Catégories
Festivals

[FESTIVAL] Festival de la chanson de Tadoussac 2015 – Jour 3

Tournee

Quelle surprise samedi matin à mon déjeuner de me faire offrir un macaron pour pouvoir assister à un spectacle mystérieux à 10h. Cette année, en effet, à l’achat dudit macaron, qui permettait d’encourager le Festival, on recevait différents avantages dont celui du spectacle-surprise. Comme je vous l’ai déjà dit hier, l’artiste invité n’était nul autre que Paul Piché. Je commencerai donc mon compte-rendu de la journée, qui m’a amenée de surprise en surprise, en parlant de cette heureuse rencontre avec un géant de la chanson québécoise.

 

Paul Piché – Tadoussac Protestant Chapel

Avec ses textes réfléchis, son style rappelant vaguement Harmonium pour la voix et la chanson française pour la musique, Paul Piché a visiblement évoqué aux spectateurs, la plupart adultes depuis longtemps, une époque plus ou moins lointaine. À quelques reprises, ils ont chanté avec l’artiste ou participé avec enthousiasme lorsque Piché l’a demandé. Seul à la guitare, il nous a offert une prestation d’une trentaine de minutes. Bien que j’avoue ne connaître que très peu Paul Piché, quelques-unes de ses chansons m’ont arraché des frissons. Il me semblait retrouver une parcelle d’espoir qui s’est étouffée dans la musique actuelle, qui a laissé place à beaucoup plus de cynisme qu’avant.

Paulpich
Crédit Photo: Laura Boisset

Fait intéressant, le lieu était très bien choisi pour la nature du spectacle : la chapelle, rarement utilisée pour ce genre d’évènements, est un espace exigu qui incite aux performances plus intimes, chaleureuses. Ça sentait aussi bon le bois, et l’encens, et le bâtiment imposait une sorte d’état de recueillement et d’écoute aux spectateurs. Situation cocasse, Paul Piché a pu faire remarquer qu’il se situait, sur scène, entre deux drapeaux accrochés dans la salle : le premier du Québec, le second du Canada. Cette remarque, placée avec un brin de nostalgie, donnait le ton à la pièce qu’il joua juste après : Cochez oui, cochez non. Il a ensuite terminé sa prestation sur une nouvelle chanson, qui sera sur son prochain album.

 

Boby Lapointe repiqué – Scène Hydro-Québec

Sarah Olivier, Elisabeth Keledjian, Dimoné, Imbert Imbert et Nicolas Jules, tous des artistes français invités au festival, se sont réunis sur scène pour rendre hommage à un autre grand homme de la chanson (française cette fois) : Boby Lapointe.

Michel Pinault
Michel Pinault

Chanteur reconnu pour ses textes intellectuels, grivois, mais surtout bourrés de jeux de mots et de calembours, Boby Lapointe a ainsi pu revivre un moment devant mes yeux. En outre, on devait reconnaître à travers les reprises l’univers déjanté des cinq artistes présents, qui teintaient d’un peu de leur folie celle de Lapointe. Je n’ai assisté qu’à quelques chansons, mais c’était bien assez pour voir que les musiciens avaient relevé le pari qu’ils s’étaient donnés. Résultat : un univers éclaté, comique et nostalgique à la fois. Malheureusement, il était plutôt difficile de bien discerner les paroles, surtout pour une personne qui, comme moi, ne connaissait pas les chansons. Ainsi, une préparation antérieure m’aurait vraisemblablement fait apprécier davantage le spectacle. J’ai tout de même pu attraper au passage quelques succulents jeux de mots, comme je les aime.

 

Saratoga – Verrière (Hôtel Tadoussac)

Crédit photo: Valérie Nadeau
Crédit photo: Valérie Nadeau

Chantale Archambault et Michel-Olivier Gasse, dans un duo complice qu’on nomme Saratoga, ont lancé en primeur leur nouveau maxi. La Verrière, bien qu’un endroit coquet et qui aurait pu être approprié, était bondée de monde et donc assez étouffante. La plupart des spectateurs sont pourtant restés jusqu’à la fin pour apprécier les compositions du couple. En jouant à tour de rôle à la guitare et à la contrebasse, Saratoga ont aussi entremêlé leurs voix, tantôt laissant place à l’une, tantôt à l’autre. Ce qui ressort principalement de ce duo, c’est la grande complicité qui se dégage d’eux lorsqu’ils jouent. En effet, leurs chansons semblent être pour la plupart tirées d’expériences personnelles et partagées ; ce qui est tu dans leurs textes paraît donc dans leurs regards, ce qui ajoute à l’expérience musicale. Côté musique, justement, ce serait le genre d’album que j’écouterais le matin, lorsque le soleil réchauffe doucement la pièce à travers la fenêtre : toutes leurs pièces sont empreintes de douceur, d’une impression de calme et d’harmonie, et ce même si les textes ne parlent pas toujours de beaux moments.

 

Imbert Imbert et Nicolas Jules (en plateau double) – Le Gibard

imbert
Crédit Photo: Valérie Nadeau

Après avoir entendu beaucoup de bien de ces deux artistes, je me suis décidée à aller les voir au Gibard et j’ai été agréablement surprise. Tout d’abord, Imbert Imbert est monté sur scène (ou plutôt s’est placé dans un coin du Gibard prévu à cet effet; le bar était assez petit). Seul à la contrebasse et à la voix, il a livré une bonne performance. Sa musique, simple mais réfléchie, porte beaucoup à la réflexion. Tous ses textes sont teintés de tragique, et il exploite assez bien la variété de sons de sa contrebasse. Sympathique, il a aussi agrémenté d’un peu de comédie son passage sur scène, notamment en prétendant être l’homme de la situation pour mettre l’ambiance avec ses chansons glauques. J’ai donc bien apprécié, même si je crois que j’aurais apprécié davantage si j’avais été plus alerte pour écouter ses textes, vraisemblablement le noyau de son art.

Crédit Photo: Valérie Nadeau
Crédit Photo: Valérie Nadeau

Nicolas Jules, qui suivait, m’a quant à lui réveillée tout à fait. Pince-sans-rire, bien sans son personnage, il a enchaîné les blagues et les histoires sens dessus dessous. Ses chansons en tant que telles me font quelque peu penser à celles de Thomas Fersen, mais avec plus d’humour. Or, il me semble que le talent de Nicolas Jules transparaisse surtout dans sa présence sur scène : il a d’ailleurs parlé à la foule presque aussi longtemps qu’il a joué. Interagissant beaucoup avec le public, il en a fait rire plus d’un, moi inclus, en criant des «Tout le monde à poil», des «ah, arrêtez d’applaudir, vous couvrez mon solo» et en faisant toutes sortes de pitreries bien placées. En terminant, Imbert Imbert est remonté sur scène, accompagné d’Urbain des bois, un artiste d’ici apparemment très apprécié des deux autres. Ils ont joué en trio quelques pièces, notamment du répertoire d’Urbain (à découvrir) et de Boby Lapointe.

 

Une fois leur prestation terminée, je me suis dirigée vers l’Auberge pour le spectacle de Pascale Picard. J’ai croisé, en chemin, un petit groupe du lac Saint-Jean nommé Le Cerf-Volant Fou, qui jouait au Café Père Coquart. Assez jeunes, ces deux guitaristes ne faisaient pas partie de la programmation du festival, mais je me suis plu à les écouter pour quelques pièces, que ce soient des reprises ou des compositions. Ils me semblent assez prometteurs, surtout s’ils se décidaient à mettre de côté un anglais moins maîtrisé pour un français plus élaboré. Peut-être entendrez-vous parler d’eux éventuellement !

 

Pascale Picard – Site Belle Gueule

Crédit Photo: Michel Tremblay
Pascale Picard aux chemins d’écriture – Crédit Photo: Michel Tremblay

Habituée à jouer avec un groupe, c’est seule à la guitare que Pascale Picard a joué ses pièces devant un public très nombreux, et ce pour plus d’une heure ! Elle a d’ailleurs relevé ce défi avec brio, présentant ses chansons les plus connues, quelques chansons de son répertoire traduites en français et même quelques reprises, entre autres de chansons de NOFX. Le public était vraisemblablement heureux de sa performance, chantant en chœur avec elle et écoutant ses interventions entre ses pièces. Elle a évoqué l’époque où elle jouait dans les bars pour se faire connaître ; visiblement, cette expérience lui a fourni plusieurs atouts pour entertainer la foule et donnait à sa performance des airs de soirée aux Voûtes de Napoléon. En outre, on voyait que, devant un public attentif et présent pour elle, ce qui change de l’époque des bars, Pascale Picard était dans son élément. Très à l’aise, à la bonne franquette, elle discutait avec l’audience. Elle a aussi fait monter sur scène plusieurs autres participants des chemins d’écriture pour l’accompagner, dont Samuele, qui a même joué une de ses compositions.

 

Dany Placard – Scène Hydro-Québec

Crédit Photo: Michel Pinault
Crédit Photo: Michel Pinault

Je ne pensais pas assister au spectacle de Dany Placard, qui ne commençait que trente minutes avant Antoine Corriveau et Salomé Leclerc. Or, j’ai eu le temps d’entendre les premières pièces et j’ai été agréablement surprise, une fois de plus. De fait, je n’avais pas trop accroché sur ses chansons acoustiques que j’avais précédemment écoutées, mais sa formation en groupe, avec d’autres musiciens talentueux, rajoutait une ambiance plus rock et plus enthousiaste. À quelques reprises, ils se sont tournés vers le batteur pour jouer tous face à face, jammant visiblement avec plaisir, pour le plaisir aussi des oreilles du public. Comme à Pascale Picard, les spectateurs (moins nombreux cependant) écoutaient attentivement l’artiste, qui semble avoir beaucoup d’admirateurs. J’ai apprécié son rock aux teintes country, ses chansons punchées et accrocheuses.

 

Antoine Corriveau et Salomé Leclerc (en plateau double) – Salle Bord de l’Eau

Antoine Corriveau -FCTadoussac 2015  photo Michel Pinault Connaissant très peu ces deux artistes, j’ai été impressionnée par leur grand talent. Antoine Corriveau est monté sur scène en premier, devant une salle assez remplie. J’ai été touchée par la mélancolie de ses chansons, qui n’en étaient pas moins fortes et frappantes. Antoine Corriveau a quelque chose de Louis-Jean Cormier et de Jean Leloup, en plus d’avoir sa teinte personnelle. Sa musique m’évoquait une marche inévitable et sinistre vers le vide. Sa voix rocailleuse et sa guitare qui grésillaient ont rajouté un aspect grinçant à ses pièces, ce qui concordait avec des textes souvent maussades. Il faut aussi saluer le talent de ses deux musiciens ainsi que le travail de David Simard au son. En terminant, Corriveau s’est montré très reconnaissant d’être là, lui qui avait participé il y a cinq ans aux ateliers d’écriture du festival.

Salomé Leclerc FCTadoussac 2015 photo Michel PinaultAprès une courte pause, Salomé Leclerc est montée sur scène. Peut-être a-t-elle moins de fans, ou peut-être était-ce l’heure avancée (il était déjà 1h du matin !), mais une partie de la salle s’est vidée lors de sa prestation. Le public restant a pu écouter sa musique, dans la même vibe que celle d’Antoine Corriveau mais avec des accents électro-pop entre autres soulignés par des sons de synthétiseurs. Elle a joué plusieurs pièces de 27 fois l’aurore, paru en septembre dernier. J’ai été surtout impressionnée par son timbre de voix, qui avait quelque chose de très rock, de cassant, malgré une certaine douceur.

 

Après le spectacle, je me suis dirigée une dernière fois vers le Site Belle Gueule pour voir la fin de la prestation de Clay and Friends, qui avaient aussi joué en journée sur la Promenade près du fleuve. Encore une fois, ils ont su installer une ambiance survoltée, à laquelle je n’ai pourtant pas vraiment participé étant donné mon manque de sommeil accumulé et devenu apparent. En conclusion, le Festival de la chanson de Tadoussac m’a permis de découvrir beaucoup d’artistes d’ici et d’ailleurs en plus de me faire apprécier quelques groupes déjà connus. L’expérience festivalière en tant que telle est aussi, à Tadoussac, à prendre en compte. Je n’aurais rien changé à cette expérience, sauf peut-être pour y ajouter quelques heures de sommeil supplémentaires. C’est un festival accessible (en mode Découvertes, surtout, passeport que je vous conseille et que je trouve déjà amplement suffisant et abordable), plaisant et riche musicalement, en plus de se situer dans une ville qui m’a toujours charmée : Tadoussac. Je vous le conseille pour l’an prochain, peut-être que nous nous y croiserons!

Les gars de Clay and Friends qui profitent de Tadoussac Crédit Photo : Michel Tremblay
Les gars de Clay and Friends qui profitent de Tadoussac
Crédit Photo : Michel Tremblay

 

À voir aussi:

Festival de la chanson de Tadoussac 2015 – Jour 1

Festival de la chanson de Tadoussac 2015 – Jour 2

Catégories
Festivals

[FESTIVALS] Le déluge a eu raison du festival Hops & Rock

Tournee

Toute une soirée dans la petite municipalité de Dunham. Le 30 mai, cette petite ville de l’Estrie accueillait une soirée rock digne de ce nom avec Heat, Solids, Dany Placard, Le Trouble et Galaxie! Tous ses noms seront faire taire certaines mauvaises langues qui pourraient dire que le rock est mort au Québec. Ne pouvant prévoir la météo, l’organisation a eu quelques surprises une fois le moment venu. Retour sur une soirée que je ne suis pas prêt d’oublier.

Heat au festival Hops & Rock - photo par Matthieu Paquet-Chabot
Heat au festival Hops & Rock – photo par Matthieu Paquet-Chabot

Il est 18h00 et la prestation de Heat n’est toujours pas commencée. Pourquoi? C’est dû à un orage qui a retardé les tests de son dans l’après-midi me dit un technicien de scène. Le parterre du site parle tout seul : il y a plusieurs endroits ensevelis d’eau et de nombreux sentiers boiteux. C’est donc près de trente minutes plus tard que les quatre membres du groupe montréalais ont foulé la scène du festival. Enchaînant les sept pièces de leur EP Rooms, le groupe est plutôt statique et peu enthousiaste, comme le public. Par contre, l’indie-rock du quatuor est très intéressant sur album. Peut-être l’endroit était-il mal choisi pour bien comprendre la musique de ce groupe. Une performance correcte, mais sans plus.

Solids au festival Hops & Rock - photo par Matthieu Paquet-Chabot
Solids au festival Hops & Rock – photo par Matthieu Paquet-Chabot

Une heure plus tard, soit 15 minutes après Heat, le groupe montréalais Solids prend d’assaut la scène du Hops & Rock. Le duo amène avec lui un troisième membre : la pluie. Un déluge hallucinant s’abat sur Dunham, mais cela n’affecte en rien l’excellente performance de Xavier Germain Poitras (guitare et voix) ainsi que celle de Louis Guillemette (batterie et voix). Le duo nous livre une excellente dose de rock, parfois très punk, d’une façon très agréable. Les instruments sont à l’honneur, plus que la voix. Leur dernier album, Blame Confusion, paru en 2014, a reçu des critiques des plus favorables partout dans le monde. Après 45 minutes de rock intense et de pluie battante, le duo se retire en beauté, avec les applaudissements de la foule et quelques mosh-pit dans la bouette. Avant de quitter, le batteur salue sa mère, qui est présente au concert pour vendre des chandails à la table de marchandise. Ce fut un moment cocasse et agréable qui a su en faire rire plus d’un. Les sourires sont plus que visibles sur les visages des artistes et du public. Mission accomplie pour le duo montréalais.

C’est après la performance de Solids que les choses se gâtent. La pluie s’intensifie, les orages débutent et les techniciens en ont plein la tête. Il est 20h10 à ce moment-là. Après quelque temps de réflexion des organisateurs, à 20h30, la nouvelle est tombée : les concerts sont déplacés à l’intérieure du Pub de la brasserie Dunham. L’organisation, avec l’aide de l’équipe de Dany Placard, s’active pour faire profiter les spectateurs des concerts sans occasionner trop de retards. À ce moment précis, le concert de GALAXIE est sur la glace. L’équipe d’Olivier Langevin s’affaire a trouver une solution.

Il est 21h00, le pub est rempli, Dany Placard et ses trois musiciens débutent le concert. L’énergie est magnifique et le chanteur est en forme. D’emblée, il demande une bière et entame Chanson Populaire. Le public est conquis dès le départ et l’ambiance est festive. Le public danse et chante avec Placard. Avant de chanter la pièce titre de son dernier album Santa Maria, Dany Placard lève son verre à l’organisation du festival ainsi qu’au public. Il lance, d’un ton vif et fier : Salut tout le monde! Longue vie au festival Hops & Rock! Le public est conquis… mais ne sais pas ce qui se trame en coulisse.

En effet, parti prendre l’air pendant quelques secondes, je croise l’équipe de Galaxie en discussion avec le festival. Sans en dévoiler trop, il est impossible pour le groupe de jouer à l’intérieur du pub ce soir-là. Il se voit donc contraint de remettre le concert à plus tard.

Je quitte les lieux quelque temps après, sans avoir pu voir Le Trouble, qui est monté sur scène une heure plus tard au Pub. Malgré la météo, j’aimerais souligner l’excellent travail de l’organisation du festival Hops & Rock. Ce ne fut pas une journée facile, mais je garde d’excellents souvenirs de ce magnifique festival. Les fondateurs du festival sont des passionnées, des gens près de leur public. Les décisions ne furent pas faciles, mais elles se devaient d’être prises. Je lève mon chapeau à ce magnifique festival qu’est le Hops & Rock. Merci beaucoup de m’avoir accueilli dans votre coin de pays et au plaisir de se revoir l’an prochain… ou encore cet été pour la reprise du concert de Galaxie!

La tournée des festivals 2015 d’écoutedonc.ca est officiellement commencée! Elle se poursuit la semaine prochaine avec le festival torontois Field Trip qui sera couvert par Jacques!

Vous avez manqué le Hops & Rock et vous désirez revoir un des groupes? Voici une petite liste des occasions qui vous sont offertes :

Heat sera de retour dans la ville de Québec le 17 juillet dans le cadre du Festival d’Été de Québec et la semaine suivant au Festif de Baie St-Paul.

Solids n’a aucun concert de prévu au Québec dans les mois à venir. Le duo sera, par contre, du Sappy Fest en août.

Dany Placard sillonnera les routes du Québec cet été. Aucun arrêt n’est prévu à Québec, mais il sera du Festivoix de Trois-Rivière et du Festif de Baie St-Paul.

Finalement, Galaxie sera sur les plaines en ouverture des Rolling Stones le 15 juillet prochain.

Catégories
Nouvelles

Un premier extrait pour Laura Sauvage

Crédit photo : Le petit Russe
Crédit photo : Le petit Russe

Vous la connaissez sous sons vrai petit nom, Vivianne Roy, des Hay Babies. Mais comme on en avait discuté avec Julie il y a quelques semaines, Vivianne travaillait sur un projet solo et pour les besoins de la cause, elle se transforme en Laura Sauvage, qui laisse tomber la pop de grange des Hay Babies pour un son beaucoup plus rock. On reconnaît bien les intonations vocales de Vivianne, mais la rockeuse Laura s’impose.

Faut dire qu’avec Emmanuel Éthier, Dany Placard et Mathieu Vezio, il était difficile de faire autrement.

On attend son premier EP chez Simone Records cet automne. Mettons que ça augure bien. On n’ose même pas imaginer les flammèches et les étincelles en spectacle.

Catégories
Festivals

Hops & Rock fera vibrer Dunham du 28 au 31 mai 2015

Tournee

C’est dans la petite municipalité de Dunham, située entre Montréal et Sherbrooke, que le festival Hops & Rock se tiendra du 28 au 31 mai 2015. Alternant sur trois scènes, dont deux gratuites, plus d’une dizaine de groupes enflammeront la municipalité dans ce festival mélangeant musique et bière de microbrasserie. Présenté par la Brasserie Dunham, le festival a comme vocation de mettre en valeur la musique d’ici, mais aussi la bière locale. Il y aura dix microbrasseries québécoises sur place pour faire découvrir leurs produits aux nombreux festivaliers présents sur le site. Revenons à nos moutons, car certes, même si nous aimons voir une petite bière de temps à autre, nous couvrons la musique ici.

Qui sera sur scène lors de cette fin de semaine? Le tout débute le jeudi 28 mai avec The Slocan Ramblers, un groupe de Bluegrass ontarien qui sera sur la scène du pub gratuitement vers 21h00 pour donner le coup d’envoi au festival.

Affiche officielle de l'édition 2015
Affiche officielle de l’édition 2015

Le lendemain, Shiraz lance les festivités sur la scène principale dès 19h00. Trente minutes plus tard, c’est le retour sur les planches du Québec pour Foxtrott qui viendra présenter son prochain album à paraître sous peu. À 20h45, place à un collectif électro-rap local, je parle de Hever Tête Enough. Le groupe est décrit comme un mélange de Radio Radio et Misteur Valaire… Intrigant! La tête d’affiche du vendredi soir n’est nul autre que le groupe électro Artist of the year! Pour bien finir la soirée, nul autre que notre duo préféré Les Deuxluxes en performance gratuite au Pub!

Le samedi 30 mai, le rock est à l’honneur avec de grosses pointures québécoises. Solids entre sur scène à 18h00 suivit du groupe Heat à 19h00. Le chanteur Dany Placard suivra dès 20h00. Dès 21h00, le groupe Le Trouble viendra réveiller le public avec son rock alternatif très accrocheur et son leader très énergique Michael Mooney. C’est, dans mon cas, une des meilleures performances que j’ai vu el’an dernier au festival Osheaga. J’ai bien hâte de les revoir! En conclusion de la troisième journée, GALAXIE, le groupe rock par excellence cette année au Québec viendra clore les festivités de la scène principale. Dès 23h00, Bloodshot Bill animera les fêtards au pub.

L’an dernier, We Are Wolves, Violett PI, Misteur Valaire, Canailles et Les Guerres D’lamour étaient des festivités. L’organisation duc estival a vraiment un souci de programmer des groupes émergeant remplis de talents.

Avec la programmation de cette année, il est impossible pour Écoutedonc.ca de ne pas faire le détour par Dunham. Matthieu sera sur place le samedi 30 mai pour aller déguster quelques bières locales et assister à un festival rock à ne pas manquer! Un compte-rendu sera disponible sur le blogue par la suite!

Vous êtes intéressé à assister au festival? Les billets se détaillent à 25$ pour la soirée du vendredi et 35$ pour celle du samedi. Un forfait deux jours, au coût de 50$ (incluant deux bières) est disponible ici.

Catégories
Festivals

Festival de la chanson de Tadoussac : La chanson avant tout!

bandeau tadou

Pour sa 32e présentation, le Festival de la chanson de Tadoussac a frappé un grand coup : une grande dame de la chanson, Juliette Gréco, en sera la tête d’affiche. Un dernier tour du monde avant une retraite bien méritée pour cette dame de 88 ans.

Tadou, c’est aussi le retour de Jacques Michel et de Pierre Flynn, deux autres grands noms, chacun dans son domaine.

Outre ces grands retours, les festivaliers pourront voir, entre autres, Daran, Fred Pellerin, Louis-Jean Cormier, Antoine Corriveau et Salomé Leclerc en double plateau, ainsi que le spectacle Légendes d’un peuple. Nommons aussi Alexandre Désilets, Benoit Paradis Trio, Dany Placard, Éric Goulet, Jordan Officer, Mehdi Cayenne Club, Milk and Bone, Pascale Picard, Raton Lover, Saratoga et Shauit.

Si de nombreux spectacles ont lieu sur la grande scène Desjardins, vous pourrez également en voir un peu partout dans le village et les environs, notamment en participant au Tour de l’islet ou en allant (à pied ou en kayak) à l’Anse à la barque.

Ajoutez à cela des spectacles pour les jeunes, des concours de châteaux de sable, la possibilité de faire du camping et vous avez une belle fin de semaine en perspective.

Pour les billets et les passeports, diverses options sont offertes, dont le passeport Desjardins à près de 300 $, qui donne accès à presque tout (sauf le spectacle de Daran, mais vous avez un rabais). Si vous êtes plus champ gauche que chanson, on vous conseille fortement le passeport découvertes (65 $ jusqu’au 25 mai, 75 $ ensuite). Accès à tous les spectacles sauf Jacques Michel, Juliette Gréco, Légendes d’un peuple, Fred Pellerin, Louis-Jean Cormier, Pierre Flynn et le spectacle de clôture. Si un de ces noms vous intéresse, vous pouvez acheter un billet individuel en plus du passeport découvertes. Les possibilités sont infinies, à vous de les découvrir.

Pour plus de renseignements, consultez le site Web du Festival ou la brochure (PDF).

Catégories
Festivals Festivoix de Trois-Rivières

Programmation pour tous les goûts au Festivoix de Trois-Rivières!

fest2015---affiche-(tabloid)Le Festivoix de Trois-Rivières vient d’annoncer sa programmation complète et franchement, il y en a pour tous les goûts! Des Cowboys fringants à Patrick Watson en passant par un spectacle-hommage à Michael Jackson, les jeunes comme les moins jeunes en auront plein à se mettre sous la dent.

On va juste mettre les noms qui nous intéressent le plus ici (j’insiste sur « le plus », parce qu’on pourrait passer beaucoup de temps sur la prog), mais on vous invite à aller voir la programmation complète au festivoix.com. Alors, voici ce qui nous donne envie de plonger dans l’été avec nos amis trifluviens :

26 juin

Dead Obies
Dead Obies

Le choix logique, c’est le spectacle des Frères Lemay suivi de nos amis Les cowboys fringants sur la grande scène Loto-Québec. Ça fait longtemps qu’on a pas vu la gang de joyeux drilles sur scène, des retrouvailles sont de mise. On va sûrement vous reparler des Cowboys fringants dans un petit dossier que je prépare pour le Festivoix.

En fin de soirée, nous serons certainement très déchirés : David Marin, qu’on voulait revoir, Mononc Serge, qu’on aime toujours revoir ou Dead Obies et son beat incroyable? Ça va être difficile.

27 juin

Deux jeunes sensations à ne pas manquer sur la même scène : Elliott Maginot et Bobby Bazini. Deux jeunes hommes qu’on va voir très longtemps dans notre paysage.

En fin de soirée, vous vous en voudrez si vous manquez Milk and Bone. Leur électropop minimaliste est tout simplement charmant. Aussi bien en profiter avant qu’elles n’explosent et qu’elles fassent le circuit des énormes festivals.

30 juin

Nous ne sommes pas friands des groupes-hommage à ecoutedonc.ca, mais on vous avoue que la possibilité de revoir Vilain Pingouin après toutes ces années, ça nous chatouille un peu, surtout que le lendemain, c’est férié! Est-ce qu’on vous a déjà dit que Jacques avait vu la première médiatique du premier spectacle de la bande à Rudy Caya au VIEUX Club Soda? Yep, il est vieux de même!

1er juillet

HayBabies-150401-19
Les Hay Babies

Ici, il faut remercier les organisateurs du Festivoix pour le choix le plus déchirant de leur programmation : Allons-nous voir Les Hay Babies et Vincent Vallières ou préférerons-nous assister au spectacle des Barr Brothers (qui ont lancé un nouveau maxi!!!) dans un cadre intimiste? Si vous choisissez la deuxième option, tout n’est pas perdu, Vivianne, Katrine et Julie donnent un autre spectacle en fin de soirée!

2 juillet

Fanny Bloom
Fanny Bloom

Double plateau de feu avec Fanny Bloom et Pierre Lapointe. Ça va chanter, danser, taper des mains, faire la fête, alouette! Cependant, on aurait aussi aimé aller voir Adam Cohen, qui se dégage de plus en plus de l’ombre de son père malgré des traits plus que ressemblants. Faut croire qu’il y a une part d’hérédité dans le talent. On va tous finir la soirée en douceur avec les chansons imagées de Philippe B.

3 juillet

Damn The Luck
Damn The Luck

Bernard Adamus et Zachary Richard? Sérieux? Mais quelle belle idée! Pourquoi ne pas y avoir pensé plus tôt? Bon, ça brasse toujours un peu pendant un show d’Adamus, mais les deux auteurs-compositeurs-interprètes sont loin d’être incompatibles! Joli coup.

On aurait aussi aimé jeter un coup d’oeil à Patrice Michaud.

Enfin, cette soirée risque de se terminer de façon très festive! D’un côté, Dany Placard en duo, de l’autre, les énergiques Damn The Luck qu’on a déjà vu cet hiver!

4 juillet

On vous avoue qu’on monterait surtout pour la fin de la soirée avec des shows de feu des Frères Goyette, de Ponctuation (les frères Chiasson) et de Pierre Kwenders. Va falloir faire des choix difficiles!

5 juillet

watson-150415-16
Patrick Watson

En fin d’après-midi, on va sûrement aller dire un petit bonjour à Boogat et ses rythmes chauds avant de se garrocher sur la scène principale où on pourra voir Emily & OgdenThe Franklin Electric et Patrick Watson. Sérieux, on se demande comment on peut mieux clore un long festival comme le Festivoix. On a vu Watson en rodage il y a quelques semaines et on est encore sous le choc. C’est à encercler plusieurs fois sur votre calendrier.

Maintenant, parlons argent : le passeport régulier, qui donne accès à pas mal tout ce que j’ai nommé, n’est que 39 $ en prévente. Oui, c’est ce que j’ai dit, 39 $. Des billets journaliers sont aussi disponibles pour ceux qui ne voudraient faire qu’un aller-retour. Bien sûr, nous irons faire plus d’un tour.

Pour plus d’info, visitez le site Web du Festivoix.

Note : Nous vous présenterons dans les prochaines semaines une série de textes sur certains artistes présents au Festivoix, plus particulièrement sur notre rapport avec eux. Premier texte : les Cowboys fringants. Ça devrait être intéressant. À suivre!

(Photos : ecoutedonc.ca/archives)

 

Catégories
Festivals Le Festif Nouvelles

Le Festif annonce une programmation de feu pour sa sixième édition

Je ne sais pas où vous serez du 23 au 26 juillet prochains, mais pour ecoutedonc.ca, cette année, ça se passe au Festif de Baie-Saint-Paul (sorry Wayhome, maybe another year… particularly if you move your festival later in the summer!).

Pour sa sixième présentation, les organisateurs du Festif ont mis le paquet :

Affiche officielle

Vous pensiez qu’on niaisait, mercredi, avec notre petit teaser un brin agace? Ben non! Il y a tout ce qu’on avait dit qu’il y aurait!

  • Des vedettes établies? Les Trois accords, Alex Nevsky, Radio Radio, Bernard Adamus, Galaxie, Marie-Pierre Arthur, Mara Tremblay, ce sont des noms qu’on est content de voir sur l’affiche d’un tel festival.
  • Une légende? Au Québec, présentement, on ne fait pas plus légendaire que Robert Charlebois.
  • Une soirée qui fera danser Tout Baie-Saint-Paul? The Planet Smashers et Reel Big Fish vont nous faire danser, sauter, crier, nous énerver pendant toute une soirée. Oui Manon, viens danser le ska!
  • Un centre-ville super animé? Le samedi, la rue St-Jean-Baptiste sera piétonne et les amuseurs, dont le fameux Orchestre d’hommes-orchestres, se l’approprieront.
  • Plein de découvertes? Heat! Odeur de Swing! Dylan Perron et Elixir de Gumbo! Et plein d’autres, ça dépend juste de votre degré de connaissance de la scène musicale québécoise!

Des shows jusqu’à très tard dans la nuit? Fanny Bloom, The Franklin Electric, Loud Lary Ajust, We Are Wolves, Mononc’ Serge, Qualité Motel… ces crinqués jouent tous une fois les douze coups de minuit bien sonnés!

On ne vous a pas parlé des surprises, hein? Comme cette prestation surprise donnée par Louis-Jean Cormier l’an dernier devant une poignée de chanceux autour du feu à La ferme? Paraît qu’il y aurait quelques lieux secrets du genre cette année.

Vous voyez bien qu’on était sérieux!

Vous voulez plus de détails? Passez à la page suivante!

 

Catégories
Spectacles

[SPECTACLE] Dan Mangan, Impérial Bell, 20 février 2015

C’est entouré de plusieurs fanatiques du chanteur canadien que j’ai vécu mon premier spectacle de Dan Mangan et ses Blacksmith. Mangan est un cas assez rare en territoire Québecois : un auteur-compositeur canadien-anglais qui mise sur des chansons à textes qui réussis à réunir autant de gens en spectacle à Québec sans grand support radio.

Club Meds, c’est le nom de son dernier album, qui se situe dans un univers complètement à part de ses albums précédents. Un univers où il n’a pas besoin de remplir ses chansons de texte, où il prend le temps de s’étendre. Un album mystérieux et sombre, qui nous le livre sous un autre jour. Une oeuvre qui prend un certain temps à absorber et à voir les réactions du public face à ses chansons plus anciennes par rapport aux nouveaux morceaux ( qu’il, soit dit en passant, intègre super bien à son spectacle ), il devra nous laisser encore un peu de temps pour qu’elles deviennent nos nouveaux coups de coeur.

Côté technique, le son manquait un peu de balance. Son guitariste, qui ajoute beaucoup au show autant au niveau sonore qu’au niveau spectacle, était relégué un peu en arrière plan. L’éclairage est venu ajouter beaucoup aux ambiances sonores vastes et complexes et les musiciens étaient en forme.

La prochaine fois, j’aimerais bien les voir dans une salle un peu plus petite, plus intime, question de bien saisir toute l’immensité du dernier opus de Mangan.

IMG_2233

IMG_2232

IMG_2231

IMG_2230

IMG_2229

 

En première partie, Dany Placard a ouvert le bal. Un choix un peu amusant compte tenu de la grosse feuille de route de l’auteur-compositeur-producteur, qui doit être plus habitué de finir les concerts plutôt que de les commencer.

A suivi Hayden, un groupe de indie-rock canadien qui ont bien réchauffé la salle. Mention spécial au différents musiciens qui s’échangeaient constamment leurs instruments sans moindre effort et fausses notes. Nous avions affaire à un band habitué à la scène qui nous ont offert une solide performance, sans grandes surprises par contre ou d’écart de conduites.

IMG_2227

IMG_2226

Catégories
Nouvelles

[ANNONCE] Première édition de l’Hivernal de Baie-Saint-Paul : ça commence jeudi!

heymoonLa première édition de l’Hivernal de Baie-St-Paul se déroule dès ce jeudi 12 février et se terminera le samedi 14 février. En effet, ce nouvel événement mis sur pied par Le Festif! de Baie-St-Paul présentera des prestations spectaculaires au Musée d’art contemporain alors que le groupe de Londres Heymoonshaker, connu à l’échelle planétaire et Rich Aucoin, de Halifax, partiront le bal le vendredi 13 février. Il est important de souligner qu’il s’agira de la seule prestation au Québec cet hiver pour Rich Aucoin et le premier spectacle de la tournée de Heymoonshaker au Québec. Le 14 février, pour la St-Valentin le comité invite la population à venir danser sur la musique de DJ Champion (en dj-set) et du duo électronique montréalais Beat Market. Les deux soirées de spectacles seront spectaculaires et c’est une grande première dans l’histoire du Musée d’art contemporain. Les forfaits sont en vente au coût de 35 $ pour les deux soirs ou de 20 $ par soir.

dj champDany Placard, artiste établi du Québec, donnera une prestation intime dans la petite maison écologique Habitat 07 située au Quai de Baie-St-Paul en ouverture du festival le jeudi 12 février. 40 chanceux pourront le voir en prestation solo. Il reste seulement que quelques billets. Bloodshot Bill se donnera en spectacle au Tony et Charlo le même soir, pour seulement 5$ dès 22h.

Une grande journée de sculptures sur neige se déroulera le samedi 14 février en après-midi au parc extérieur situé entre le Carrefour culturel Paul-Médéric et le Presbytère de Baie-St-Paul. Feux de foyer, sculpteurs professionnels et amateurs, nourriture réconfortante et musique sont au rendez-vous dès 11h.

richL’Hivernal accueillera des gens des 4 coins du Québec alors que des billets ont été vendus à Québec, Montréal, au Saguenay, sur la Côte-Nord et bien plus loin. Le comité invite tout d’abord la population de Baie-St-Paul à se déplacer en grand nombre à ce nouvel événement. Le comité est très fier de pouvoir présenter un spectacle de calibre international de haut niveau le vendredi 13 février et espère accueillir beaucoup de gens. La mascotte Yves Hernal sera également présente aux activités afin de prendre des photos.

Les billets sont en vente au www.hivernalbsp.ca ou dans les points de vente de Baie-St-Paul à l’Accommodation Baie-St-Paul, au Tony et Charlo ou au Musée d’art contemporain. Des billets seront également disponibles à la porte le soir de l’événement. Des « pantoufles » seront offertes aux spectateurs afin de protéger les plancher du Musée d’art contemporain.

Pour toute demande d’information : (418) 633-6194 ou info@lefestif.ca

(photos de courtoisie)