Timber Timbre (+Organ Mood et Gaspard Eden) – L’Impérial, 19 novembre 2017

Timber Timbre – Photo : Jacques Boivin

Timber Timbre était déjà de retour à Québec après un passage au Cercle l’automne dernier, mais cette fois pour nous présenter son nouvel album Sincerely, Future Pollution. Le groupe habitué au Cercle ou au théâtre du Petit-Champlain allait-il faire courir une foule deux fois plus imposante? La réponse est oui et le mystère d’une popularité exponentielle soudaine a encore frappé, l’ambiance étant fort agréable pour cette audacieuse Nuit FEQ. C’est la pièce titre qui a ouvert cette performance sans artifice qui laisse une place prépondérante à la musique. Rapidement les nouvelles pièces comme Velvet Glove & Spit ou Moment ont prouvé la tangente beaucoup plus sensuelle qu’a prise la musique de Timber Timbre. Que dire de l’incroyable Hot Dreams sur laquelle Christophe Lamarche-Ledoux, de la formation Organ Mood, est venu ajouter l’indispensable solo de saxophone! Plus tard, l’ancienne Magic Arrow a été présentée dans un habillage beaucoup plus rock que folk, une efficace évolution ajoutant même une couche inquiétante de claviers à cette chanson issue du disque éponyme du groupe sorti dix ans plus tôt. Un autre moment fort de la soirée fut assurément l’enchainement des nouvelles pièces Grifting et Bleu nuit (avec en prime une autre présence de Lamarche au saxophone).

Si initialement le projet semblait être un truc plutôt solitaire, Kirk a bâti au fil des albums un solide groupe autour de lui et du guitariste Simon Trottier. Maintenant, autant le batteur Mark Wheaton que Trottier ou le claviériste Mathieu Charbonneau (ces deux derniers étant aussi musiciens de tournée pour Avec Pas d’Casque) supportent ce projet qui est résolument une affaire de gang. Au rappel, on a eu droit à la première pièce francophone du groupe: Les égouts. Tout ça s’est terminé fabuleusement bien avec les pièces revampées I Get Low et Trouble Comes Knocking, point d’orgue a une performance inspirante et exécutée à merveille. Comparativement à la performance timide, mais agréable du dimanche midi au Festif! sur le quai de Baie-Saint-Paul, Timber Timbre a livré un magistral concert dans une configuration qui sied beaucoup mieux à sa musique sombre.

En ouverture de soirée Gaspard Eden a présenté avec de nombreux musiciens son rock puisant souvent dans des inspirations grunge devant une foule attentive, mais discrète. Si musicalement la performance était impeccable, les rares interactions avec la foule étaient parfois maladroites. Ensuite c’est le duo Organ Mood qui est venu présenter sa performance peu orthodoxe au milieu de la foule. Il y avait ces projections acétates sur un immense écran qui couvrait l’entièreté de la scène, puis cette musique surtout instrumentale et très cinématographique qui a envoûté la foule rassemblée à l’Impérial. J’en aurais pris plus tant leur musique est efficace et envoutante.

[ENTREVUE] Taylor Kirk – Timber Timbre

Texte : Meggie Lennon, collaboration spéciale
Photo : Jacques Boivin

Timber Timbre est un groupe de folk-rock canadien, formé en 2005, dont le membre fondateur est le chanteur auteur-compositeur Taylor Kirk. Son nom de scène fait référence à une série d’enregistrements qui se déroulèrent dans une cabane de bûcherons. Taylor perçut alors le son de cet endroit comme très boisé, d’où le nom que l’on peut traduire librement par « timbre boisé »

En passant par un son blues low-fi et intime à des arrangements sophistiqués et plus récemment avec un ajout de synthétiseurs, le groupe s’est rapidement transformé en un réel groupe à trois membres, avec Kirk qui est maintenant rejoint de Mathieu Charbonneau et Simon Trottier.

J’ai eu la chance de m’entretenir avec Taylor Kirk, quelques minutes avec sa prestation magistrale sur le quai dans le cadre du Festif de Baie St-Paul. L’entrevue s’est déroulée en anglais, sous le soleil, en partageant une Sour French Kiss. Bref, c’était parfait!

M.L. Sincerely, Future Pollution est sorti en avril dernier. Tu as dit en entrevue qu’il s’agissait que l’album le plus collaboratif que tu aies fait jusqu’à maintenant. Y a-t-il des avantages à travailler avec tous ces musiciens extraordinaires? Tu me parais être un loup solitaire. Qu’est-ce que tu préfères?

T.K. Est-ce un compliment? Je le prends comme si c’en était un. Oui, j’aime beaucoup être seul. Je suis une personne solitaire mais l’avantage principal de travailler avec des gens est que c’est plus plaisant. Une sorte de camaraderie se développe et ils amènent des choses auxquelles je n’aurais jamais pensé.  Nous pouvons atteindre un niveau de sens musical que je ne possède pas moi-même. L’enregistrement sonne tellement mieux selon moi. Le jeu est plus intéressant. Je ne suis pas certain que d’écouter un musicien qui a tout fait par lui-même est aussi intéressant. Là encore, oui, ça peut l’être mais l’appréciation est différente.

M.L. Je crois que tu es très chanceux d’être entouré de musiciens fantastiques. Mathieu Charbonneau et Simon Trottier sont des musiciens extrêmement talentueux et créatifs. Vas-tu continuer à travailler dans cette direction maintenant que le groupe est solide?

T.K. Oui, je suis chanceux. Je ne sais pas, j’ai l’impression que c’est une bonne direction. Enregistrer un album est très compliqué et dispendieux. L’économie de la chose ne fait pas beaucoup de sens donc il est difficile de prévoir ce qui va se passer dans le futur. Nous avons dépensé beaucoup d’argent pour le dernier album et je ne suis pas certain si c’est la bonne chose à faire. Ce fût un moment extraordinaire et fantastique mais le retour monétaire n’est pas équivalent à l’effort.

Timber Timbre – Photo : Jacques Boivin

M.L. Effectivement, l’économie de l’industrie musicale est étrange et un peu frustrant n’est-ce pas? Beaucoup de dépenses pour peu de retour.

T.K. Oui, cela n’a pas de bon sens. C’est une façon de faire. C’est n’est même plus tangible, du moins, pour les groupes comme nous donc, oui, je dois reconsidérer la direction à prendre pour le prochain album.

M.L. Vous partez prochainement en Europe où vous tourner souvent. Dirais-tu que vous êtes plus populaire là-bas ou ici?

T.K. Là-bas, absolument. Je ne sais pas pourquoi.

M.L. C’est dommage. Selon moi, tu es un trésor national dans ce pays.

T.K. Awww, tu devrais leur dire!

M.L. Je vais certainement le faire! Donc, préfères-tu être en tournée ou en studio?

T.K. J’aime beaucoup créer. Je détestais être en tournée, vraiment. C’était un mal nécessaire. Je n’aimais pas le niveau d’exposition. Je n’aimais pas donner des spectacles ni le niveau d’attention.

M.L. Par manque de confiance en soi?

T.K. Je suis définitivement quelqu’un de très introverti…

M.L. La scène musicale canadienne est en explosion. Y a-t-il des groupes canadiens que tu apprécies en ce moment. As-tu déjà ouvert pour un groupe ou y en a-t-il un qui a ouvert pour toi où tu t’es dit qu’il s’agissait d’une combinaison était parfaite?

Timber Timbre – Photo : Jacques Boivin

T.K. Hum, je ne sais pas mais je viens de découvrir un groupe qui s’appelle Organ Mood. C’est un gars qui joue avec Chocolat et il est vraiment intéressant. C’est ma plus récente découverte. Sinon, on a joué avec un autre groupe l’autre soir qui s’appelle Hooded Fang. C’était pendant un festival et nous les connaissons depuis longtemps de manière périphérique et c’était super. Il y a tellement de groupes. La scène est même un peu saturée en ce moment. Parfois, lorsque nous n’avons pas à supporter un autre groupe, nous invitons des gens dont nous apprécions la musique et qui amèneraient un bon feeling à la soirée. Il y a ce gars, Marcus Hamblett avec qui on a joué pendant un mois en Europe. Il est incroyable. Il a joué avec plein de monde. Il y a  aussi Chris Cundy, un autre britannique qui joue du saxophone avec nous et joue aussi de la clarinette basse.

M.L. Ah non, maintenant, je me demande si tu détestes autant les entrevues que les prestations.

T.K. Je déteste beaucoup plus faire des entrevues, beaucoup plus (rires)

M.L. Merde, je suis vraiment désolée (rires nerveux). Tu étais le seul artiste du Festif que je voulais interviewer. Je vais accélérer alors!

T.K. Oh non, pauvre toi, je donne vraiment les pires entrevues. Je suis vraiment désolé pour toi.

M.L. Je ne crois pas que ce soit si mal. (En regardant le fleuve et en buvant de la bière)

T.K. Mais oui, on a aussi tourné avec Feist il y a de cela 11 ou 12 ans. C’était agréable et nous avons aussi joué avec Yonsi en Europe. Nous étions en Belgique. Ils sont super drôles.

M.L. Génial. Une dernière question alors. Je vous ai vu 4 ou 5 fois en spectacle. En automne dernier, tu jouais au Cercle à Québec et tu as dû intervenir auprès de la foule en leur demandant de se la fermer puisque plusieurs parlaient beaucoup et vous vouliez jouer Hot Dreams qui est très molo. Penses-tu qu’il était plus facile de jouer en 2005 où les foules étaient plus petites mais super attentives ou en 2017 où les foules sont plus grandes et souffrent souvent de déficit d’attention.

T.K. Oui, je ne comprends pas, c’est si impoli. Je crois qu’il s’agisse d’une coïncidence que les dernières fois où nous avons joué à Québec, la foule était « particulière » et que cela gâchait le moment. Je choisis mes mots! Nous commençons à avoir une drôle d’impression de la place.

M.L. Ah non, n’arrêtez surtout pas de venir à Québec.

T.K. Nous avons joué au Petit Champlain et c’était bien. C’était un bon petit show.

M.L. Avec un public plus averti et âgé.

T.K. Oui, mais Le Cercle a un petit côté douche. Du coup, les gens là-bas sont super gentils. Nous n’allons pas cesser d’y aller. Mais aujourd’hui en tout cas, la foule était vraiment mais vraiment agréable. (Celle du Festif)

M.L. Tu semblais vraiment t’amuser.

T.K. Nous avons passé un très bon moment. C’était plaisant. Je me souviens quand nous avons commencé à faire de la musique, il y avait un mouvement dont nous faisions partie. Les gens avaient un degré d’attention spécial pour ce genre de musique. Ils étaient curieux à propos de cette douce musique folk dont le tempérament et l’instrumentation étaient uniques. Les gens étaient patients.

M.L. Je comprends tout à fait. Les temps changent. Finissons tout cela avec une question plus ludique.  Ta musique possède un certain côté cinématographique. Désires-tu que qu’elle joue davantage au cinéma? Je prévois appeler David Lynch afin que vous soyez inclus dans le prochain épisode de Twin Peaks.

T.K. En fait, nous avons déjà contribué de la musique pour certaines productions télévisuelles mais c’est vraiment compliqué. C’était quelque chose que je me voyais faire à long terme, avant que je ne commence à écrire des chansons mais c’était tellement difficile. C’est beaucoup plus compliqué. Il y a quelques directeurs avec qui je me vois travailler. La seule raison pourquoi tu demandes à quelqu’un de composer une trame sonore est que tu recherches quelque chose de différent, quelque chose de plus grand que l’idée d’une trame en tant que tel. Mais c’est quelque chose que nous ne savons pas faire, c’est vrai. Mais Jim Jarmush je crois. S’il demande à un groupe de créer une trame sonore, c’est très collaboratif. Et il y a toujours une raison derrière son choix. Il comprend que s’il choisit le groupe, le résultat qu’il recevra ne sera pas traditionnel. Je ne peux pas croire que David Lynch ne nous ait pas appelés. (rires) Il a vraiment tout gâché.

M.L. En tout cas, merci beaucoup pour cette entrevue. Profite bien des paysages de Baie St-Paul et à bientôt. J’espère que l’entrevue n’était pas trop pénible.

T.K. Non, c’était parfait! Merci!

 

[ALBUM] Timber Timbre – «Sincerely, Future Pollution»

Taylor Kirk, le compositeur derrière le projet Timber Timbre, nous a habitués à enrichir ses sonorités au fil des albums. Il faut dire que s’il jouait quasi solo sur ses trois premiers disques, tout ça s’est transformé en projet à géométrie variable formant un solide noyau avec le multi-instrumentiste Simon Trottier (Fontarabie, Avec Pas d’Casque) et le claviériste Mathieu Charbonneau (Avec Pas d’Casque, The Luyas et Torngat). S’ils en sont déjà à leur troisième album ensemble, c’est le premier sur lequel ils font un virage important. Les guitares aux accents désertiques font place à des sonorités plus urbaines; on nous transporte tantôt au coeur d’une ville en déchéance, tantôt dans un petit village glauque. La musique prend une teinte très eighties et tend, avec les mélodies sombres de Kirk, à évoquer l’univers de David Lynch, en particulier la musique d’Angelo Badalamenti pour Twin Peaks.

La pièce d’ouverture, aussi premier extrait de l’album, Velvet Gloves & Spit, est un parfait exemple de cette atmosphère. Ensuite, la très « Bowiesque » Grifting est une réussite, avec sa ligne de clavier à contretemps. Musicalement c’est ce qui s’éloigne le plus du son habituel de Timber Timbre; mais c’est bien incarné et la pièce donne un souffle à l’album. L’instrumentale Skin Tone et la pièce Moment nous replongent dans l’esthétique des années 80, avec en prime une voix robotique qui vient appuyer l’accrocheur refrain. Je saisis mal l’amour que porte de nombreux créateurs actuels pour cette période sombre de la musique (je dis ça malgré l’avénement essentiel de Jesus & Mary Chain, Pixies et Joy Division, entre autres), mais je dois admettre que Timber Timbre le fait plutôt bien et que ça injecte une certaine fraîcheur dans le projet. Les moments les plus forts surviennent en milieu de parcours, d’abord avec la langoureuse Sewer Blues, puis surtout avec Western Questions, qui est possiblement le morceau le plus proche du son habituel du groupe. Si l’effet vocal sur la pièce Moment fonctionne bien, la pièce Bleu Nuit, malgré sa musique irrésistiblement dramatique, peut rendre perplexe par l’utilisation agressive d’un filtre sur la voix du chanteur.

Côté paroles, on sent une désillusion poétique face à l’état du monde actuel et aux chances de s’en sortir. Ce n’est pas particulièrement optimiste, mais ça semblait nécessaire et c’est cohérent tant l’écriture ne semble pas forcée. Dans Western Questions, cette tendance à la poésie politique est particulièrement criante :

Western questions, villages moving, the visitor sailing in

Drifters, grifters, spanning sifters looking for a flash in the pan

International witness protection through mass migration

The imminent surrender of land

Tucked in safety at the counter of a luxury liner with a noose in my hand

Au final, l’amateur fidèle se retrouve avec un album qui présente une nette évolution dans le son du groupe. Le mélomane le plus récalcitrant réussira aussi probablement à apprécier le clavier cheesy grâce au son qui s’inscrit dans un univers plus sombre et inquiétant. D’ailleurs, impossible de passer sous silence la puissance évocatrice du titre : Sincerely, Future Pollution. Wow!

[ANNONCE] La soirée des neuf ans du Cercle vous en mettra plein la gueule

L’institution culinaire et musicale de Québec cise sur St-Joseph, Le Cercle, où se sont déroulées nombre de merveilleuses soirées musicales depuis son ouverture, fêtera en grande pompe son neuvième anniversaire ce samedi en occupant ses différents espaces avec plusieurs trucs dignes d’intérêt.  Des stations gastronomiques avec plusieurs chefs de Québec, notamment de la Buvette Scott, l’OS-Rôtisserie, Le renard et la chouette et le Concorde, mais également des volets danse, installation, vidéo et naturellement, musique, qui nous intéresse particulièrement ici. Les habituels DJs sets ponctueront la soirée, avec entre autres les excellents ambianceurs de Soirées Textures et Funk Connection. Toutefois, force est d’admettre que le volet scénique vole la vedette et qu’il y en a pour tous les goûts.

On annonce d’abord de la grosse chaleur avec la musique sexuelle et débridée de Bernardino Femminielli, au centre d’un triangle vicieux formé par Serge Gainsbourg, Sébastien Tellier et Gab Paquet.

Le rythme s’intensifie et l’exotisme s’invite alors que montréalais originaire du Mozambique Samito présentera son excellent album homonyme paru en mai dernier, lui qui a été sacré révélation de l’année par Radio-Canada et qui a emporté le prix Socan lors de la Bourse RIDEAU.

Le programme principal, ça semble être Taylor Kirk alias Timber Timbre qui en a hérité, et il viendra présenter le matériel de ses trois excellents albums parus sur Arts & Crafts en compagnie de son band montréalo-torontois.

La soirée promet d’être mémorable et les billets en pré-vente sont encore disponibles pour un temps limité sur le Point de Vente.

Critique : Timber Timbre – « Hot Dreams »

Ambiances feutrées dès les premières notes. Les ondes du vibraphone envahissent la pièce jusqu’à ce que la voix grave de Taylor Kirk prenne la place. Trame sonore d’un rêve éveillé, Hot Dreams, le cinquième album de la formation canadienne Timber Timbre nous arrache du monde réel pour nous faire valser dans un imaginaire digne des grands films des années 1970 et des bandes sonores de Morricone.

Timber TimbreOn sent d’ailleurs toute l’influence du cinéma dans la musique sombre et éthérée du groupe. Chaque pièce possède son groove, mais elles ont toutes ce fil conducteur tout droit sorti d’un rêve.

Les arrangements sont brillants et donnent aux pièces toute leur substance. Les cordes de Mika Posen et le saxophone de Colin Stetson se marient d’une manière remarquable aux paroles et à la musique de Kirk et de Simon Trottier, dont les guitares n’ont jamais sonné aussi rétro.

On appréciera l’entrée en matière de Beat the Drum Slowly, la féérie de la chanson titre et la tension derrière Curtains!? Il y a bien quelques creux, quelques baisses d’énergie qui peuvent détourner notre attention de l’album, mais rien de majeur, cependant.

À écouter un soir pluvieux. Ça tombe bien, les météorologues en annoncent beaucoup, ce printemps.

[vimeo http://vimeo.com/84341456]

Timber Timbre – « Hot Dreams » (Arts & Crafts)
7/10