[OSHEAGA] Itinéraire du 31 juillet (jour 1)

Déjà le temps de dire bonjour à un des plus grands festivals de musique alternative au Canada. C’est aujourd’hui que débute la dixième édition du festival Osheaga. Pour l’occasion, l’équipe d’ecoutedonc.ca sera sur place pour une couverture réseaux sociaux en temps réel (tant que le réseau ne lâche pas). Dès demain, un compte-rendus sera aussi disponible sur le blogue. Avez-vous autant hâte que nous? Car nous sommes prêt!

Nous débuterons cette belle aventure avec le groupe anglais Catfish and the Bottlemen à 13h00 sur la scène de la Rivière. Faisant dans le rock alternatif comme plusieurs britanniques l’on fait auparavant, le style du groupe n’est peut-être pas unique, mais le son est très intéressant. Commencer la première journée en force est toujours une bonne façon d’avoir une belle continuité de festival. Toutefois, nous conseillons tout de même de voir le groupe PONI, gagnant du prix Osheaga des Francouvertes. Le groupe se mérite donc une prestation rémunérée au festival, soit aujourd’hui dès 13h35 sur la scène des arbres. Peut-être allons-nous y jeter un coup d’oeil rapide.

The Franklin Electric - Crédit Photo : Jacques Boivin
The Franklin Electric – Crédit Photo : llamaryon

Dès 14h05, nous voudrions aller encourager les québécois du groupe The Franklin Electric qui seront sur la scène Verte. La musique locale est loin d’être omniprésente sur la programmation du festival, il est donc important d’aller en voir quelques uns durant le week-end. Faisant dans l’indie-pop, nous avons vu à quelques reprises ces musiciens, et chaque fois, leur performance est excellente. Le groupe a maintenant une bonne base de fans, l’ambiance devrait être très intéressante sur la scène Verte. Par contre, il nous est impossible de manquer la présence de Iron & Wine et Ben Bridwell sur la scène principale à 14h30. Le chanteur du groupe folk-rock Band of Horses s’allie aux puissants musiciens d’Iron & Wine pour un spectacle unique. Quelques dates seulement sont à l’agenda pour ce concert réunissant quelques pièces d’Iron & Wine, de Band of Horses et quelques reprises des plus grands classiques de la musique folk. Ce concert, il ne repassera pas dans les environs, c’est votre seule chance.

Nous changeons totalement de registre avec Run the Jewels sur la scène Verte dès 15h25. Le duo hip-hop de l’année en sera à son troisième passage au Québec en 2015. Leur deuxième album fut un énorme succès critique et leur concert au FEQ 2015 aussi. Faisant dans la musique engagée, le duo nous fournit du rap de qualité et non pas rempli de stéréotypes misogynes. Il est fort a parier que le groupe attirera une grosse foule sur la scène Verte.

Le folk du duo Angus & Julia Stone nous attire beaucoup, mais nous allons tenter notre chance avec le rock alternatif de Guster. À 16h10, sur la scène des arbres, les vétérans du rock alternatif viendront présenté les pièces de leur dernier opus Evermotion. Étant dans la musique depuis 1991, il sera fort intéressant de voir ce qu’ils ont dans le ventre en 2015.

Leur dernier concert au Festival d’été de Québec l’an dernier avait conquis la capitale nationale, c’est au tour de l’île Saint-Hélène d’être conquis. The Kills prendra d’assaut la scène Verte dès 16h55 pour près d’une heure de rock garage très puissant. Vous savez, bâtir un horaire pour un festival est une tâche qui mérite réflexion. Pourquoi ne pas aller voir la charmante Marina & the Diamonds au même moment, question de nous ensoleiller avec son monde fruité? Le choix de la scène nous aide. La scène Verte est à une dizaine de minutes de marche des scènes principales. L’ambiance est beaucoup plus festive et intime aussi. Mes meilleurs souvenirs d’Osheaga y sont. Mon choix de groupe est souvent influencé par le choix de la scène.

Milk & Bone - Photo : Marie-Laure Tremblay
Milk & Bone – Photo : Marie-Laure Tremblay

J’ai rarement vu une heure du souper aussi chargée à Osheaga. Trois excellent groupes joueront en même temps. Irons nous voir la folk de The Decemberists, la pop de Milk & Bone ou Twenty one Pilots? Mon coeur penche pour le duo féminin, mais je les verrai à la Grosse Lanterne la semaine suivante. J’irai donc jeter un coup d’oeil au très énergique Twenty One Pilots et au duo féminin quelques instants chacun selon mon humeur. Par contre, il est certain que ce sera écourté, car je ne manquerai pour rien au monde la performance de Stars + Invités sur la scène principale dès 18h25. La liste d’invités se retrouve juste ici. Rappelons-nous que le groupe montréalais interprétera le mythique album Set Yourself on Fire au grand complet dans ce concert unique pour Osheaga.

Le country-folk très rock’n’roll en concert du groupe The Avett Brothers va nous garder sur les scènes principales. Leurs visites étant plutôt rares au Québec, nous en profiterons pour voir comment ils sonnent en concert. De ce que j’ai entendu, l’expérience est beaucoup plus intense sur scène que sur disque.

Le plus difficile des conflits d’horaires de la journée : FKA Twigs ou Of Monsters and Men? Notre coeur penche tout de même pour les Islandais. Malgré que leur dernier album est moyen, leur folk rassembleur m,a toujours charmé en concert et le public montréalais les adore. Je comprendrai totalement pourquoi votre coeur bat pour FKA, car le mien y est encore. Je crois, par contre, que mes chances sont bonnes de revoir la chanteuse en concert prochainement.

Pis Viet Cong? Eh bien… ils seront de retour dans la capitale nationale le 14 septembre au Cercle. On va se reprendre c’est certain! Nous allons conclure ce premier jour avec la si talentueuse Florence + The Machine. Son dernier passage à Osheaga en 2012 m’a totalement jeté par terre. Cette voix si puissante, cet amour de la scène, cette musique si puissante, la britannique a tout pour réussir le parfait concert. Est-ce une tête d’affiche faible… je le croyais au départ. Mais après avoir vu tout ce qu’elle a accompli cette année, je n’en suis plus si certain.

[ALBUM] The Decemberists – « What a Terrible World, What a Beautiful World »

The Decemberists What a Terrible World, What a Beautiful World (Capitol)
The Decemberists
What a Terrible World, What a Beautiful World
(Capitol)

Quand j’ai entendu les réactions mitigées lors du dévoilement des premiers extraits du septième album du groupe de Portland, j’ai préféré attendre l’album au complet, question de me faire une idée sur l’ensemble de la proposition plutôt que sur la somme de ses éléments.

C’est ainsi que dès que j’ai pu mettre la main sur l’album, j’ai tamisé l’éclairage, je me suis pris un petit cidre et j’ai mis les haut-parleurs dans le piton. Colin Meloy se présente seul, guitare en bandoulière. Sans perdre de temps, il commence à gratter son instrument et il nous chante :

We know, we know
We belong to ya
We know you built your life around us
And would we change
We had to change some
You know
To belong to you

Désolé les fans qui n’ont pas aimé The King is Dead, mais le virage folk de type « tête d’affiche de festivals » amorcé il y a quelques années se poursuit ici. N’empêche, The Singer Addresses His Audience, la pièce d’ouverture, est un avertissement très clair : Oui, les Decemberists ont vieilli et changé, mais ils savent toujours donner un show, comme ce crescendo qui saura sûrement donner des frissons en spectacle.

Alors, ce changement? Eh ben, il en résulte un album encore plus accessible que The King is Dead, qui devrait permettre au groupe de faire le plein de nouveaux fans, mais à quel prix?

Le groupe retrouve bien ses vieilles habitudes sur quelques morceaux, et on retrouve des cuivres, des cordes et, bien entendu, de l’accordéon. Seulement, on a l’impression que ces chansons ont été composées et enregistrées sur le pilote automatique. C’est bon, mais maudit que ça ne surprend personne et les fans de la première heure vont probablement commencer à s’ennuyer de Hazards of Love.

Dans ses chansons, Meloy ne raconte plus nécessairement d’histoires fictives. Les chansons deviennent alors plus personnelles, et malgré tout le talent lyrique de Colin Meloy, elles perdent un peu de cette aura spectaculaire qui entourait le riche vocabulaire du chanteur. Il reste le duo Lake Song – Till the Water is All Long Gone, où le groupe est tout simplement à son meilleur (et où les mots de Meloy brillent). Et que dire de 12-17-12, qui traite du discours du président Obama au lendemain de la tuerie de Newton? Un bijou.

What a Terrible World, What a Beautiful World est un album imparfait d’un groupe qui veut avancer, mais qui a trop peur de déplaire et fait plutôt du surplace sur le pilote automatique. C’est dommage, car si certains moments passent lentement dans une certaine indifférence, d’autres sont tout simplement brillants.

Albums à surveiller cet hiver

(Photo : Laura Marling, photo de presse)

Joyeux 2015, chers amis!

On va se souhaiter une autre année bien remplie. En tout cas, si on regarde les calendriers de lancement de nos artistes et groupes préférés, si on ajoute les calendriers de tournée de tout ce beau monde-là et si on va voir quelques spectacles et festivals, nous n’aurons pas le temps de nous ennuyer. D’ailleurs, ça commence dès cette semaine avec Dan Mangan.

Pour commencer l’année du bon pied, ecoutedonc.ca vous invite à surveiller les albums de la liste ci-dessous, qui seront tous libérés cet hiver. Pendant que nous y sommes, dites donc, quels albums attendez-vous avec impatience? Faites-nous en part dans les commentaires.

***

13 janvier

Dan Mangan + Blacksmith
Club Meds (Arts & Crafts)

Un album qui surprend à la première écoute (surtout si on n’a pas écouté les extraits lancés à la fin de l’année dernière) tellement il est différent des propositions précédentes de l’auteur-compositeur-interprète de la Colombie-Britannique. Un album plus rock que folk, plus atmosphérique que dans les dents, qui devrait plaire aux amateurs d’indie pop canadienne.

[youtube http://youtu.be/3dAWPsrraBk&w=360]

***

20 janvier

Belle & Sebastian
Girls in Peacetime Want to Dance (Matador)

Oh, un nouvel album de mon groupe écossais préféré! Stuart Murdoch et sa bande ne nous avaient pas offert de matériel original depuis Write About Love en 2010. Certains s’attendaient à un gros changement de son de la part du collectif, mais il semble que l’album est plutôt signé sous le signe de la continuité. On a beaucoup hâte ici.

[youtube http://youtu.be/3vS1Hf3CVGs&w=360]

***

The Decemberists
What a Terrible World, What a Beautiful World (Capitol)

The King is Dead a connu un grand succès commercial, mais les critiques avaient été durs à l’endroit du groupe. Sur ce nouvel album, le groupe américain garde le cap, mais il a aussi pensé aux fans de la première heure.

[youtube http://youtu.be/98XFrVREkm8&w=360]

***

27 janvier

Tire le coyote
Panorama (La tribu)

Le premier extrait, Ma révolution tranquille, est un blues à la sauce coyote du marchand d’émotions Tire le coyote. L’auteur-compositeur-interprète figure sur de nombreuses listes d’artistes à surveiller cette année au Québec. Ceux qui ont déjà entendu ses magnifiques chansons remplies d’humour et d’amour ne sont pas surpris. On a bien hâte d’entendre.

[youtube http://youtu.be/n8_W02dYkUo&w=360]

***

The Lone Bellow
Then Came the Morning (Descendant)

Le trio de Brooklyn a fait tourner quelques têtes avec son excellent premier album. Celui-ci promet la même intensité de la part de Zach Williams et de ses acolytes, mais dans une enveloppe un peu plus middle of the road. Les premiers extraits étaient solides, on a hâte d’entendre la suite.

[youtube http://youtu.be/rq4maPzyeCM&w=360]

***

3 février

Jean Leloup
À Paradis City (Grosse boîte)

Mais que nous manigance Leloup? Willie, le premier extrait de ce nouvel album, ne donne pas beaucoup d’indices. C’est le genre de chanson qu’on commence en se disant bof et qu’on termine dans l’enthousiasme. Si la suite est comme ça, on a du bon stock pour le prochain voyage.

[youtube http://youtu.be/DBWRQAIRQQo&w=360]

***

10 février

 Father John Misty
I Love You, Honeybear (Sub Pop)

Que ce soit avec Fleet Foxes ou en solo, alors qu’il pratique un genre qui s’y adonne bien, il est étonnant de constater que Father John Misty n’a jamais écrit à proprement parler de chanson d’amour. Avec le grand cynisme qu’on lui connaît, se dit-on… Eh ben voilà, un album d’amour au grand complet! Concept. Autour d’une histoire inventée.

[youtube http://youtu.be/A6NuYJ0RzRg&w=360]

***

17 février

Marie-Pierre Arthur
Si l’aurore (Simone Records)

Oh qu’on a hâte de l’entendre, celui-là. Si Aux alentours ne nous a pas trahis, cette jeune femme devrait proposer une bombe comme troisième album. Ce qu’on en a entendu jusqu’à maintenant est prometteur. François Lafontaine est aux commandes derrière la console. Va y avoir du clavier. Le premier simple semble avoir été fortement influencé par Fleetwood Mac. En sera-t-il ainsi pour la suite?

***

24 février

Galaxie
Zulu

Olivier Langevin a vendu son âme pour le rock. Zulu, nouvel album de son band Galaxie, devrait déchausser. En tout cas, ça promet.

***

3 mars

Julie Blanche
Julie Blanche (Coyote Records)

De grandes attentes pour cette jeune auteure-compositrice-interprète finaliste aux Francouvertes et qu’on a vue auprès d’Antoine Corriveau, qui a d’ailleurs participé activement à l’album. Si vous aimez l’univers de ce dernier, vous devriez être là l’aise dans l’univers de Julie Blanche.

***

10 mars

 Ariane Moffatt
22 h 22 (Simone Records)

On sait peu de choses sur 22 h 22, à part le fait qu’il y aura un choeur magique et que certaines pièces auront beaucoup de groove. Mais bon, c’est Ariane. Souhaitons juste qu’elle chante en français.

***

17 mars

Milk & Bone
(Bonsound)

La paire a beaucoup fait parler d’elle avec uniquement deux extraits. Faut dire que ces deux chansons d’électropop minimaliste avaient de quoi faire jaser. Vous devriez souvent voir les noms de Laurence Lafond-Beaulne et Camille Poliquin cette année.

[youtube http://youtu.be/BPb3j7Dkn5o&w=360]

***

24 mars

Laura Marling
Short Movie (Ribbon Music)

« It’s a short fuckin’ movie, man! » La jeune auteure-compositrice-interprète britannique lancera son cinquième album juste à temps pour les premiers jours du printemps. Ses quatre premiers disques étaient excellents. On ne peut que souhaiter une suite à cette série de succès.

[youtube http://youtu.be/DdCdT_dcmUI&w=360]

***

Louis-Jean Cormier
à déterminer

Le successeur du 13e étage devrait être lancé à la fin du mois de mars. On a eu la chance d’en entendre quelques extraits choisis lors de la série de concerts à l’OSQ et les fans devraient être servis, une fois de plus.

***

Bien sûr, il ne s’agit que d’un avant-goût, des centaines d’albums seront lancés d’ici le 31 mars. C’est pour ça que nous aimerions que vous nous disiez quels albums VOUS attendez cet hiver. Allez-y, les commentaires sont juste en-dessous!