[ALBUM] Belle and Sebastian – « Girls in Peacetime Want to Dance »

Belle and Sebastian
Girls in Peacetime Want to Dance
(Matador)
Belle and Sebastian Girls in Peacetime Want to Dance (Matador)
Belle and Sebastian
Girls in Peacetime Want to Dance
(Matador)

Ça fait presque 20 ans que la jolie pop de Belle and Sebastian adoucit nos oreilles. Le groupe de Glasgow a tellement de matériel qu’il est parti en tournée avec un spectacle de B-Sides il y a quelques années! Il y a donc longtemps qu’on sait de quoi sont capables Stuart Murdoch et sa bande.

Après un Write About Love apprécié de plusieurs (j’en suis), mais qui en a laissé certains sur leur appétit, Girls in Peacetime Want to Dance, le neuvième album de Belle and Sebastian, débarque dans nos lecteurs et je dois être franc : si mes premières écoutes ont été décevantes, aujourd’hui, j’ai de plus en plus de mal à décrocher. Faut dire qu’on trouve ici les chansons les plus pop et accrocheuses depuis Mike Piazza, New York Catcher, rien de moins.

Ceux qui ont entendu les premiers extraits et lu les premières critiques, n’ayez crainte, Belle and Sebastian n’est pas devenu un groupe d’électropop, bien au contraire, même si les quelques incursions du groupe sur le plancher de danse sont fort réussies. Les deux premières chansons (la belle Nobody’s Empire et l’entraînante Allie) sauront réconforter les vieux fans. Cependant, avouons-le, la première fois qu’on entend The Party Line, on bondit de sa chaise, on lance son veston et on saute à pieds joints dans cette mélodie irrésistible et ces rythmes plus qu’accrocheurs. De son côté, Enter Sylvia Plath semble sortie tout droit d’un album des Pet Shop Boys. Avec la voix un peu éthérée de Murdoch, ça fonctionne à merveille.

À ma première écoute, j’avais l’impression que le groupe se cherchait, qu’il était tiraillé. Puis au fil des écoutes et de ma réflexion, je me suis rendu compte de quelque chose : c’est justement la force de Belle and Sebastian. Tous ces trucs qui s’opposent, mais qui pourtant se marient si bien ensemble. Ces Electronic Renaissance qui cotoyaient les I Don’t Love Anyone sur Tigermilk, eh ben, ça ressemble à Enter Sylvia Plath qui précède la plutôt klezmer The Everlasting Muse. Sur cet album, Sarah Martin donne la réplique à Murdoch comme elle ne l’a jamais fait auparavant, trouvant même une chaleur et une sensibilité qu’on ne lui connaissait pas sur Play for Today.

Girls in Peacetime Want to Dance est un de ces albums qui ne s’apprivoise pas très facilement. On peut être déçu sur le coup, frustré de ne pas tout piger. Mais avec un peu de patience, on finit même par apprécier les moments qui nous semblaient monotones à la première écoute.

Ce n’est pas le meilleur album du groupe, loin s’en faut, mais ne vous inquiétez pas, nos amis sont loin d’être en panne.

Par Jacques Boivin

Propriétaire, rédacteur en chef, rédacteur, correcteur et photographe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.