tour de force en soi. Ce n’est pas tous les artistes qui peuvent se targuer d’avoir une telle facilité à capter l’attention d’une foule avec du matériel si récent. Lapointe fut probablement aidé par la pertinence et la qualité de sa nouvelle proposition.

Un concert avec Pierre Lapointe, c’est aussi de délicieuses interventions entre les chansons. Il nous a ainsi annoncé que Je déteste ma vie était le climax du « ça va pas ben ». Il a aussi raconté le processus complexe derrière de la création de la nouvelle pièce Une lettre avec Daniel Bélanger, une de ses idoles de jeunesse. Vous irez voir le spectacle pour avoir les détails croustillants. D’ailleurs, acceptez son invitation à rester à la fin du concert pour l’échange avec le public. Après avoir délivré un vibrant témoignage sur l’importance de soutenir la musique d’ici, il a répondu avec passion aux questions des membres du public; un autre généreux moment. Les éclairages chauds entourent les musiciens et contribuent à ajouter une touche d’intimité à cette performance.

J’ai vu plusieurs très bons spectacles de Pierre Lapointe, mais celui-là vaut particulièrement le détour. Une réussite sur toute la ligne. On attend la suite avec impatience (il semble qu’il ait déjà deux autres albums en attente). Allez-y!

[foogallery id= »47572″]

[SPECTACLE] Pierre Lapointe, Grand Théâtre de Québec, 30 mars

Quelle soirée bouleversante hier soir au Grand Théâtre! Avant de se lancer dans le récit de cette oeuvre d’art, revenons sur l’aventure Seul au piano de Pierre Lapointe. L’an dernier, le chanteur populaire (c’est lui-même qui le dit) nous proposait une version plus sobre de son catalogue sur Paris Tristesse. Cet album mélancolique et seul au piano était présenté au public de Québec pour une dernière série de représentations. Revisitant ses grands succès et ses pièces lyriques moins connus, sans oublier quelques reprises, le chanteur a su nous hypnotisé avec son instrument. Retour sur une soirée musicale sans faille.

Dès le lever du rideau à huit heures précises, Pierre Lapointe se dirige vers son piano à queue placé devant un grand champ de lutrins vides. C’est dans cet univers très mystérieux que l’artiste se lance dans une mise en garde face à son oeuvre triste. Après ce court discours, nous entrons dans l’atmosphère de Paris Tristesse. Ce spectacle prend un sens très introspectif. Nous sommes collés aux paroles de Lapointe ainsi qu’aux mélodies de son instrument de prédilection. Tu es seul et resteras seul lance le bal de la déprime. Dès la première pièce, nous sommes dans une salle presque toute noire, seul un faisceau de lumière éclaire l’artiste. Le travail exceptionnel d’Alexandre Péloquin aux éclairages est digne de mention. Tout au long du spectacle, les éclairages nous ferons entrer dans des atmosphères différentes selon les pièces.

PierreLapointe_04
Pierre Lapointe présente Paris Tristesse à Trois-Rivières (photo d’archives). Crédit photo : Izabelle Dallaire

L’acoustique est aussi excellente dans la salle Octave-Crémazie du Grand Théâtre. Francis Beaulieu au son fait un excellent travail dès les premières notes du chanteur. Ce dernier a d’ailleurs une voix sans aucun défaut. Après avoir effleurer Les lignes de ma main avec brio, nous sommes projeter dans une magnifique interprétation de Nu devant moi. Certes, Punkt! est mon album favori du chanteur, je suis peut-être un peu biaiser, mais j’ai l’impression de redécouvrir le catalogue de Pierre Lapointe après chaque chanson du spectacle.

De plus, un concert seul au piano permet à un artiste de ressortir certaines pièces moins propices au full band. C’est le cas de Au 27-100 rue des Partances, de l’album La forêt des malaimés, qui fête ses 10 ans cette année. Une ovation sera d’ailleurs offerte par le public suite à l’interprétation de ladite chanson.

Je dois féliciter la discrétion et l’écoute du public qui sont exceptionnelles. En effet, les spectateurs sont toujours silencieux et attentifs aux paroles du chanteur. Le but est de vivre l’expérience proposée à fond. Fermer les yeux, écouter et vivre la musique jusqu’à ce qu’une boule se forme en soi. C’est ce que j’ai vécu hier soir avec la salle comble du Grand Théâtre. Heureusement, Pierre Lapointe coupait, d’une façon très drastique, la tristesse avec divers monologues humoristiques directement tiré des Bobos du mille-end.

Quelques pièces ont provoqué de fortes réactions auprès de l’auditoire tels que Tel un seul homme ou encore Le lion imberbe. La reprise d’Elisapie Isaac, Moi Elsie, était magnifique. Le trio proposé en conclusion était exceptionnel : Nos joies répétitivesLa plus belle des maisons et Je déteste ma vie. Interprété avec une férocité dans la voix, Pierre Lapointe nous fait presque verser une larme tellement le propos et le contenant sont puissants.

En rappel, nous avons droit à une version revisitée d’une chanson que Lapointe n’est plus capable de jouer tellement il est « tanné ». Pour faire plaisir au public, Deux par deux rassemblés est offerte en version mimée pour les enfants de 4 à 8 ans. Quelle belle façon pour un artiste de jouer des pièces attendues du public, mais qui ne représentent plus aucun plaisir pour lui. Le public a chanté avec Pierre Lapointe et riait aux éclats lors des mimiques. Juste avant de nous quitter, il nous offre une reprise de Léo Ferré : C’est extra! Une belle conclusion jouée encore une fois avec une férocité inexplicable.

L’émotion est encore palpable en moi au moment d’écrire ses lignes. J’ai vécu une expérience inoubliable avec un artiste d’un grand talent. Un concert à voir absolument.

Pierre Lapointe remet ça ce soir au Grand Théâtre… mais c’est complet ! Pour le revoir, il faudra se rendre à Lachine, Sorel-Tracy, Cowansville ou Ste-Agathe-des-Monts pour l’ultime représentation de Paris Tristesse le 7 mai prochain.

Grille des chansons

  1. Tu es seul et resteras seul
  2. Les lignes de ma main
  3. Nu devant moi
  4. Quelques gouttes de sang
  5. Au 27-100 rue des Partances
  6. S’il te plait
  7. Les vertiges d’en haut
  8. De glace
  9. Tous les visages
  10. Le lion imberbe
  11. Pointant le nord
  12. Tel un seul homme
  13. Moi Elsie
  14. Nos joies répétitives
  15. La plus belle des maisons
  16. Je déteste ma vie

Rappel

  1. Deux par deux rassemblés
  2. C’est extra!

 

[FESTIVOIX DE TROIS-RIVIÈRES] Compte-rendu du 2 juillet 2015

C’était soir de pleine lune hier soir à Trois-Rivières. Le Festivoix en a donc profité pour offrir une programmation solide à ses festivaliers avec un doublé composé de Fanny Bloom en ouverture et de Pierre Lapointe en clôture. Située tout près de l’eau, la scène Loto-Québec a été prise d’assaut par deux artistes de grand talent qui ont offert aux Trifluviens une soirée haute en couleur.

Photo : Mario Groleau
Photo : Mario Groleau

20h25 : Fanny Bloom

Moins d’un an après la parution de son deuxième album solo Pan, Fanny Bloom s’amène sur scène avec deux musiciens. Philippe Bilodeau s’active à la guitare et Stéphane Leclair enflamme sa batterie avant l’entrée en scène de la chanteuse. Dès les premières notes, nous pouvons apercevoir que le concert sera beaucoup plus rock que l’album. Fanny et sa bande ont un plaisir fou à offrir de longs interludes musicaux avant chaque pièce. C’est très intéressant et ça vient donner une seconde vie à chacune des pièces. La grande majorité du spectacle, d’une durée de 50 minutes, fut consacré à son deuxième opus. Quelques pièces de son premier album, Apprentie guerrière, furent entendues. Ces dernières sont un peu plus mélancoliques et moins appropriées avec le nouveau son de la chanteuse. La façon de les jouer en concert, avec beaucoup plus de batterie et de guitare, vient rehausser le rythme et fait passer un bon moment aux quelques milliers de spectateurs présents. Le parterre debout était à moitié rempli pour la prestation de la chanteuse. Les diverses sections assises étaient complètes depuis l’ouverture des portes.

Photo : Marc-Antoine Berthiaume
Photo : Marc-Antoine Berthiaume

Le clavier étant son instrument de prédilection, Fanny Bloom le quitte rarement. Par contre, elle le maitrise d’une main de maitre. Elle adore sautiller et danser derrière son instrument et s’amuse à modifier les notes de ses pièces pour les rendre un peu plus rythmées. En milieu de performance, elle lance son prochain simple Évidemment version remix par Claude Bégin, qu’elle qualifie de « dieu de la beauté en personne ». Une excellente chanson qui fait en sorte que l’ancienne chanteuse de La Patère Rose se dandine un peu plus sur scène, la forçant même à quitter son clavier pour danser sur le devant de la scène. Un très beau moment qui a lancé les festivités pour plusieurs spectateurs. Les chansons un peu plus connues des radios commerciales, qu’elle a remercié de leur soutien, s’enchainent. Le ver d’oreille par excellence Danse suit et le parterre s’amuse avec Fanny. Il y a une sorte de communion hors du commun et les Trifluviens ont montré leurs meilleurs move à la chanteuse.

En fin de piste, la magnifique blonde annonce aux spectateurs à quel point elle adore Trois-Rivières. Elle lance alors la chanson officielle du festivoix 2015 et son plus gros hit du moment : Piscine. « Festivoix! Groove ton move pour moi! », clame-t-elle avec ardeur. La chanteuse est aux anges, tous les spectateurs et les musiciens sont heureux. Elle passe un bon moment.

Avant de quitter, Fanny Bloom et ses deux acolytes remercient les Trifluviens présents en grand nombre ainsi que l’organisation du Festivoix. Pierre Lapointe est prévu dans vingt minutes et elle doit quitter. Elle conclut avec la magnifique pièce Sammy Sammy. Cette pièce prend tout son sens en spectacle. Quelques minutes plus tard, le trio quitte la scène principale du festival sous un tonnerre d’applaudissements. Quelle magnifique performance!

19354538756_8e16dd2579_o
Photo : Mario Groleau

21h35 : Pierre Lapointe

C’est seulement vingt minutes plus tard que le très chic Pierre Lapointe, tout de rose vêtu, prend d’assaut la scène avec ses quatre musiciens. Avant la musique, un petit discours de bienvenue et une présentation de son univers PUNKT. Il débute ensuite, assis devant son piano, la pièce H20. Le parterre est maintenant bien rempli. Sans arrêter, il enchaine avec la magnifique pièce Des Maux Sur Tout. Le célèbre chanteur quitte ensuite son piano pour s’approcher de la foule sur le devant de la scène. Il lance, sans avertir, une des chansons les plus attendues de la soirée : Le columbarium. Il parait bien, très officiel avec son micro seulement. Les pièces sont jouées avec brio, sans aucun écart de conduite. La voix de Pierre Lapointe est sans accroc. Il adore montrer aux habitants de Trois-Rivières ses divers pas de danse. Il utilise tout l’espace disponible et il s’amuse. Il enchaine avec Nus Devant Moi. La grande majorité des pièces de la soirée seront consacrées à l’album PUNKT.

Le claviériste et pianiste Denis Faucher prend place pour un magnifique duo de la pièce Barbara. Les jeux de lumière et la mimique de Lapointe font en sorte que la pièce est sombre et agressive. Pierre Lapointe est droit, sans aucun mouvement, devant son pianiste. L’interprétation est juste et magnifique. La lumière blanche jaillit à répétition pour aveugler le spectateur. Un grand moment de cette soirée chargé d’émotion.

Pierre Lapointe en profite ensuite pour à son tour interpréter une pièce au piano. Cette fois-ci, il veut jouer solo. Il entame donc Nos Joies Répétitives et le public est des plus attentif. Il le qualifie même de « docile ». C’est ce qui est beau avec un artiste comme Pierre Lapointe. Il peut à la fois nous faire danser jusqu’à épuisement, mais aussi nous émouvoir comme jamais. Ce magnifique amalgame vient chambouler le spectateur pendant une heure et demie. C’est la preuve que Lapointe est un de nos grands chanteurs.

Photo : Marc-Antoine Berthiaume
Photo : Marc-Antoine Berthiaume

Ses quatre musiciens, soient Denis Faucher au piano, Amélie Mandeville à la basse, Francis Mineau (oui oui! Francis de Malajube!) ainsi que Félix Dyotte à la guitare viennent rejoindre le chanteur pour un « gang bang de tendresse ». En gros, c’est un moment acoustique sur le devant de la scène. Trois pièces seront jouées devant une foule des plus attentives. Très peu de blabla et de blagues en formule festival. On réserve ça pour les concerts en salle. En festival, on enchaine. Pour débuter la formule acoustique, Tel Un Seul Homme, tiré de son album éponyme. Ensuite, La sexualité et L’étrange Route Des Amoureux viennent clore le gang bang de tendresse. Les cris de loup des spectateurs durant La Sexualité font vibrer le parterre du Festivoix. Par contre, cette chanson sans Random Recipe, c’est beaucoup moins agréable.

Le concert se poursuit avec de nombreux hits tels que Qu’est-en-t-il de la chance?, Plus vite que ton corps et Ministères. Avant de quitter la scène, Pierre Lapointe annonce qu’il n’y aura pas de rappel. Par contre, il pourrait céder et en faire un s’il reçoit quelques morceaux de vêtement sur scène de la part d’admirateurs et admiratrices. Il enchaine tout de suite avec la magnifique pièce Au Bar Des Suicidés. La foule est en délire et ose même se lever pour danser et applaudir le chanteur. Le solo de guitare de fou de Félix Dyotte était sublime et Pierre Lapointe est des plus heureux. Ses musiciens et lui quittent la scène. Reviendront-ils?

Eh oui, un rappel aura lieu, car de nombreux morceaux de vêtement, dont nous tairons la nature, furent lancés sur scène. Nous quittons les lieux dès les premières notes de Deux Par Deux Rassemblés. Ce fut un magnifique concert par un grand artiste d’ici. Il a de la classe et du talent ce Pierre Lapointe. L’univers PUNKT, autant par ses pièces, ses artistes et ses lumières est un essentiel à voir en concert.

Vous n’étiez pas à Trois-Rivières le 2 juillet et voulez revoir ces artistes en concert?

Fanny Bloom sera de passage au Festif! de Baie Saint-Paul du 23 au 26 juillet 2015.

En ce qui concerne Pierre Lapointe, il sera en spectacle gratuit le 9 juillet prochain à Ste-Foy!

Notre couverture du Festivoix se poursuit ce soir alors que Jacques assistera aux prestations de Bernard Adamus et Zachary Richard.

Photos : Mario Groleau et Marc-Antoine Berthiaume / Festivoix

Festivoix de Trois-Rivières : Notre itinéraire

enroutefestivoixLe Festivoix de Trois-Rivières commence dans un peu plus de 24 heures. Comme nous y passerons quelques soirées, profitons-en pour vous dire qu’est-ce qu’on a mis à notre menu :

26 juin

Les Cowboys fringants : Les Cowboys et moi, on s’est comme un peu perdus de vue ces dernières années. Ça ne m’empêche pas d’avoir mauditement hâte aux retrouvailles. Nos amis de Repentigny ont le sens de la fête. En première partie, Les Frères Lemay et leur néo-trad ne devraient pas avoir de mal à dégêner la foule.

En fin de soirée, on hésite encore entre David MarinMononc’ Serge et Dead Obies. J’imagine qu’on va se fier à notre humeur du moment.

27 juin

Ariel Pocock et ses airs de jazz sont des incontournables, à notre bien humble avis. Ensuite, un petit crochet vers le spectacle du gagnant des Mardis de la relève 2015Yan Boissonnault et son folk agricole (de grange?). J’en ai entendu quelques extraits et franchement, y’a quelque chose de spécial chez ce jeune homme et ses airs sortis tout droit d’une autre époque.

HayBabies-150401-221er juillet

Quoi de mieux qu’un spectacle avec The Barr Brothers pour fêter la fête du Canada? On va peut-être aller finir la soirée avec Les Hay Babies, qui donnent un maudit bon show plein d’énergie.

2 juillet

Deux incontournables : Pierre Lapointe et ses chansons colorées, qu’il soit pétillant comme un gros PUNKT! ou qu’il soit triste à Paris. Sans oublier Fanny Bloom, le petit côté sucré d’une soirée divine pour les oreilles et le popotin.

Si on veille tard, il y a aussi Philippe B et ses chansons magnifiques pour terminer la soirée en beauté.

3 juillet

Le match parfait auquel on ne pense jamais assez souvent. Le blues-folk montréalais de Bernard Adamus et le folk universel de Zachary Richard. Une soirée qui va prendre aux tripes et qui pourrait aisément se poursuivre avec le folk punché de Dany Placard ou le bluegrass de Damn The Luck.

watson-150415-115 juillet

On va terminer le Festivoix en beauté avec Emilie & Ogden, qui vient tout juste de signer avec Secret City Records, l’étiquette de la vedette de la soirée. On a bien hâte de voir de nos yeux et d’entendre de près cette auteure-compositrice-interprète talentueuse et sa harpe qui font ensemble de la bien jolie musique. The Franklin Electric n’a pas besoin de présentation et devrait nous mettre en appétit pour Patrick Watson et son magnifique (oui, oui, magnifique) spectacle qui devrait combler tout le monde.

Le reste de la programmation, très variée, peut être consultée sur le site Web du Festivoix. Il reste encore des laissez-passer (49 $) et des billets journaliers. Le 1er juillet, les spectacles extérieurs seront gratuits!

Programmation pour tous les goûts au Festivoix de Trois-Rivières!

fest2015---affiche-(tabloid)Le Festivoix de Trois-Rivières vient d’annoncer sa programmation complète et franchement, il y en a pour tous les goûts! Des Cowboys fringants à Patrick Watson en passant par un spectacle-hommage à Michael Jackson, les jeunes comme les moins jeunes en auront plein à se mettre sous la dent.

On va juste mettre les noms qui nous intéressent le plus ici (j’insiste sur « le plus », parce qu’on pourrait passer beaucoup de temps sur la prog), mais on vous invite à aller voir la programmation complète au festivoix.com. Alors, voici ce qui nous donne envie de plonger dans l’été avec nos amis trifluviens :

26 juin

Dead Obies
Dead Obies

Le choix logique, c’est le spectacle des Frères Lemay suivi de nos amis Les cowboys fringants sur la grande scène Loto-Québec. Ça fait longtemps qu’on a pas vu la gang de joyeux drilles sur scène, des retrouvailles sont de mise. On va sûrement vous reparler des Cowboys fringants dans un petit dossier que je prépare pour le Festivoix.

En fin de soirée, nous serons certainement très déchirés : David Marin, qu’on voulait revoir, Mononc Serge, qu’on aime toujours revoir ou Dead Obies et son beat incroyable? Ça va être difficile.

27 juin

Deux jeunes sensations à ne pas manquer sur la même scène : Elliott Maginot et Bobby Bazini. Deux jeunes hommes qu’on va voir très longtemps dans notre paysage.

En fin de soirée, vous vous en voudrez si vous manquez Milk and Bone. Leur électropop minimaliste est tout simplement charmant. Aussi bien en profiter avant qu’elles n’explosent et qu’elles fassent le circuit des énormes festivals.

30 juin

Nous ne sommes pas friands des groupes-hommage à ecoutedonc.ca, mais on vous avoue que la possibilité de revoir Vilain Pingouin après toutes ces années, ça nous chatouille un peu, surtout que le lendemain, c’est férié! Est-ce qu’on vous a déjà dit que Jacques avait vu la première médiatique du premier spectacle de la bande à Rudy Caya au VIEUX Club Soda? Yep, il est vieux de même!

1er juillet

HayBabies-150401-19
Les Hay Babies

Ici, il faut remercier les organisateurs du Festivoix pour le choix le plus déchirant de leur programmation : Allons-nous voir Les Hay Babies et Vincent Vallières ou préférerons-nous assister au spectacle des Barr Brothers (qui ont lancé un nouveau maxi!!!) dans un cadre intimiste? Si vous choisissez la deuxième option, tout n’est pas perdu, Vivianne, Katrine et Julie donnent un autre spectacle en fin de soirée!

2 juillet

Fanny Bloom
Fanny Bloom

Double plateau de feu avec Fanny Bloom et Pierre Lapointe. Ça va chanter, danser, taper des mains, faire la fête, alouette! Cependant, on aurait aussi aimé aller voir Adam Cohen, qui se dégage de plus en plus de l’ombre de son père malgré des traits plus que ressemblants. Faut croire qu’il y a une part d’hérédité dans le talent. On va tous finir la soirée en douceur avec les chansons imagées de Philippe B.

3 juillet

Damn The Luck
Damn The Luck

Bernard Adamus et Zachary Richard? Sérieux? Mais quelle belle idée! Pourquoi ne pas y avoir pensé plus tôt? Bon, ça brasse toujours un peu pendant un show d’Adamus, mais les deux auteurs-compositeurs-interprètes sont loin d’être incompatibles! Joli coup.

On aurait aussi aimé jeter un coup d’oeil à Patrice Michaud.

Enfin, cette soirée risque de se terminer de façon très festive! D’un côté, Dany Placard en duo, de l’autre, les énergiques Damn The Luck qu’on a déjà vu cet hiver!

4 juillet

On vous avoue qu’on monterait surtout pour la fin de la soirée avec des shows de feu des Frères Goyette, de Ponctuation (les frères Chiasson) et de Pierre Kwenders. Va falloir faire des choix difficiles!

5 juillet

watson-150415-16
Patrick Watson

En fin d’après-midi, on va sûrement aller dire un petit bonjour à Boogat et ses rythmes chauds avant de se garrocher sur la scène principale où on pourra voir Emily & OgdenThe Franklin Electric et Patrick Watson. Sérieux, on se demande comment on peut mieux clore un long festival comme le Festivoix. On a vu Watson en rodage il y a quelques semaines et on est encore sous le choc. C’est à encercler plusieurs fois sur votre calendrier.

Maintenant, parlons argent : le passeport régulier, qui donne accès à pas mal tout ce que j’ai nommé, n’est que 39 $ en prévente. Oui, c’est ce que j’ai dit, 39 $. Des billets journaliers sont aussi disponibles pour ceux qui ne voudraient faire qu’un aller-retour. Bien sûr, nous irons faire plus d’un tour.

Pour plus d’info, visitez le site Web du Festivoix.

Note : Nous vous présenterons dans les prochaines semaines une série de textes sur certains artistes présents au Festivoix, plus particulièrement sur notre rapport avec eux. Premier texte : les Cowboys fringants. Ça devrait être intéressant. À suivre!

(Photos : ecoutedonc.ca/archives)

 

En vrac… LE FESTIF!, le Centre Vidéotron et le Festivoix

Bon, l’effet Metallica est passé, on peut sortir de notre mutisme. Excellent coup des promoteurs et du groupe, ça va se vendre comme des disques de Jack White pendant la journée des disquaires. 😀

Cela dit, Québecor a annoncé aujourd’hui la programmation des activités qui auront lieu en septembre pour l’ouverture du Centre Vidéotron. En plus de Metallica les 14 et 16 septembre, on a annoncé une fête toute québécoise pour le 11 septembre. Les artistes ne sont pas encore dévoilés, mais vous pouvez vous attendre d’y voir beaucoup de monde qui gravite autour de l’empire du pouvoir infini du câble… Ajoutons à cela Rock et belles oreilles (19 septembre) et Madonna (21 septembre). Guy, Yves, Bruno et André vont avoir mon argent, c’est certain.

Cette semaine, il y aura aussi le dévoilement de la programmation du Festif de Baie-Saint-Paul. C’est pendant un 5 à 7, alors on devrait pouvoir vous donner tous les détails une fois votre souper terminé. On attend plus de 40 artistes et groupes cet été et les organisateurs sont très fébriles. La sixième édition de ce festival qui a le vent dans les voiles aura lieu du 23 au 26 juillet prochains. On a hâte d’aller faire notre tour chez nos voisins charlevoisiens et d’en ressortir les yeux brillants comme tous ceux qui y sont allés les cinq dernières années!

Il y a aussi le Festivoix de Trois-Rivières, qui se déroulera du 26 juin au 5 juillet prochain. L’annonce complète aura lieu le 28 avril prochain, mais la semaine dernière, on a annoncé les artistes qui se produiront sur la scène Voix-Multiples Bell Fibe. On y verra entre autres Valérie Carpentier, Daniel Lavoie, The Barr Brothers, Adam Cohen, Patrice Michaud et Brigitte Boisjoli. Ils s’ajoutent aux autres artistes déjà annoncés, dont Les Cowboys Fringants, Fanny Bloom, Bobby Bazini et Pierre Lapointe. Ça augure bien pour la suite! Mardi prochain!

[FESTIVALS] Les rumeurs du FEQ 2015

La saison des festivals ne commence pas avant juin au Québec. Par contre, le mois de mars est synonyme de deux choses : programmation et rumeurs. Malheureusement, nous ne sommes pas dans le secret des dieux. Nous ne savons pas la programmation du Festival d’été de Québec. Nous ne connaissons AUCUN des groupes qui y joueront. Par contre, étant des passionnées de musique et de festivals, nous aimons la saison des rumeurs. Voici quelques rumeurs d’artistes qui pourraient ou non se produire sur les diverses scènes du FEQ cet été.

Attention! Tous les artistes présentés ici ne sont que des rumeurs (et non pas des souhaits ni des confirmations). Ces rumeurs proviennent de divers articles de journaux et aussi de dates de tournée concordantes. Parfois, dans diverses tournées, il est donc logique de croire qu’un artiste ferra un détour dans la Capitale-Nationale. Cette liste sera mise à jour au fur et à mesure que d’autres noms s’ajouteront à la liste.

[Mise à jour 31 mars] : JACK U et les Rolling Stones

Nous avions oublié de vous l’annoncer, mais JACK U ouvrira le Festival d’été avec l’ÉlectroFEQ (dans le cadre de la FULL FLEX EXPRESS TOUR). Skrillex et Diplo vous feront donc danser, mais plein d’artistes et de DJ les précèderont toute la soirée (en fait, ça devrait commencer en après-midi).

Puis ce matin, nous avons pu confirmer le secret le moins bien gardé en ville : Les Rolling Stones seront à Québec le 15 juillet. Il s’agira de leur seul spectacle en sol canadien. Belle prise pour le festival, mais on a pu voir quelques curieux avoir quelques préoccupations en ce qui a trait à l’équilibre de la programmation. En point de presse, on nous a indiqué que le budget de programmation avait été ajusté en conséquence, alors pas d’inquiétude. (JB)

[M-À-J 23 mars] : Les artistes du Bluesfest!

10941862_877727248936110_6170740995392737933_nLa plupart des artistes de cette affiche devraient se retrouver au festival. Notons quelques soirée plutôt évidente, dont celle rap avec Iggy Azalea et NAS ainsi que l’électro FEQ avec JACK U (Skrillex et Diplo) ainsi que CHVRCHES. Dans les coups de coeurs de l’équipe, notons : THE TRAGICALLY HIP, EDWARD SHARPE & THE MAGNETIC ZEROS, CHARLES BRADLEY & HIS EXTRAORDINAIRES et FUTURE ISLANDS. Tous les artistes sont disponibles ici.

[M-À-J 16 mars] : IAM 

La formation de rap française revient au Québec pour un spectacle le 17 juillet 2015 à l’Olympia de Montréal. Un arrêt au pigeonnier la veille ou le lendemain est envisageable.

[M-À-J 15 mars] : Rolling Stones 

La tournée 15 on fire s’arrêterait sur les plaines le 15 juillet! C’est ce qu’indique de sérieuses sources sur la twittosphère. Les dates de tournées seront annoncés le 19 mars… reste à voir si le FEQ y figurera. Le concert serait en deux temps, soient l’album Sticky Finger en entier et d’autres hits par la suite. Ce serait un coup de maître d’avoir cette grosse tête d’affiche dans la Capitale-Nationale. À suivre…

Foo Fighters

Le légendaire groupe Foo Fighters est probablement un des invités les plus attendus de la ville de Québec. Ayant boudé Montréal lors de leur présente tournée, plusieurs sources fiables du milieu laissent sous-entendre que Dave Grohl et sa bande seraient sur les plaines en exclusivité québécoise ! En plus, les dates de tournées concordent, car le groupe sera à Toronto le 9 juillet. En prime, le groupe se déplace avec nul autre que Royal Blood!

Interpol

Première visite possible à Québec en carrière pour le groupe new-yorkais. En effet, les membres du groupe sont en concert le 15 juillet à Toronto et ils n’ont rien de prévu avant le 20 juillet…à Portland ! Portland étant tout près de la Capitale-Nationale, une visite d’Interpol au Pigeonnier ne serait pas surprenante. Dans le cas contraire, vous pourrez les admirer au Métropolis de Montréal le 30 juillet et le lendemain au festival Osheaga.

Run The Jewels

C’est le 15 juillet que le duo rap de l’heure se produira sur les planches du RBC Bluesfest d’Ottawa. Habitué de partager certains invités, il est fort à parier qu’ils seront de passage è Québec cet été ! Encore une fois, si cette rumeur se voit infondée, le duo sera au Club Soda le 30 juillet et le lendemain à Osheaga.

Keith Urban & John Butler Trio

Les deux groupes country se produiront au RBC Bluesfest cet été. Par contre, chaque année le country est présent dans ce festival… et les artistes ne se pointent jamais à Québec. Est-ce que cette année sera différente ? Peut-être, car le FEQ a demandé à ses fans s’ils voulaient de ce genre de musique sur les plaines et la réponse a été très positive. Avec la vague new country de WKND radio, il est fort à parier qu’il y aura une présence country à Québec cet été. Qui sera présent entre Keith Urban ou Shania Twain (comme le laissent sous-entendre certains journaux) ? Seul l’avenir nous le dira…

Vance Joy

Présentement en tournée avec Taylor Swift, l’artiste australien ferait un arrêt à Québec… mais sans la chanteuse populaire. Il viendrait en solo selon le journal Le Soleil. Par contre, les dates de tournée ne concordent pas beaucoup avec le FEQ. Il serait donc possible que le chanteur soit présent le 9, 12, 15, 16 et 17 juillet.

Rock et Belles Oreilles

En entrevue, Guy A Lepage a confirmé qu’il était en négociation pour présenter le spectacle Rock et Belles Oreilles : The Tounes à Québec. À Montréal, ce spectacle retrouvaille sera au Centre Bell les 10 et 11 juillet 2015. Il serait donc logique, une fois la machine en marche, de traverser la 20 (ou la 40) pour venir renouer avec leurs admirateurs de la Capitale-Nationale. Quoi de mieux pour se mettre dans l’ambiance que ce magnifique vidéo de leur spectacle de 2014.

Billy Talent / Rise Against

Il ne serait pas étonnant de voir un de ces deux groupes (ou même les deux) au festival. Ils sont en plateau double dans un festival de London en Ontario. Les fans du festival réclament du rock et du métal depuis quelques années, ce serait une bonne manière de se rapprocher de la clientèle du Rockfest. Dans le cas contraire, Billy Talent sera du Heavy Montréal du 7 au 9 août 2015 au parc Jean-Drapeau.

Des Québécois ?

Comme chaque année, le festival aime donner une place importante aux artistes d’ici. Qui pouvons-nous nous attendre à voir ? Difficile de prévoir… par contre, il ne serait pas surprenant de voir des artistes ayant lancé des albums en 2015. Prévoyons donc Galaxie, Jean Leloup, Milk & Bone, Fanny Bloom, Pierre Lapointe et plusieurs autres.

Festival d’été de Québec 2014 – Aperçu du 3 juillet

C’est la première journée d’un long rallye qui commence! Êtes-vous prêts? Avez-vous terminé vos itinéraires ou vous laisserez-vous tenter par nos suggestions? Cette année, la pire solution, c’est toujours de rester à la maison!

Bon festival à tous, on se reparle en fin de soirée!

Itinéraire d’ecoutedonc.ca

Sans plus tarder, voici mon itinéraire de la journée :

antoine corriveau18 h 00 – Antoine Corriveau – Le Cercle

Pour commencer cette présentation du Festival d’été de Québec, un morceau de choix : Antoine Corriveau, le gars qui a lancé le meilleur album québécois jusqu’à maintenant cette année. Son album Les ombres longues, paru chez Coyote Records en mars dernier, est un mélange superbe de folk et de rock atmosphérique. Les paroles sont magnifiques, la musique fait voyager. Les failles sont rares, voire quasi inexistantes. Un album rempli d’émotions, les siennes et les vôtres.

La prestation live promet.

Si vous voulez commencer votre festival par une découverte, vous devez être au Cercle jeudi. Vous tomberez sous le charme vous aussi.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=4HyVOmpukLQ&w=480]

 

Royal Canoe19 h 15 – Royal Canoe – Scène Loto-Québec (Parc de la francophonie)

J’ai eu la chance de voir le groupe manitobain à Bonnaroo il y a à peine trois semaines et j’ai été agréablement surpris. Leur pop lumineuse, pleine de claviers et de guitares, ainsi que leurs refrains accrocheurs, devrait plaire à de nombreux fans d’indie pop. Comme début de soirée indie au Pigeonnier, on ne pouvait pas demander mieux. Perso, j’ai hâte de les voir autrement que dans une tente qui peut à peine contenir 200 personnes. L’énergie dégagée par le groupe n’en sera que décuplée.

[youtube http://youtu.be/wo_kKUyeZ4s&w=480]

 

Groenland20 h 15 – Groenland – Scène Loto-Québec

Groenland, c’est le groupe qui a lancé le meilleur album québécois de 2013. Si vous suivez ce blogue depuis un bout, vous savez que j’aime beaucoup ce groupe pop plein de soleil, et la voix forte et chaude de Sabrina Halde vient ajouter quelques couches de soul à une musique joyeuse, à l’instrumentation riche et complexe, qui vitamine nos esprits.

Les rendez-vous du groupe à Québec sont fort courus – les deux derniers spectacles au Cercle se sont déroulés à guichets fermés, vous êtes mieux d’arriver tôt.

En passant, la joueuse de banjo à droite de Sabrina dans le clip ci-dessous ne fait pas partie du groupe. On voudrait pas créer de fausses attentes…

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=Xt43qdba3ks&w=480]

 

Local-Natives-General-3-Bryan-Sheffiedl-hi-res121 h 30 – Local Natives – Scène Loto-Québec

La première chanson de leur plus récent album Hummingbird, l’envoûtante You and I, annonce clairement les couleurs de ce groupe californien : après la lumière de Royal Canoe et de Groenland, on tombe dans la douce mélancolie. Douce, car même si on retrouve une belle intensité dans les chansons des Local Natives, elle ne vient jamais nous arracher le coeur. Et puis, le groupe a ses moments lumineux aussi.

Percussions et harmonies seront au rendez-vous. Ça devrait être magique dans le cadre enchanteur du Pigeonnier.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=3_P9RBpiom8&w=480]

 

July Talk23 h 30 – July Talk – Le Cercle

Quoi de mieux pour finir la soirée que ce groupe rock qui confirme la règle selon laquelle les contraires s’attirent? Elle a une voix fine et subtile, lui a plutôt une voix rauque et grave. Leur musique passe joyeusement de l’indie pop au gros blues rock. C’est un groupe que je ne connais pas, mais j’ai l’impression qu’on va bien s’entendre une fois que les douze coups de minuit auront sonné.

Se faufiler ne sera pas facile!

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=iU5qp-cAtOU&w=480]

 

Si je pouvais me cloner…

Je l’ai souvent dit, mais cette année, le Festival est une succession de choix difficiles et de conflits d’horaires. D’autres artistes m’auraient également intéressé ce soir, mais malheureusement, je n’ai pas encore trouvé le moyen de me séparer en deux.

Salomé Leclerc – Scène Bell, 19 h 30

Ah, la belle Salomé. Son premier album était de toute beauté, son deuxième, qui sera lancé en septembre, promet d’être plus rock. Ceux qui seront sur les Plaines auront sûrement la chance d’en entendre quelques-unes, en plus d’avoir droit à de nouvelles versions de plus vieilles chansons.

Félix, je me souviens – Scène Bell, 21 h 00

J’ai eu peur quand ce spectacle a été annoncé. Peur qu’il soit un brin ma tante, peur qu’il fasse plus de tort à l’oeuvre du grand poète qu’autre chose. Puis, on a annoncé les participants : Diane Dufresne, Catherine Major, Radio Radio (!), Marie-Josée Lord, Joseph Rouleau, Misteur Valaire (!!), Groovy Aardvark (« C’était un p’tit bonheur que j’avais ramassé! »), Michel Rivard, Yann Perreau, Karim Ouellet (!!!), Louis-Jean Cormier, Yves Duteil et Grand corps malade (!!!!).

Bon, je me serais probablement passé de Duteil (qui n’est quand même pas un deux de pique, loin de là), mais il y a beaucoup de potentiel sur scène. Oui, Radio Radio ou Misteur Valaire qui reprend Félix, ça peut être excellent comme ça peut être catastrophique, mais hey, on sort des sentiers battus, et ça, ça vaut la peine d’être vu.

Ce que j’ai vu à la répétition hier avec Yan Perreau et les gars de Misteur Valaire est TRÈS prometteur. Misteur Valaire fait swinger les mots du poète comme ils n’ont jamais swingé. Bravo pour l’audace! Là-haut, Félix doit être touché.

Safia Nolin, Philémon Cimon et Pierre Lapointe – Impérial, à partir de 20 h 00

Le folk de Safia Nolin est rempli d’émotion et lorsqu’on se donne la peine de l’écouter, ces émotions se transmettent facilement à nous. Quant à Philémon Cimon, ne vous fiez pas à sa petite voix légère, ses chansons sont des poids lourds en termes de poésie et plusieurs pièces de son plus récent album (L’été).

De son côté, Pierre Lapointe vient présenter son spectcle Punkt!, un spectacle haut en couleur où Lapointe lâche son fou. J’ai vu le spectacle et c’était excellent. N’arrivez pas trop tard, les fans de Lapointe sont nombreux à Québec!

Mononc’ Serge – Petit impérial, 23 h 30

Ben oui, Mononc’ fait trois spectacles au Petit impérial pendant le festival. Mais ces trois spectacles promettent d’être très différents. Pour ce premier soir, il a invité Pépé (qui viendra sûrement avec sa guitare). Serge Robert se cachera-t-il de la bonne bière? Vous le saurez en allant voir son spectacle!

 

Pendant ce temps, au OFF…

Vous vous sentez plus aventureux? Vous apprécierez l’humour de Sèxe illégal et la musique d’Anatole, le nouveau projet d’Alexandre Martel (Mauves) et Simon Paradis. À la salle d’essai du complexe Méduse, à partir de 21 h 30. (Infos)

 

Quels que soient vos choix, bonne soirée et profitez bien des spectacles offerts! On se reparle en fin de soirée.

Ces suggestions ne représentent qu’une partie de la programmation offerte par le Festival d’été de Québec. Pour en savoir plus (par exemple, savoir ce qui est présenté à la scène Hydro-Québec de Place d’Youville, consultez le site du Festival d’été.